dimanche 15 mars 2009

Le PRCF appelle à dire NON À UNE JOURNEE DE L’UNION EUROPEENNE DE CRIMINALISATION DU COMMUNISME

PETITION

NON À UNE JOURNEE DE L’UNION EUROPEENNE

DE CRIMINALISATION DU COMMUNISME

voulue par des députés européens falsificateurs de l’histoire




Le 23 septembre 2008, le parlement européen a voté une résolution ignoble voulant faire du 23 août une journée commémorant « les victimes du stalinisme et du nazisme ». L’hypocrisie de l’association est une insulte aux communistes qui ont toujours été les résistants les plus déterminés au fascisme, avant, pendant et après l’Occupation.

Cette résolution bafoue l’histoire. Le Tribunal International de Nuremberg jugea et condamna les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité commis par les régimes nazi-fascistes de Hitler et de Mussolini.

Alors qu’il est irréfutablement établi que l’anticommunisme fut le cheval de Troie de l’hitlérisme, les falsificateurs, par des campagnes médiatiques déchaînées et répétées voudraient reporter les crimes d’extermination massive commis par les nazis sur le compte de ceux qui les combattaient. Nous sommes en présence d’une scandaleuse falsification historique.

La Biélorussie est là pour démontrer et éclairer la monstruosité des crimes hitlériens. Totalement occupée en 1941, elle connut la Résistance la plus exemplaire avec 1500 formations de partisans contribuant à la première défaite nazie, fin 1941, devant Moscou. Du fait de cette lutte héroïque la répression fasciste fut dantesque : 600 villes et villages furent incendiés et leurs habitants brûlés vifs comme à Oradour-sur-Glane, 2,5 millions de morts, soit 30% de la population de 1939. En Union Soviétique les hitlériens causèrent la mort de 20 millions de militaires et civils.

Voilà la vérité historique que la coalition alliée, France, Grande-Bretagne, URSS et USA, établit avec ses procureurs généraux en condamnant à la pendaison, à Nuremberg, des dirigeants nazis. Ces derniers avaient été vaincus par les forces alliées et en premier lieu par les sacrifices incommensurables consentis par les peuples de l’URSS et l’héroïsme des combattants de la glorieuse Armée Rouge, dont la victoire décisive de Stalingrad, changea le cours de l’histoire avant de porter le coup fatal au nazisme, fin avril 1945, à Berlin.

Les auteurs du texte voté, le 23 septembre 2008, par le parlement européen, se moquent bien de l’histoire, ils veulent amplifier leur campagne anticommuniste en utilisant le prétexte du Pacte de non-agression germano-soviétique, du 23 août 1939. Ils pratiquent ainsi un odieux amalgame entre le 3ème Reich et l’URSS. Ils tentent aussi d’effacer les terribles responsabilités des munichois, Daladier et Chamberlain (chefs des gouvernements français et anglais) qui, en ce mois d’août 1939 laissèrent, une fois de plus, les mains libres à Hitler.

La résolution du parlement européen promue par des députés allant de l’extrême droite à des socialistes, s’identifie à la démarche des anticommunistes de tous bords qui entrèrent dans l’histoire en 1938-1939 sous le nom de « munichois ». Ce sont eux qui permirent à Hitler et à Mussolini d’étrangler la République espagnole, d’annexer l’Autriche puis la Tchécoslovaquie par les honteux accords de Munich. C’est encore, Daladier et Chamberlain, qui refusèrent à l’URSS la signature d’un pacte d’assistance militaire mutuel. Dans d’interminables négociations, du 11 au 24 août 1939 à Moscou, Français et Anglais cautionnèrent le refus des Polonais d’autoriser, en cas d’attaque allemande, le passage sur leur territoire de l’armée Soviétique. Ils avouèrent n’avoir prévu aucun plan militaire pour combattre l’agression hitlérienne déjà programmée depuis le 11 avril 1939 avec l’adoption par Hitler du plan Weiss fixant l’invasion de la Pologne au plus tard, le 1er septembre 1939, comme elle se réalisa..

Ils sacrifièrent délibérément la Pologne qui avait d’ailleurs participé, en 1938, avec Hitler au dépeçage de la Tchécoslovaquie. Les « munichois » laissèrent l’arme au pied les 115 divisions
anglo-françaises face aux 23 divisions allemandes. Les généraux Keitel et Jold dirent à Nuremberg qu’ils avaient de ce fait évité la défaite et acquis la conviction que la France et la Grande-Bretagne ne voulaient pas leur faire la guerre. La Pologne vaincue, son gouvernement se réfugia en Roumanie, le 17 septembre 1939.

Daladier et Chamberlain s’étaient comportés comme à Munich, les dirigeants Soviétiques avaient vu juste. Alors qu’ils étaient engagés militairement en ce mois d’août contre la guerre japonaise faite à la Mongolie et menacés d’être entraînés, isolés, dans la guerre ou de voir la Wehrmacht, après une avancée fulgurante de 700 kilomètres, s’installer aux frontières de l’URSS à 250 kilomètres de Kiev, ils déjouèrent le piège grossier tendu par les « munichois ». N’ayant nul autre choix, les dirigeants soviétiques utilisèrent l’offre allemande d’un pacte de non-agression. La guerre contre l’URSS fut retardée de deux années et les bases de la future coalition alliée furent jetées. Elles prirent corps en 1941-1942.

Les euro-députés français qui ont signé et voté le texte immonde du parlement européen et ceux qui pourraient le soumettre au parlement français rejoignent la légion anticommuniste de Daladier, Raynaud, Sérol qui porta le félon Pétain au pouvoir lors du coup d’Etat, du 10 juillet 1940, à Vichy. Leur référence au pacte est cynique, même leur pair « munichois », Paul Raynaud, les ridiculise lorsqu’il écrit cette « autocritique » dans France-soir du 15 mai 1947:/ « Avec qui nous allier ? Le bon sens, la géographie, l’histoire et les plans d’Hitler nous le disaient ? Quand Hitler annonçait son intention de « régler » le sort de la France, puis de dépecer la Russie, il réunissait lui-même nos deux pays de ses propres mains. Cette alliance, si évidemment nécessaire, nous fut-elle refusée ? Non, elle nous fut offerte, et c’est nous qui l’avons repoussée »

Mesdames, Messieurs, Vincent Peillon et Bruno Gollnisch, Catherine Trautmann et Carl Lang, J. Toubon et A. Lipietz, Hélène Flautre et A. Laignel, Nicole Fontaine et A. Lamassoure, J.-M. Cavada et Cohn-Bendit, vous ne pouvez ignorer qu’au nom de l’anticommunisme Vichy était l’aboutissement de ceux qui avaient choisi, quelle qu’en soit la forme, loption de «plutôt Hitler que le Front Populaire ».

Et puis, soyons francs, à qui ferez-vous croire que cette initiative vise à condamner le nazisme, alors qu’elle est portée par des députés de l’homme qui considère le génocide des juifs comme un « détail » de l’histoire ?

Combien d’autres euro-députés d’extrême droite et carrément fascistes comme les adeptes d’Hitler et de Mussolini au pouvoir en Italie et dans les Pays Baltes ont signé et voté ce texte liberticide avec vous ? Cela ne vous gêne pas que le « libéral » Göran Lindblad dont vous revendiquez le rapport au conseil de l’Europe ait pu, le 3 juin 2004, à 11 h45 à Riga, fleurir le mémorial aux SS lettons dont les crimes égalèrent dans l’horreur ceux des SS à Tulle et Oradour-sur-Glane ? Savez-vous en effet que ces SS exterminèrent 90 000 personnes, la plupart des juifs, dans le sinistre camp de Salaspils ?

Que pensez-vous de la convergence qui s’étale au parlement européen, entre vous et Alessandra Mussolini, la petite-fille du Duce, qui demande la condamnation et l’interdiction des partis communistes ? Enfin vous ne pouvez ignorer que dans ce beau pays de France que nous aimons, des apologistes, en toute impunité, insultent l’Armée de Lattre, la Résistance, les martyrs de Tulle et d’Oradour-sur-Glane. C’est le cas de Reynouard et Theil, blanchis par la justice, et récemment de Picard qui traite les pendus de Tulle de « criminels de la pire espèce ». Condamné, il vient d’être relaxé par la cour d’appel de Limoges. Les profanations à la croix gammée se multiplient, mais de cela vous n’avez rien à dire ?
À ces questions, nous attendrons sans doute longtemps des réponses.

Cela étant dit l’histoire des peuples mérite la recherche et la prise en compte de ses enseignements. Cela est valable pour l’histoire de la France et de l’URSS. Ici les dirigeants politiques gérant le système capitaliste ne se sont jamais remis en cause. Ceux de l’URSS le firent de leur propre chef, en 1956 et 1961, et le débat n’est pas clos comme il ne l’est pas davantage sur la colonisation et les guerres coloniales françaises.

À la vérité ces euros députés voudraient que le parlement français obtempère à leur scandaleuse démarche, mais rien ne l’y oblige en l’état. Le Parlement Français est tenu à respecter et à faire respecter la mémoire de la Résistance Française à laquelle les communistes apportèrent une glorieuse contribution que le général de Gaulle salua en des termes élogieux. Cette mémoire de la Résistance, de tous les résistants et parmi eux les dizaines de milliers de communistes fusillés, massacrés et martyrisés par les nazi-fascistes, les mercenaires de la collaboration, doit être vigoureusement défendue. Et cela concerne l’ensemble des résistants, du monde du travail qui resta fidèle à la France profanée, des démocrates, des républicains, des patriotes et toutes les organisations politiques, syndicales et associatives attachées aux principes du Conseil National de la Résistance (CNR) dont la création, le 27 mai 1943, légitima la France combattante du général de Gaulle.

Honte à ceux qui bafouent notre France qui s’unifia dans la Résistance et les supplices « de ceux qui croyaient au ciel, de ceux qui n’y croyaient pas ». Honte à ces misérables qui osent confondre les agresseurs avec leurs victimes, les héros avec les criminels, les libérateurs avec les occupants, les communistes avec les nazis qui les fusillèrent.

Gloire éternelle aux Françaises et aux Français qui firent dans les combats et dans les prisons le sacrifice suprême à l’exemple du communiste Gabriel Péri et du socialiste Pierre Brossolette, de Jean Moulin et de Guy Môcquet, de Pierre Sémard et d’Estienne d’Orves, de Danielle Casanova et du colonel Fabien, ainsi que des centaines de milliers de patriotes morts pour la liberté et pour la France.

Députés et Sénateurs du Parlement français, nous vous interpellons solennellement. Vous êtes élus pour représenter la souveraineté du peuple. Si elle venait en débat, rejetez cette proposition infâme d’ « une journée du 23 août », insultante pour la France.

Travailleurs, démocrates, républicains et patriotes, signez et faites signer notre appel au parlement. Constituez partout des coordinations locale et/ou départementale de la flamme de la Résistance pour défendre la mémoire de nos héros et des martyrs.

Pour poursuivre leur combat, rassemblons-nous comme au temps du CNR dans une NOUVELLE RESISTANCE !









Pétition lancée par :

Léon Landini, officier de la Légion d’honneur, médaille de la Résistance, grand mutilé de guerre, ancien officier FTP-MOI ;
Georges Hage, député honoraire du Nord, ancien doyen de l’assemblée nationale ;
Jean-Pierre Hemmen, fils de Jean Hemmen brigadiste d’Espagne et commandant FTP fusillé au Mont-Valérien ;
Pierre Pranchère, anc. FTP, député de Corrèze – 1956-58, 1973-78, député honoraire au P.E, anc. conseiller général et anc. vice-président du conseil régional du Limousin
Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF, Philosophe
Vincent Flament responsable du CISC


Coordination de l’appel au plan national : Pierre Pranchère, 2 rue Puy Salmont, 19800 St. Priest de Gimel –
tél : 05-55-21-35-55

Courriel : pierre.pranchere@orange.fr

Aucun commentaire: