dimanche 1 novembre 2009

CGT : JE SOUTIENS DE TOUTES MES FORCES LA CANDIDATURE DE MON CAMARADE JEAN-PIERRE DELANNOY - Jacques Tourtaux

CGT : JE SOUTIENS DE TOUTES MES FORCES LA CANDIDATURE DE MON CAMARADE JEAN-PIERRE DELANNOY - Jacques Tourtaux
samedi 31 octobre 2009

Dans une déclaration datée du 27 octobre 2009, l’Union Départementale des syndicats CGT du Nord et la Fédération CGT des Travailleurs de la Métallurgie se félicitent de l’énorme succès de la manifestation nationale en s’attribuant les mérites de ceux qu’elles nomment les "minoritaires" car si succès il y a eu, c’est aux syndicats et militants de base qu’il est dû et non aux dirigeants confédéraux, déconnectés de la base, qui considèrent, entre autres, que "le grand soir", c’est dans les livres ou que la CGT n’a pas vocation à bloquer le pays.

Cette déclaration fait état d’un large relais par les médias, de la candidature de notre camarade du tas, Jean-Pierre Delannoy au poste de Secrétaire Général de la CGT.

Les deux organisations tiennent à préciser que le Secrétaire Général de la CGT sera élu à Nantes selon le processus défini par les statuts de la CGT.

Je trouve judicieuse la candidature de notre camarade Jean-Pierre Delannoy parce qu’elle est l’aboutissement d’années de militantisme de terrain, de combat contre nos ennemis de classe.

Il est évident que l’annonce de la candidature de notre camarade Jean-Pierre Delannoy, un authentique prolétaire, a fait l’effet d’une bombe dans les hautes sphères de la CGT, notre CGT, ma CGT. Il suffit de lire cette déclaration pour s’en rendre compte.

Il est fait état qu’une liste de 103 candidats a été validée par le Comité Confédéral National des 25 et 26 août 2009 qui a été publiée dans le journal "Le Peuple" du 2 septembre 2009 afin qu’elle soit portée à la connaissance de tous les syndicats trois mois avant le congrès. Bien entendu, Jean-Pierre Delannoy ne fait pas partie de cette liste. Alors moi qui suit un "vieux" militant CGT de base, de terrain qui sait de quoi il parle en matière de combat de classe, je voudrais qu’on m’explique, qu’on nous explique comment ont été désignés les 103 candidats qui, pour être validés par le CCN sont forcément dans le moule, je dirai dans la mouvance confédérale.

Une interrogation partagée par de nombreux camarades syndiqués me titille : si ce sont les UD, les Fédérations ou des dirigeants confédéraux qui ont présenté les 103 candidats à la Commission Exécutive, qui les a désignés dans les syndicats ?

Exemple :

A l’UD CGT du Nord, ce qui se passe à l’encontre des camarades de l’Union Locale CGT Historique de Douai est absolument scandaleux. Le Secrétaire Général de cette UL, notre camarade Jacques Leclercq "fut abattu à son poste syndical par une campagne de harcèlement moral indigne venus des rangs mêmes de son organisation", écrit Georges Hage dans sa préface du remarquable livre rendant hommage au Syndicat CGT Renault Douai "40 ANS DE COMBAT DE CLASSE... TOUJOURS DEBOUT !"

Apportant tout naturellement mon soutien au camarade Jacques Leclercq, à mon tour, j’ai subi les harcèlements et insultes par mails d’un dirigeant de l’UD du Nord. Ainsi, les candidats mandatés pour la Commission Exécutive seraient donc désignés par copinage !

Dans ma région Champagne-Ardenne, rien ne filtre, personne ne sait qui fait quoi et bien, au risque de me répéter, je vais redire vite fait bien fait des vérités qui me restent en travers de la gorge : Patrick Tassin, représentant CGT a été élu Président du Conseil Economique et Social Régional qui compte 80 membres, avec plus de 40 voix alors que le collège salarié ne compte que 25 représentants. Par ailleurs, les deux représentants de FO se sont abstenus. Qui a donc pu voter pour un président CGT ?

Je ne puis également passer sous silence les comportements agités du secrétaire régional CGT qui a tenté de me mettre "sa main sur la gueule" comme il a dit, lors d’une manif, également membre du CESR. La paix sociale est garantie dans la région. Nous avons d’ailleurs pu voir la défense de fer que ces militants de salons ont organisé pour tenter de sauver la VMC de notre regretté camarade Pierre Maître, lâchement assassiné sur le piquet de grève en 1977.

Je reviens sur la déclaration qui évoque les désaccords de notre camarade Jean-Pierre Delannoy avec son UD59 et la Fédération de la métallurgie.

On nous parle de transparence, c’est quoi ce délire ?

Le syndicat CGT Forclum Rhône-Alpes qui compte plus de 100 syndiqués exclu !

En Côte d’Or, ce sont 13 délégués des salariés qui se font séchement évincer de leur mission, un sacerdoce, alors qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes depuis des décennies !

Dans le Val de Marne, la secrétaire d’UD décide de tout sans même consulter les camarades ! Là aussi, de bons camarades sont écartés. Ici ou là, ce sont des camarades, des syndicats qui écrivent à Bernard Thibault pour lui signifier leurs désaccords !

Il faudrait donc que la grande dame et sa glorieuse histoire qui a fait et fait encore l’honneur de notre CGT, abandonne ce que nos aînés ont acquis au prix de leurs vies pour nombre d’entre eux, en 36, 45 et Mai 68 ?

Nous voulons également une CGT qui soit solidaire des luttes menées par nos camarades des TOM qui bataillent à la fois contre le capitalisme et pour se libérer du joug colonialiste.

Lorsque qu’en novembre 2007 lors de la grève reconductible des cheminots et des traminots parisiens, Bernard Thibault a volé au secours de Sarkozy, en trahissant la lutte des travailleurs, il a permis à notre ennemi de classe de porter un coup de poignard terrible à la classe ouvrière toute entière, et bien non, mesdames et messieurs qui êtes à la tête de notre CGT, nous n’acceptons pas votre despotisme ; nous n’acceptons pas de voir notre CGT vautrée dans la collaboration de classes ; nous refusons de voir notre CGT accompagner les coups assénés par le MEDEF et ses godillots du gouvernement.

C’est pourquoi personnellement, je soutiens la candidature de notre camarade Jean-Pierre Delannoy et lui souhaite plein succès dans le combat qu’il mène pour plus de justice sociale, pour que le soleil luise pour tous les humbles de ce pays.

Jacques Tourtaux Cheminot retraité CGT Ancien Secrétaire Général de l’Union Locale CGT de Rethel

source: comité Valmy

Aucun commentaire: