mardi 3 novembre 2009

le negationnisme historique d’etat ne passera pas !

le negationnisme historique d’etat ne passera pas ! le 11 novembre ne doit pas devenir la fete de l’imperialisme europeen reunifie sous la houlette de l’axe ultra-reactionnaire merkel/sarko !
Pôle position du 27 octobre 2009
LE P.R.C.F. COMMENTE L’ACTUALITE SUR LA TOILE.

Après avoir fait défiler la Bundeswehr sur les Champs Elysée sur l’air de la “Walkyrie”, Sarkozy voudrait dévoyer la signification du 11 novembre 1918: effaçant la signification mémorielle de l’armistice, le pouvoir veut relancer l’axe impérialiste franco-allemand en faisant de cette date, celle de la défaite des Puissances centrales devant ses concurrents impérialistes de l’Entente en une grande date de l’amitié franco-allemande! Mais ce n’est pas parce que deux impérialismes prédateurs s’allient au lieu de s’affronter qu’ils sont moins dangereux pour les peuples en général, et pour leurs peuples respectifs en particulier!

Ce recyclage européiste du 11 novembre constituerait en outre un manque flagrant de respect à la mémoire des millions de jeunes soldats français, anglais, allemands, etc.; quels que soient les objectifs propagandistes actuels de Sarkozy et de Merkel, les soldats qui se sont affrontés pendant ces années terribles, croyaient sincèrement défendre leur patrie respective contre un envahisseur; certes, on les avait trompés et l’écrivain Anatole France (qui adhérera au jeune PCF dès 1920 ) avait alors bien raison de dire : “On croit mourir pour la patrie, on meurt pour les industriels”. Qu’ils aient eu tort ou pas, il faut respecter leur mémoire et ne pas changer a posteriori la signification qu’ils donnaient à leur engagement au lieu d’utiliser cette date pour des objectifs cyniques de récupération politique.

A nos yeux de patriotes ET d’internationalistes, dont les anciens ont toujours dénoncé, -de Barbusse à Vaillant-Couturier, le carnage impérialiste de 14/18, le 11 novembre a toujours été une occasion pour condamner toutes les guerres et tous les blocus impérialistes, celles et ceux d’hier, celles et ceux d’aujourd’hui (Irak, Afghanistan, Irak, Palestine, Cuba…) et celles et ceux que les impérialismes coalisés derrière Washington préparent pour demain avec l’appui de Sarkozy et de Merkel contre l’Iran et contre d’autres pays. Cette tradition-là existe… depuis 1918, la continuer n’est pas attenter à la mémoire, bien au contraire, et le PRCF appelle à la réactiver partout, non pas autour de l’Axe Berlin-Paris, mais contre lui.

Car l’Axe euro-germano-français mérite si peu d’être célébré qu’il est porteur des deux côtés du Rhin d’un démontage géant des acquis sociaux et des libertés publiques au nom de la “construction européenne”. S’agissant de la France, l’impérialisme “français” porte même un projet ultra-réactionnaire de démontage total de la nation et de la République, de ses acquis sociaux, de ses services publics, de son “produire en France”, de sa laïcité, de sa souveraineté, et même de sa langue de plus en plus sacrifiée au “tout-anglais” par le MEDEF. Comme ses précurseurs du Comité des Forges qui déclaraient en 1936 « préférer Hitler au Front populaire”, le grand capital d’origine hexagonale préfère ouvertement la “French’ Europe” néolibérale et la “Françallemagne” antisociale au legs encombrant de la Révolution démocratique-bourgeoise de 1789 ; il veut avant tout liquider ICI toute perspective de “tous ensemble” des travailleurs et de la jeunesse, tout espoir de front unique des républicains dans l’esprit du 29 mai 2009 pour sortir le pays du broyeur européen et engager un processus de rupture avec la domination des monopoles capitalistes.

N’ayant rien de bon à proposer pour l’avenir des peuples, l’impérialisme “franceuropéen” en est réduit à réviser l’histoire et à multiplier les commémorations réactionnaires; ainsi du 9 mai, où la victoire de la coalition antifasciste incluant l’URSS sur Hitler est systématiquement occultée par la célébration de la lugubre Europe de Maastricht; ainsi du 9 novembre prochain, où le choeur anticommuniste s’apprête à criminaliser le communisme, à amalgamer les héros de Stalingrad au nazisme exterminateur, le but étant de conjurer l’idée de révolution socialiste qui renaît dans le coeur des peuples.

Aussi appartient-ils aux vrais progressistes de célébrer l’AUTRE Axe franco-allemand, celui que symbolise le cri du métallo communiste Jean-Pierre Timbaud criant “vive le parti communiste allemand” au moment d’être fusillé par la Wehrmacht. Soutenons les communistes allemands qui défendent la mémoire de la RDA et aussi celle d’Ernst Thälmann, président du KPD assassiné par les nazis, dont la Grande Allemagne “réunifiée” veut détruire le Mémorial.

Il appartient aussi à tous ceux qui refusent le négationnisme historique et qui veulent défendre le droit de l’humanité à un avenir de paix et de progrès de participer massivement au RASSEMBLEMENT DU SAMEDI 7 NOVEMBRE 2009, devant le Métro Stalingrad à Paris, à 15 heures, à l’appel du PRCF, de l’URCF, du RCC, de plusieurs animateurs parisiens du PCF, de la section de Douai du PCF, avec le soutien des PC de Grèce, Cuba, Algérie (PADS), Brésil, Espagne (PCPE). Rappelons en effet que c’est la Révolution russe d’Octobre 1917, et notamment le décret de Lénine sur la Paix, qui rendit très difficile la poursuite de la guerre inter-impérialiste et de ses tueries en montrant à tous les travailleurs la voie de la “transformation de la guerre inter-impérialiste en insurrection révolutionnaire anticapitaliste à l’intérieur de chaque pays.

Le 7 novembre, contre les négationnistes des deux côtés du Rhin, clamons-le haut et fort: “le capitalisme mène l’humanité dans le mur, l’avenir appartient au communisme!”.

Affiché sous Billet rouge-Pôle Positions, Edito, Histoire Mémoire

Article publié par Dragan MIRIANOVIC, le 28 octobre 2009

Aucun commentaire: