dimanche 22 mars 2009

Le comble de l'horreur est atteint !!!

Le comble de l'horreur est atteint

Battues sur son action en justice pour dissoudre l'UL de Douai sa direction et son secrétaire général Jacques Leclercq, la confédération CGT et l'UD du Nord continuent, sur ordre de la CES de Bruxelles, leur activité fractionnelle visant à installer une UL bis avec quelques militants. Lors d'une réunion organisée par l'UD du Nord pour mettre en place cette UL fantoche, l'animateur de cette fraction a eu ce propos, non condamné par les dirigeants présents : « Leclercq, il faut le faire crever ».

Cela se passait quelques jours avant que Jacques ne disparaisse. A quand faut-il remonter pour retrouver un tel langage dans notre CGT ? A 1939 où ceux qui avaient choisi « Hiitler plutôt que le Front populaire », avec le soutien des hommes de la CGT réformiste conduite par Jouhaux, jetaient les militants CGT ayant dirigé 1936 en prison avant de les exécuter comme le métallurgiste Jean-Pierre Timbault, le cheminot Pierre Sémard ou la nordiste décapitée Suzanne Masson ?

Honte à ceux qui tiennent de tels discours et à ceux qui ne les condamnent pas. Bravo aux 300 militants CGT de Saint-Gobain réunis à Montreuil dans les locaux de la CGT et qui ont rendu un vibrant hommage à Jacques Leclercq en rappelant sa fidélité aux objectifs de la CGT née en 1895 la définissant comme une organisation syndicale de classe luttant pour supprimer l'exploitation de l'homme par l'homme et mettre entre les mains de la nation les moyens de production et d'échange.

Malheureusement, la confédération CGT, depuis son adhésion a la Confédération européenne des syndicats mise en place par l'Europe du capital, dévie de ces objectifs fondamentaux.

C'est pour qu'elle redevienne ce syndicat de classe et de masse, laissant aux CFDT, FO et consort le soin d'être au service du patronat, que Jacques Leclercq se battait sans trêve auprès des travailleurs et des syndiqués CGT de l'UL de Douai et au sein du collectif pour un Front Syndical de Classe.

Aucun commentaire: