jeudi 11 décembre 2008

solidarité avec le peuple grec





/Enbros Lah ! Mi skivis to khphali !/
En avant, Peuple ! ne baisse pas la tête !
Solidarité avec la lutte du peuple grec !

Le PRCF exprime sa solidarité avec la lutte exemplaire du peuple Grec, de son syndicat de classe et de masse, le PAME, et de son Parti Communiste, le KKE.

Face à la crise du capitalisme mondial, face à la fascisation des régimes bourgeois dans toute l’UE, prison des peuples, face aux plans des gouvernements de droite ou de la fausse gauche qui font payer aux travailleurs, aux salariés, aux couches non monopolistes, la crise du grand capital, face à la destruction systématique des acquis sociaux du peuple au profit des milliardaires, face à la misère, face à la guerre, tous deux produits par le capitalisme et sa crise, face à la tentative continentale de criminaliser le communisme pour tenter de dédouaner les crimes bien réels du capitalisme,
Il est temps de passer à la contre-attaque !

Le peuple Grec nous montre le chemin: "Tous ensemble, en même temps ! »

Chez nous aussi toutes les conditions sont réunies pour que nous ripostions à plus de vingt ans d’agressions, de régressions, de répressions.

Ouvriers, employés, salariés, chômeurs, retraités, cadres, ingénieurs, chercheurs, artisans, petits entrepreneurs et petits commerçants, nous subissons le joug du grand capital qui insulte le travail par l’étalage de son luxe inouï à l’heure où l’avenir de nos enfants nous plonge dans l’angoisse. Un grand capital qui détruit méthodiquement la France comme il détruit la Grèce, en saccageant notre industrie, notre agriculture, notre pêche artisanale, notre recherche publique, nos hôpitaux, notre poste, nos transports publics, nos Universités et notre école laïque et jusqu'à notre langue abandonnée au "tout en anglais", sur l'autel de la "construction européenne", de l'allégeance à l'OTAN et de la course au profit financier maximal.
Assez !
Relevons la tête ! Livrons combat, unis et déterminés.

Organisons et regroupons les travailleurs pour la lutte de masse, en renouant avec *le syndicalisme de classe.*

On n'est sûr de perdre que les combats que l’on ne livre pas et il est temps d'engager la contre-attaque populaire contre un grand capital qui après nous avoir plongés dans la crise et le chômage, veut encore rafler l’argent public pour accroître ses profits. Un grand capital qui précarise la jeunesse et le monde du travail au profit d’une UE totalement inféodée aux impérialismes qui dominent la mondialisation capitaliste, les USA et la RFA.

*Assez !*
La lutte de masse contre le capitalisme et pour le socialisme revient à l’ordre du jour! Comme le peuple grec, inventeur de la démocratie, le peuple français et sa classe ouvrière sont les héritiers d'une riche tradition révolutionnaire; en 2005 ils ont dit non à la constitution européenne et en 2006, l'insurrection de la jeunesse a fait tomber le CPE en ébranlant le gouvernement Villepin.
Et aujourd'hui la colère monte des usines en voie de délocalisation, des lycées malmenés par Darcos et des services publics privatisés contre cette Europe et son agent élyséen, le fort peu républicain Sarkozy, destructeur des libertés démocratiques

Nationalisons et gérons démocratiquement les banques renflouées avec notre argent !

Nationalisons démocratiquement les groupes capitalistes qui licencient alors qu’ils font des milliards de profit et qu'ils continuent de verser des dividendes indécents à leurs gros actionnaires !

Nationalisons les grands moyens de production et d’échange pour qu’ils soient mis au service du peuple et non plus des dirigeants et des actionnaires ( le patron de Porsche gagne 22500 euros de l’heure !)

L’heure de la contre-attaque arrive, en France comme en Grèce,« Tous ensemble, en même temps!».
Le PRCF – 11 12 08

Aucun commentaire: