dimanche 15 février 2009

rassemblement de solidarité avec le peuple bolivien à Paris

MARDI 17 FEVRIER 2009 de 17h à 19h
RASSEMBLEMENT DE SOLIDARITE AVEC LE PEUPLE BOLIVIEN
ET LE GOUVERNEMENT QU'IL S'EST CHOISI
PLACE DE LA CONCORDE - PARIS


Le Président de la République de Bolivie, Evo Morales Ayma, sera de passage à Paris le 17 février prochain. A cette occasion, le collectif national de solidarité avec la Bolivie appelle à manifester notre soutien face au processus démocratique profond engagé depuis son élection et à renouveler notre solidarité au peuple bolivien.

Elu avec 54% des voix dès le premier tour en janvier 2006, Le Président Evo Moralès a été conforté dans ses fonctions lors du référendum révocatoire du 10 août 2008 avec plus de 67% des voix. Le triomphe du oui au référendum constitutionnel le 25 janvier 2009, avec 62% des voix, qui reconnaît la Bolivie comme «un Etat plurinational et démocratique» confirme la volonté du peuple bolivien de voir la fin de l'Etat colonial et la construction d'une Bolivie «pour le bien de tous».

En trois ans , des changements profonds ont vu le jour: récupération du contrôle de l'eau ainsi que des ressources naturelles, réappropriation de l'exploitation des hydrocarbures permettant une redistribution des richesses pour le plus grand nombre, refus du modèle néolibéral, cause de l'appauvrissement et destructeur de l'environnement.

Les peuples indigènes ont retrouvé les droits dont ils avaient été spoliés pendant 5 siècles.

Le 20 décembre 2008, la Bolivie a été déclarée «territoire libre d'analphabétisme», devenant avec Cuba et le Vénezuela le 3ème pays d'Amérique Latine à s'être débarrassé de ce fléau.
Le gouvernement bolivien a mis en place des consultations ophtalmologiques et chirurgicales gratuites, a construit de nouveaux hôpitaux et organise actuellement de nouvelles campagnes de santé pour tous.
Alors que 87% de la terre productive est entre les mains de 5% de grands propriétaires, la nouvelle Constitution va permettre la redistribution des millions d'hectares aux paysans et aux communautés indigènes.

La nouvelle Constitution bolivienne, fidèle au respect des peuples indigènes à la «Pacha Mama» rend imprescriptible les délits contre l'environnement, interdit la production, l’importation et la commercialisation d’OGM », permet de prendre « des mesures de restrictions partielles ou totales, temporelles ou définitives sur l’extraction de ressources », mesures visant à la sauvegarde et préservation des espèces en voie de disparition.
Alors que l'Europe s'apprête à renforcer la «directive de la honte» , bafouant ses propres conventions sur les droits humains, le Président Morales lui, a adressé à tous les sans papiers, cette magnifique lettre de «solidarité avec tous les clandestins»,
Avec l'accès au pouvoir des mouvements sociaux, la politique menée actuellement en Bolivie constitue une véritable rupture dans un pays marqué jusqu'alors par l'héritage raciste du colonialisme et par la domination d'une oligarchie soutenue par le grand patronat international.
L'oligarchie bolivienne, celle qui a soutenu les coups d'Etat, les dictatures militaires et le libéralisme le plus sauvage, a cherché par tous les moyens à empêcher la progression du processus en cours, elle s'est appuyée pour cela sur des groupes fascistes et racistes soutenus par l'ex administration Bush.

Ce que le peuple bolivien est en train d'accomplir concerne l'humanité toute entière. La Bolivie avec d'autres pays latino-américains nous prouve qu'il existe d'autres solutions, qu'un autre monde est possible, un monde à visage humain. Ils représentant un espoir.

C'est pourquoi nous tenons à exprimer au Président Evo Morales, lors de son passage à Paris, NOTRE ENTIERE SOLIDARITÉ AVEC LE PEUPLE DE BOLIVIE ET LE GOUVERNEMENT QU'IL S'EST CHOISI.

Le COLLECTIF NATIONAL DE SOLIDARITE AVEC LA BOLIVIE

Aucun commentaire: