mercredi 3 décembre 2008

tous ensemble dans l'action.

Pôle de Renaissance Communiste en France

Communiqué de la commission luttes et syndicalisme – 3 décembre 2008

Tous ensemble dans l'action

La commission luttes du PRCF se permet de diffuser ce texte de l'UL CGT de Douai qui rappelle que la combativité à la base est aujourd'hui très élevée et qui pose clairement la question de l'unification des luttes des travailleurs contre la politique euro-formatée des grands actionnaires et de leurs serviteurs au pouvoir.

« Depuis quelques jours se déroulent des événements syndicaux et politiques importants sur l'arrondissement du Douaisis (59) qui témoignent de l'importance de la crise économique et sociale, du niveau des mobilisations en cours et de la nécessité pour les travailleurs de lutter ensemble.

La crise de l'automobile qui couvait depuis quelques mois a montré son vrai visage à partir de la « crise financière » des ces dernières semaines. La quasi totalité des entreprises de la filière automobile vont ainsi connaître de longues périodes de chômage en décembre et janvier. Celle qui est frappée la première est bien sûr Renault qui fermera ses portes dans un premier temps le 3 décembre à 19h, puis la semaine prochaine, pour une période de 6 semaines (reprise possible pour le 15 janvier). Il est à noter que l'entreprise qui sortait de ses murs 2200 véhicules/jour il y a encore quelques mois en est réduite à une production actuelle de 1200 puis 600 pour la semaine prochaine.

Les conséquences ont été immédiates pour les équipementiers, les sous-traitants directs comme les transports ou la sidérurgie, et bientôt sur les indirects comme le commerce dans toute sa diversité.
Si bien qu'il est à prévoir que près de 15000 salariés seront en chômage technique ou congés forcés (comme chez Renault) d'ici la semaine prochaine.

Certaines boites vont connaître des difficultés beaucoup plus graves puisque planent désormais des menaces de dépôts de bilan : un gros équipementier est dans ce cas (il emploie plus de 600 salariés), un sous traitant direct Renault, la société de transports CAT installée sur le site vient d'annoncer un plan de licenciement de 15 salariés (25% de l'effectif), et d'autres vont suivre. En outre, la quasi totalité des intérimaires des boites sous-traitantes a purement et simplement été virée, depuis plusieurs semaines.
Réduction de la production, accélération des processus de délocalisations, chômage technique, fermetures et suppressions d'emplois... 2009 va débuter de manière bien difficile chez nous comme tant d'autres régions en France.

Enfin, un malheur n'arrivant jamais seul, le président de la République est à Douai ce jeudi 4 décembre pour annoncer « son plan de relance pour l'économie française » alors que sa politique de cadeaux sans limites aux grands actionnaires et d'attaques tous azimuts des acquis populaires est largement responsable de la crise.

Mais, loin des effets d'annonce et des gesticulations médiatiques, des luttes se développent et sont gagnantes comme chez Faurécia Somain la semaine dernière qui ont obtenu satisfaction de leurs revendications après 5 jours de grève, ou encore chez CAT où les salariés en grève depuis aujourd'hui bloquent les livraisons de Renault et luttent pour annuler les 15 licenciements programmés.

Dans ce contexte et malgré la lourde insistance de la Sous Préfecture, la CGT de classe du Douaisis se refuse à rencontrer un de ses chefs de cabinet. Nous avons au contraire pris la décision de ventiler aux 7 entrées de Douai ville dès 6h30 du matin, ce 4 décembre, un tract de masse appelant à la manifestation pour l'emploi et les salaires du 18 décembre prochain et sur lequel sont posées nos revendications et propositions pour la relance réelle de l'économie française et de nos industries à partir de la satisfaction des besoins populaires et en prenant sur les centaines de milliards d'euros de profits des grandes entreprises qui saccagent aujourd'hui notre pays : revalorisation du Smic à 1600 euros nets, arrêt des délocalisations, baisse significative de la TVA, mise en place d'une politique de recherche et de production en France avec l'intervention des fonds publics...

Mais ces mesures d'urgence, ainsi que toutes les autres qui concernent les retraites, la sécu, la défense des services publics..., nous savons bien qu'il nous faudra les imposer. Face au pouvoir du grand patronat qui nous mène à la crise et nous condamne à la régression sociale, notre appel interprofessionnel à la grève et manifestation du 18 décembre à Douai doit être un tremplin pour la mobilisation du Tous Ensemble dès la reprise vers la mi-janvier. »

Jacques Leclercq secrétaire général de l'UL des syndicats CGT du Douaisis

Aucun commentaire: