vendredi 15 novembre 2013

Les FAPh mentent, les troupes rencontrées ne portaient pas secours aux victimes du typhon



npa_logo01
Les FAPh mentent, les troupes rencontrées ne portaient pas secours aux victimes du typhon
Parti communiste des Philippines -- Bureau information
Le Parti communiste des Philippines (CPPh) a aujourd’hui dénoncé le régime Aquino et les Forces armées des Philippines (FAPh) de s’être servis de la tragédie de Yolanda comme couverture pour mener d’incessantes opérations offensives dans la province de Sorsogon et ailleurs.
«Malacañang et ses fonctionnaires des FAP mentent quand ils prétendent que des troupes du 31ème Bataillon d'infanterie qui se sont accrochés hier avec la Nouvelle armée populaire (NAP) étaient engagées dans des opérations d'aide humanitaire pour les victimes de Yolanda», a souligné le PCPh.
Un rapport publié par les FAPh indique que la confrontation armée a eu lieu à 5h00 du matin dans le village de Barangay Balocawe dans le Matnog, Sorsogon.
«En attendant des rapports plus détaillés provenant du terrain du commandement Celso Minguez de la NAP dans le Sorsogon, il est instructif de souligner que l’accrochage signalé s'est produit dans les régions à l'intérieur de Matnog, lieu situé à au moins trois kilomètres de l’autoroute de Maharlika qui relie Luzon à l'île de Samar, et à cinq kilomètres du port Matnog», a déclaré le PCPh.
«Le régime Aquino et les FAPh mentent sans vergogne quand ils affirment que leurs troupes qui participaient hier à une confrontation armée étaient impliquées dans une mission humanitaire, quand en fait ils exploitent la détresse des victimes du désastre de Yolanda pour couvrir la brutalité de leurs opérations offensives continuelles», a ajouté le PCPh.
«Les troupes des FAPh rencontrées étaient clairement à l’offensive et procédaient à des opérations de recherche et de destruction dans les zones à l’intérieur du Matnog.»
Le PCPh a affirmé que les unités de la Nouvelle armée populaire dans les régions ravagées par le super typhon Yolanda sont actuellement engagées dans des efforts de secours et de réhabilitation portant de l’aide aux sections locales du Parti et aux organisations révolutionnaires de masse qui mobilisent l'approvisionnement d'urgence aux victimes de la catastrophes.
Le PCPh a déclaré que les forces révolutionnaires effectuent de efforts pour atteindre les centaines de milliers de personnes, particulièrement dans les régions montagneuses à l’intérieur des îles de Samar et de Leyte, ainsi que dans les îles de Panay, Negros, Mindoro, Masbate, Palawan et autres, qui ont été quasiment abandonnées par le gouvernement philippin réactionnaire.
[Parti communiste de Philippines13 novembre 2013]
[Traduction Alexandre MOUMBARIS
correction Marie José MOUMBARIS]

vendredi 8 novembre 2013

ENSEMBLE, BOYCOTTONS LES ÉLECTIONS EUROPÉENNES ! L’UE SUPRANATIONALE ET NÉOLIBÉRALE EST ILLÉGITIME



ENSEMBLE, BOYCOTTONS LES ÉLECTIONS EUROPÉENNES ! L’UE SUPRANATIONALE ET NÉOLIBÉRALE EST ILLÉGITIME

Par le Mouvement politique d’émancipation populaire (M’PEP), le Pôle de renaissance communiste en France (PRCF), les Clubs « Penser la France ».


Le 5 novembre 2013.


Antisociale, antidémocratique, belliqueuse et dictatoriale, l’Union européenne (U.E.) pilotée par l’axe Washington-Berlin s’acharne sur la souveraineté et sur les conquêtes sociales des peuples. Sous l’égide d’Angela Merkel, la « Troïka » (Commission de Bruxelles, FMI et BCE) martyrise les peuples sous le talon de fer de l’austérité à perpétuité.

À son tour, la France en récession s’enfonce dans la crise politique et morale. La pauvreté, la précarité, la désindustrialisation et le chômage de masse plongent notre peuple dans le désarroi. Les services publics, la protection sociale, l’Éducation nationale, les retraites, la Sécurité sociale sont étranglés au nom de la funeste « monnaie unique » ;  la tutelle humiliante de Bruxelles, les diktats arrogants de Berlin écrasent notre pays avec la parfaite collaboration des dirigeants du MEDEF, de l’UMP et du PS.

(…)
 

Du poisson au césium de Fukushima dans les supermarchés suisses !




Le Mercredi 6 novembre 2013 15h46, MELUSINE <melusine@nerim.net> a écrit :

 


Du poisson au césium de Fukushima dans les supermarchés suisses !

ALERTE ROUGE ! Très inquiétant ! Le 23 octobre dernier, un journal Suisse, annonçait l'impensable, du poisson contaminé au césium 137 de Fukushima aurait été retrouvé en vente sur les étalages des grands magasins suisses avec ce titre alarmant "In Schweizer Läden gibts Fukushima-Fisch" "Du poisson de Fukushima en magasin Suisse" lien

L'impensable se serait-il passé ? Du poisson contaminé par Fukushima serait-il déjà en vente dans les magasins suisses ? C'est ce que présuppose très nettement, l'article paru dans le très populaire journal le "20min" le 23 oct 2013 (on s'étonne déjà que le journal n'a pas jugé utile de traduire cette article allemand en français puisque le journal est bilingue et qu'il est édité dans les deux langues) mai on s'étonne encore plus que depuis cette date, le silence des média est absolument total ! 

Une expertise de radioactivité a décelé deux thons contaminés au césium 137 dans les magasins suisses. Il s'agit d'un test effectué par radio 105.


La radio a acheté dans un supermarché, une part de chaque produit de thon et les a confié, au laboratoire de l'État de Bâle. Les résultats montrent, que sur les échantillons achetés, deux échantillons mesurés par spectrométrie gamma, ont montré la présence très nette de césium 134 et césium 137... une substance présente que dans les centrales nucléaires.. et une analyse qui signe la catastrophe de Fukushima. 

Les isotope de ces analyses sont comme une signature, ce qui permet de dire que ces poissons on été, plus que très probablement en contact direct avec l'eau ultra radioactive de la centrale. 

Bien que les poisson ont été pêchés aux Philippines, la présence césium 137 prouve en quelque sorte que ces poissons ont bien été contaminés par la catastrophe de Fukushima avant d'arriver au Philippines.

Voilà pourquoi selon Markus Zehringer, chef du laboratoire cantonal de Bâle, il est fort à parier, que cette contamination est liée directement à la catastrophe nucléaire de Fukushima. Comme les poissons sont capable de parcourir de très longues distances, explique-t-il, il est très probable qu'ils ont probablement été contaminés au large de de Fukushima, où ils auraient ingurgité pendant des mois, ces isotopes radioactifs, avant de migrer aux Philippines. 

Pour l'instant il se veut rassurant en disant que "Avec 0,4 becquerels par kilogramme de césium 137, les valeurs sont encore en deçà de la limite de 1.250 becquerels par kilogramme," a-t-il déclaré, il n'y a donc pas de danger pour la santé pour le moment. D'autres tests périodiques seront faits par le laboratoire du canton de Bâle a-t-il assuré"

-Ce que l'article ne dit pas, c'est si on a trouvé cela sur 5 échantillons, analysés au hasard, nul ne nous dit qu'il n'y a pas des poissons beaucoup plus atteints en vente dans nos étalage, des poissons qui eux n'ont pas eux la chance d'être analysés ! 

De plus on sait que depuis l'accident de Fukushima, chaque jour, la centrale, rend les océans du monde entier de plus en plus radioactif et que la contamination durera au minimum 40 ans si tout va bien et si d'ici là on arrive à démanteler la centrale. D'ici là les mer du monde entier auront largement eu le temps d'être hautement contaminées ! 

J'ai appris aussi qu'il ne suffit pas de passer les poissons au compteur Geiger pour savoir si ils sont contaminés, mais que cela demande des analyses très complexes et très coûteuses en laboratoire... j'ai donc peur, qu'il devienne alors impossible de contrôler tous les poissons mis en vente... que nos supermarchés, ne sont ni équipés pour contrôler les poissons qui sont en vente, ni n'ont les moyens pour pouvoir le faire sérieusement. Et donc j'imagine que dans peu de temps, des scandale éclateront au grand jour un peu partout pour dénoncer, cette fois-ci la vente de poisson radioactif, mais d'ici là la population aura déjà été largement contaminée, et nous nous tomberons tous malade. J'ai peur aussi que les média soient dans l'interdiction d'en parler car si ils en parlaient et que du jour au lendemain les gens cesseraient de manger du poisson, le système économique mondial s'effondrerait complètement. J'ai peur qu'on nous cache ces choses pour ces raison aussi, et pour moi se pose alors la véritable question : quel risque y a-t-il de se faire complètement contaminer par les poissons. Je sais que ma question est douloureuse, mais franchement je me dois de vous la partager. 

Voici l'article qui annonce cela : 

VIVENT LES ADHÉRENTS DU PCF DE MARSEILLE, BORDEAUX, LYON… !

 VIVENT LES ADHÉRENTS DU PCF DE MARSEILLE, BORDEAUX, LYON… !

Par le Mouvement politique d’émancipation populaire (M’PEP).
Le 8 novembre 2013.
Les citoyens qui considèrent que l’enjeu des élections municipales des 23 et 30 mars 2014 sera de sanctionner la politique du gouvernement PS-EELV et de faire émerger une force alternative aux politiques d’austérité ont été atterrés par le vote des adhérents du PCF parisien. Ces derniers, en effet, avec une courte majorité (57%), ont voté pour faire alliance avec le Parti socialiste dès le premier tour de l’élection municipale.
Heureusement, il ne s’agit que d’une exception avec, hélas, Toulouse et Nantes, car pour l’instant dans 75% des villes de plus de 100 000 habitants, les adhérents du PCF ont voté contre des listes où ils seraient minoritaires par rapport aux socialistes, et pour des listes autonomes.
Les villes où les adhérents du PCF ont voté majoritairement contre la socialo-dépendance sont pour l’instant :
  • Aix-en-Provence
  • Angers
  • Argenteuil
  • Arras
  • Aubenas
  • Avignon
  • Beauvais
  • Bordeaux 90%
  • Cannes
  • Cherbourg 64%
  • Clermont-Ferrand
  • Dax 92%
  • Dijon
  • Evry
  • Grenoble
  • La Roche-sur-Yon
  • Le Havre
  • Le Mans 56%
  • Lens
  • Lille
  • Limoges 61%
  • Lyon 53%
  • Marseille 92%
  • Metz 85%
  • Montluçon 73%
  • Montreuil
  • Nice
  • Nîmes
  • Niort
  • Orléans 92%
  • Pau
  • Poitiers 54%
  • Rouen
  • Saint-Lô
  • Saint-Quentin
  • Soissons
  • Strasbourg
  • Tarbes
  • Toulon Etc.
La direction nationale du PCF a pesé de tout son poids pour tenter de favoriser l’alliance avec le PS. Les résultats dans ces villes sont d’autant plus méritoires. A Lyon par exemple, ce message pourtant très clair des adhérents du PCF n’a pas été compris des huit élus PCF de la majorité municipale du maire PS Gérard Collomb. Ils ont en effet annoncé qu’ils ne participeraient pas à une alliance avec le Front de gauche. Selon eux, le vote des adhérents lyonnais du PCF « sous-estime les réelles politiques publiques conduites à Lyon ». Pensent-ils à la constitution d’une eurométropole lyonnaise qui poursuivra la mise sous tutelle des communes et qui programme la disparition du département ?
Le cas de Paris, même s’il est très minoritaire, pèsera négativement dans la bataille électorale du fait de la force du symbole que représente la capitale.
Néanmoins, toute alliance aux municipales avec des socialistes lorsqu’ils sont majoritaires est à proscrire pour trois raisons principales :

 1.- C’est une source de confusion que de combattre la politique du gouvernement PS-EELV au niveau national, et de faire alliance au niveau local avec le PS

Comment expliquer cette contradiction aux électeurs ? En expliquant qu’il faut distinguer les enjeux nationaux des enjeux locaux ? Mais ce n’est pas crédible ! Comment peut-on justifier, comme le fait le PS, que l’austérité est un mal nécessaire au niveau national, et que l’austérité est à combattre au niveau local ? Comment le PCF peut-il faire des alliances locales avec le PS dans les grandes villes et afficher en même temps son opposition à l’Acte III de la décentralisation qui va donner le plein pouvoir aux métropoles, le lien local et national n’étant pas dissociable à ce niveau ? Personne ne peut croire de telles balivernes.

 2.- Cela va alimenter la campagne du FN sur le thème du « tous pourris »

Le PCF – et du coup le Front de gauche – s’expose à la critique de tenir un double langage. C’est une prise trop facile donnée au FN qui fera son miel de montrer la collusion entre PS et PCF (et donc Front de gauche).

 3.- Cela annihile toute perspective de changement réel, car la gauche de gauche démontre ainsi sa faiblesse en voulant s’allier avec le PS qui n’est pas de gauche

Les différentes composantes du Front de gauche, et singulièrement la direction du PCF, doivent admettre que le PS n’est plus de gauche depuis longtemps. Depuis exactement qu’en 1982-1983 il a stoppé le changement et décrété le « tournant de la rigueur ».
Il est naturel qu’un parti souhaite conforter son existence politique à l’occasion des élections. Si le PCF veut y parvenir, il devra se libérer de la tutelle du Parti socialiste et ne pas lui donner de label de gauche. En outre, l’existence institutionnelle d’un parti (avoir des élus) ne peut perdurer qu’à la condition d’avoir également une existence politique populaire à la base. Le maintien sous perfusion socialiste n’est qu’une politique à courte vue. Or beaucoup d’élus membres du PCF sont coupés de la population, du point de vue des revenus, de l’habitat, des préoccupations… De relais des luttes sociales et des classes sociales exploitées qu’ils étaient à l’époque du « communisme municipal », ils sont désormais devenus des experts et des gestionnaires assimilés aux élites et technocrates que rejette la population. La constitution de listes indépendantes est la condition nécessaire – mais non suffisante – pour que le PCF remette en chantier toute sa conception de la gestion des collectivités locales, du rôle des élus, de son ré-enracinement au plus profond de la société. Souhaitons que le vote de ces militants en soit l’amorce.

samedi 2 novembre 2013

Décision 2013-01/CPFG/C/P Portant Récusation de Fulbert GERO AMOUSSOUGA, comme Ministre de la République



CONVENTION PATRIOTIQUE DES FORCES DE GAUCHE (CPFG)
Tél : 98 33 29 88/ 90 91 41 97                                                                                    

Décision 2013-01/CPFG/C/P
Portant Récusation de Fulbert GERO AMOUSSOUGA, comme Ministre de la République
Le lundi 07 Octobre 2013, le Chef de l’Etat a procédé à un remaniement ministériel technique de son gouvernement qui s’est traduit par l’entrée au Gouvernement de Fulbert GERO AMOUSSOUGA en qualité de Ministre à la Présidence « Chargé de la Coordination de mise en œuvre des Politiques des Objectifs du Millénaire pour le Développement(OMD) et des Objectifs de Développement Durable (ODD) ».
A propos de ce énième remaniement ministériel du Chef de l’Etat et particulièrement l’entrée au gouvernement de Fulbert GERO AMOUSSOUGA, la Convention Patriotique des Forces de Gauche en sa session hebdomadaire du 25 octobre 2013, porte à l’attention de l’opinion publique nationale et internationale la position que voici :
Vu la Constitution du Bénin qui donne au Chef de l’Etat toute latitude dans la composition de son gouvernement et particulièrement son droit de faire venir dans ce gouvernement qui il veut.
 Vu que cependant, ceux qui sont appelés à porter le noble titre « de Ministre de la République » et représenter officiellement notre pays doivent bénéficier d’un minimum de crédibilité au plan éthique tant au plan national qu’au plan international.
Vu que le nommé Fulbert GERO AMOUSSOUGA
1°- Le 1er Octobre 1993, déclarait dans une émission télévisée sur l’ORTB invité sur un débat sur le Programme d’Ajustement Structurel : « La rationalité économique est différente de la rationalité politique- Pour le développement, il est nécessaire de sacrifier même toute une génération» (Souligné par nous Convention Patriotique des Forces de gauche)
2°- Que, en plus de la gestion mafieuse et autocratique de la Faculté de Science Economique et de Gestion dont il a été pendant longtemps Doyen, le même Fulbert GERO AMOUSSOUGA s’est livré à des actes d’escroquerie et d’indignité qui ont complètement noirci son image à l’extérieur. Ainsi le journal ivoirien « Le Patriote » en sa parution du 10 Janvier 2008 en page 8 reportait la lettre de protestation  d’un collectif des chefs d’établissements privés des pays membres du CAMES adressée à leur ministre de tutelle contre les hauts faits de corruption qui ont eu lieu lors du 23ème Colloque du CAMES à Lomé sur la reconnaissance et l’équivalence des diplômes, colloque pour lequel Fulbert GERO AMOUSSOUGA fut nommé Coordonnateur Général ;
-que le Journal ivoirien écrit rapportant ainsi les protestations des directeurs d’établissements privés supérieurs: « Reconnaissance des diplômes du CAMES, des chefs d’établissements dénoncent la corruption à grande échelle … Lors du déroulement des travaux, nous avons été contacté par GERO AMOUSSOUGA qui nous a demandé ouvertement de l’argent pour faire passer nos dossiers à la reconnaissance et à l’équivalence.(…) Pour obtenir un master, il faut payer 5 millions FCFA, 3 millions pour une licence et 2 millions pour un DUT. Sans exagération de notre part, AMOUSSOUGA a encaissé plus de 150 millions CFA (…) Le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, CISSE Ibrahim Bacongo, qui a inscrit ce sujet à l’ordre du jour de sa toute première réunion de l’année, a eu confirmation de ces faits par ses collaborateurs et chefs d’établissements présents au colloque béninois ». 
3°- Vu que le lundi 24 Novembre 2008, face à des étudiants qui protestaient pacifiquement contre la création pirate par lui à la FASEG et en dehors de toute décision rectorale, des formations payantes, Fulbert GERO AMOUSSOUGA a fait tirer à balles réelles sur les étudiants sur le campus d’Abomey-Calavi faisant une dizaine de blessés graves ;
Que cet acte criminel et hautement anti-éthique d’un enseignant qui fait tirer à balles réelles sur ses propres étudiants a fait l’objet d’une condamnation générale de toute la communauté universitaire avec la sanction administrative retenue à son encontre et l’invitation à lui faite de « tirer toutes les conséquences de l’acte posé » (Confère « Compte rendu de la Réunion avec les Responsables syndicaux des Enseignants de l’UAC » en date de mercredi 03 décembre 2008, signé du Secrétaire Général de l’UAC, Léon Bani BIO BIGOU) ;  
Que de surcroit non content d’avoir posé un acte hautement criminel, pour lequel il n’a jamais demandé pardon au peuple, il a pendant longtemps traîné devant les tribunaux les victimes étudiants de cet acte ignoble.
4°- Vu qu’en conséquence, la nomination de Fulbert GERO AMOUSSOUGA par le Chef de l’Etat, Président de la République, Dr YAYI Boni, constitue : un acte contraire à l’éthique et à la morale républicaine, - une prime donnée à l’impunité - et donc une provocation à l’endroit du peuple béninois en particulier de la jeunesse.
DECIDE :
1°- De récuser le nommé Fulbert GERO AMOUSSOUGA, comme ministre de la République du Bénin.
Demande à toutes les Organisations membres de la Convention Patriotique des Forces de Gauche
- Partis politiques : le Parti Communiste du Bénin (PCB), le Creuset pour le Développement et le Progrès(CDP), le Parti Social démocrate–Le Bélier (PSD-Bélier)
            - Organisations syndicales des Travailleurs : CSTB, ses fédérations, unions départementales et syndicats affiliés ; Fédération des Syndicats de travailleurs des Finances (FESYNTRA-FINANCES)
            - Organisations de jeunes : Union Nationale des Scolaires et Etudiants du Bénin (UNSEB), Association Nationale des Diplômés sans Emploi et Chômeurs du Bénin (ANADEC-Bénin)
            - Organisations de femmes : Mouvement des Femmes pour la Liberté au Peuple et le Progrès social (MFLPP), Coordination des Comités d’Action des Usagers des Marchés du Bénin (CCAUMB)
            - Organisation de Défense des Droits de l’Homme et des Peuples (ODHP)
            - Mouvement « Chrétiens pour Changer le Monde » (MCCM)
            - Union Nationale des Associations de Parents d’Elèves et Etudiants du Bénin (UNAPEEB)
- Institut International de Recherche et de Formation (INIREF), Intellectuels traditionnels probes et Chancelleries des quatre Ordres Patriotiques du Bénin.
            - Organisations extérieures : Forum des Patriotes Béninois au Nigeria et Comité Culturel pour la Démocratie au Bénin (France)
- Toutes organisations et toutes personnes éprises de probité, de dignité et de patriotisme,
De récuser le nommé Fulbert GERO AMOUSSOUGA en tant que ministre de la République, de ne jamais l’accepter comme représentant du Gouvernement et interlocuteur dans n’importe quelle négociation. 
Enfin demande à toutes ces organisations de traduire cette décision en toutes les langues du Bénin, en anglais et en espagnol et de le diffuser partout où besoin sera.
Cotonou le 25 Octobre 2013.

LA COORDINATION DE LA CONVENTION PATRIOTIQUE DES FORCES DE GAUCHE
Le Président
Signature illisible
Philippe NOUDJENOUME