mardi 15 septembre 2009

Que les bouches s'ouvrent !

Front Syndical de Classe
Site : www.frontsyndical-classe.org - Courriel : frontsyndical.classe@laposte.net
« Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l'unité, son motif le plus puissant. C'est pour la mener avec succès en rassemblant l'ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n'est pas une invention, c'est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu'elle cesse : renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l'exploitation et à l'écrasement. » H. Krazucki





Que les bouches s'ouvrent !



Le FSC inaugure cette rubrique dans le cadre de la préparation du 49ème congrès confédéral de la CGT et dans un contexte marqué par une terrible guerre de classe menée contre les travailleurs.



Que les bouches s'ouvrent, écrivions-nous avant l'été : "L'état-major confédéral CGT espère du même coup, avant et pendant le congrès, contourner le mécontentement d'une grande partie de la base et escamoter les questions centrales du moment : le problème essentiel de la CGT est-il celui des structures ou celui de l'orientation ? quel est le bilan pour les travailleurs de la stratégie du syndicalisme rassemblé et du primat de la négociation « tous azimuts » entre « partenaires sociaux » ? la CGT va-t-elle continuer à s'inscrire avec Chérèque, Monks ou Sarkozy dans la perspective d'un capitalisme horizon indépassable de l'humanité qu'il s'agit simplement de moraliser ou va-t-elle être replacée sur ses orientations fondamentales qui posent comme incontournable la socialisation des moyens de production et d'échange pour réaliser une société juste ?




Ces débats vitaux pour le mouvement populaire et pour la CGT elle-même, il est essentiel que les organisations de base s'en emparent, qu'elles se ressaisissent de leurs prérogatives (le congrès est théoriquement le congrès des syndicats) et se réapproprient l'outil syndical en s'appuyant sur les luttes. Sauver la CGT en replaçant « la grande dame » sur ses fondamentaux de classe et de masse, tel doit être le mot d'ordre actuel ; cela suppose que « les bouches s'ouvrent », comme le réclamait déjà un dirigeant du mouvement ouvrier dans les années 30, et que des liens se tissent entre syndicats et camarades prêts d'une manière ou d'une autre à livrer bataille."

Aucun commentaire: