lundi 19 octobre 2009

L’Appel des appels

:
L’Appel des appels
Fin 2008, les pétitions dénonçant la casse provoquée par les réformes se
multiplient. Roland Gori et Stefan Chedri, psychanalystes et professeurs de
psychopathologie, sont sans cesse sollicités. Face à la vive inquiétude qui s’empare
des professionnels du soin, du travail social, de la justice, de l’éducation,
de la recherche, de l’information et de la culture, ils décident de réagir.
Ils rédigent l’Appel des appels et son manifeste.
Le mouvement connaît un succès immédiat : en mai 2009, il regroupait
déjà 75 000 signataires.
« Nous, professionnels du soin, du travail social, de l’éducation, de la
justice, de l’information et de la culture, attirons l’attention des
Pouvoirs Publics et de l’opinion sur les conséquences sociales désastreuses
des Réformes hâtivement mises en place ces derniers temps.
À l’Université, à l’École, dans les services de soins et de travail social,
dans les milieux de la justice, de l’information et de la culture, la souffrance
sociale ne cesse de s’accroître. Elle compromet nos métiers et nos missions.
Au nom d’une idéologie de “l’homme économique”, le Pouvoir défait et
recompose nos métiers et nos missions en exposant toujours plus les professionnels
et les usagers aux lois “naturelles” du Marché. Cette idéologie
s’est révélée catastrophique dans le milieu même des affaires dont elle est
issue.
Nous, professionnels du soin, du travail social, de l’éducation, de la justice,
de l’information et de la culture, refusons qu’une telle idéologie mette
maintenant en “faillite” le soin, le travail social, l’éducation, la justice, l’information
et la culture. »
(Le 22 décembre 2008, Roland Gori et Stefan Chedri.)
Pour une insurrection
des consciences
Demain, lorsque « la société des individus » sera définitivement
installée, ce sera trop tard ; trop tard pour soigner, trop tard
pour enseigner, trop tard pour chercher, trop tard pour juger en
toute indépendance. Il ne restera plus à l’information et à la culture
qu’à se faire les accessoires d’une fabrique de l’opinion, qui
pourra en toute impunité « vendre à Coca-cola du temps de
cerveau disponible ».
Face à la multiplication de prétendues réformes aux conséquences
désastreuses, ce livre prône le rassemblement des forces. Il
exhorte à parler d’une seule voix pour s’opposer à la transformation
de l’État en entreprise, au saccage des services publics, et à la
destruction de la société française et de ses valeurs.
Les contributeurs, psychanalystes, enseignants, médecins, psychologues,
chercheurs, dressent un état des lieux et une analyse
dans chacun de leur domaine. Ils s’adressent à l’ensemble des
citoyens pour combattre une idéologie de la norme et de la performance
qui exige notre soumission et augure d’une civilisation
inique et destructrice de l’humain.
Ils témoignent que dans l’espace tragique de la crise actuelle et
des mauvais traitements qu’« on » lui fait subir, un futur est possible
pour l’« humanité dans l’homme ».

Aucun commentaire: