vendredi 11 octobre 2013




logofscFront Syndical de Classe
« Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l'unité, son motif le plus puissant. C'est pour la mener avec succès en rassemblant l'ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n'est pas une invention, c'est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu'elle cesse : renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l'exploitation et à l'écrasement. »
« La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat ! »
H. Krasucki
Le Front Syndical de Classe est affilié à la FSM logo FSM


A l’origine l’initiative des syndicats CGT du Bassin Minier Ouest (Auchel-Béthune-Bruay-Lillers-Isbergues). Appelant à un rassemblement à la Concorde au moment de l’ouverture du débat parlementaire sur la contre-réforme des retraites.
Après avoir constaté en effet la surdité aux revendications des travailleurs du pouvoir socialiste et sa docilité aux injonctions de Bruxelles.
Sans s’en tenir aux appels confédéraux pour le 10 et le 15 octobre et sans s’en remettre aveuglément aux états majors ces militants ont pris leurs "responsabilités interprofessionnelles en tant qu’élus des syndicats"
Et en faisant cette proposition "pour que chaque syndicat prenne aussi ses responsabilités en tant que structure qui représente les salariés et les syndiqués"
C’est ainsi que 200 à 250 militants et travailleurs, drapeaux CGT largement déployés se sont retrouvé ce 7 octobre aux alentours de l’Assemblée nationale en très grande majorité en provenance du Nord Pas de Calais et du Havre : territoriaux, salariés de Renault Sandouville, retraités, sans emploi, Total Gonfreville, des représentants de l’Union locale CGT de Vendôme, de Pontault-Combault …en un mot de nombreux représentants de province qui n’ont pas manqué de chambrer leurs camarades de l’Ile-de-France en scandant à plusieurs reprises "mais ils sont où, mais ils sont où… les parisiens ?".
Après avoir refusé de s’en remettre à un député socialiste (Michel Lefait de Saint Omer) ayant approuvé le texte d’accord sur la flexibilité de l’emploi, une délégation a été reçu par le député du Nord du Parti de gauche Marc Dolez
 
Un premier rendez-vous donc réussi dû à la seule initiative de bases de la CGT décidées à poursuivre leur travail de coordination des luttes, de rassemblement sur des contenus de classe sans compromission et sans illusion ni complaisance à l’égard du pouvoir socialiste.
 
La situation électorale cantonale de ce week-end à Brignolles où le maire communiste de la ville soutenu par le parti socialiste se retrouvait à tout juste 14% des voix loin derrière le candidat de l’extrême droite alimentait d’ailleurs maintes discussions. Avec 67% d’abstentions il est vrai !
 
Une idée dominait au final les échanges : les accords sans principe et le soutien d’un parti socialiste totalement solidaire d’une politique gouvernementale tournée contre les travailleurs, la soumission à Bruxelles et à l’Union européenne, l’abandon de la souveraineté populaire c’est le passeport pour la défaite électorale et la montée de l’extrême droite !
 
Au final, un rassemblement et un type d’initiative prometteurs pour sortir de l’enlisement du "syndicalisme rassemblé, de l’alignement sur les orientations de la CES, les compromissions avec la social-démocratie et ses représentants dans le mouvement syndical comme les dirigeants de la CFDTsignataires de tous les renoncements !

FSC, le 8 octobre 2013


Rappel          Initiative CGT Cochin-FSC                           De quel syndicalisme avons-nous besoin ?
Vendredi 25 et Samedi 26 octobre
hôpital Cochin amphithéâtre Jean Causset

En France, le syndicalisme est effectivement confronté à des divisions profondes.
Mais la recherche de l’unité des travailleurs est indissociable d’une orientation de classe ferme et sans ambiguïté !
C’est en effet dans les périodes où le syndicalisme de classe l’a emporté sur le réformisme syndical que de grandes conquêtes et droits sociaux ont vu le jour comme en 1936 et à la Libération.

Ces réalités sont incontournables en cette période d’offensive globale contre ces conquêtes et ces droits!
Ces enseignements historiques, véritables références pour l’ensemble des travailleurs et pour les jeunes générations sont pourtant occultés par les directions confédérales au profit d’une vague référence au "syndicalisme rassemblé " qui de fait entraîne l’ensemble du mouvement syndical vers un syndicalisme d’accompagnement et de gestion de la crise du système capitaliste.

C’est pourquoi aux travers de publications et de conférences nous entendons contribuer à éclairer les enjeux majeurs de la période présente.

Le syndicat CGT de l’hôpital Cochin avec le soutien et la participation du Front Syndical de Classe organisent dans cette perspective durant 2 jours des rencontres et conférences en direction des militant-e-s, travailleurs-euses, retraité-e-s , jeunes à la fois sur des questions de fonds (les salaires avec Annie LACROIX-RIZ) et les luttes actuelles (les retraites avec Bernard FRIOT).

LIEU : Hôpital Cochin 27 rue du Faubourg Saint Jacques
75014 PARIS

Programme des 2 journées
VENDREDI 25 octobre 17 heures Conférence – débat animée par Annie LACROIX-RIZ "La question des salaires depuis le 20e siècle"
SAMEDI 26 octobre 14 heures : Conférence – débat animée par Bernard FRIOT : "La retraite c’est révolutionnaire !
Contact - Pour tous ceux qui sont intéressés par cette initiative, qui se proposent de la populariser ou/et d’’y participer nous proposons de nous en informer en envoyant un mail aux adresses suivantes :
frontsyndical.classe@laposte.net
fsc.orga@gmail.com

Aucun commentaire: