lundi 15 décembre 2008

POUR UNE ALTERNATIVE COMMUNISTE

Pôle position du PRCF
POUR UNE ALTERNATIVE COMMUNISTE QUI EN SOIT VRAIMENT UNE!

Dans un texte publié en plein congrès du PCF(voir ci après) A. Gerin s'indigne de ce que des délégués mutants aient pu l'accuser de ne pas être sorti "de la matrice bolchevique"...

Le PRCF quant à lui, se revendique du glorieux héritage du congrès de Tours et rappelle que le PCF s’y est crée en 1920 en adhérant aux conditions de l’internationale
Le camarade Gérin, qui n'a jamais répondu aux nombreux courriers unitaires que le PRCF lui a adressés, - y compris quand ils étaient co-signés de son ex-collègue parlementaire G. Hage-, est toujours sur sa stratégie de "redressement du PCF", malgré les 68% de voix obtenus par la motion néo-mutante de Buffet au congrès, et les 16,5 % de la liste droitière conduite par M-P. Vieu.
On lui souhaite bien du plaisir et on espère pour les travailleurs de France que le PCF sera "redressé" avant que la France républicaine et sociale, ses services publics, ses acquis sociaux et sa grande industrie n'aient totalement disparu, faute d'avoir pour les défendre un véritable parti communiste!
Notons cependant que le texte de A. Gérin (ci-joint) ne dit mot de la question clé du moment, celle de l'Europe: c'est d'autant plus stupéfiant que Sarkozy veut contraindre les Irlandais à re-voter sur l'Europe... ce qu'il interdit aux Français; c'est d'autant plus surprenant qu'une bonne partie de la jeunesse du sous-continent européen est en ébullition de la Grèce (où le PC et la JC, qui n'ont pas honte de la "matrice bolchevique", jouent un rôle pionnier) à l'Italie en passant par les lycéens français; c'est d'autant plus incompréhensible, qu'une majorité de communistes véritables, y compris sans doute parmi ceux qui ont soutenu le texte 3, rallie de plus en plus la revendication d'avant-garde portée par le PRCF depuis sa fondation: SORTIR la France de cette prison des peuples qu'est l'UE pour construire une nouvelle République sociale, souveraine et fraternelle en marche vers le socialisme... Là est le point décisif pour sortir le PCF de l'orbite de la social-eurocratie et de la domination du PS qui, il est vrai, tient dans ses mains la réélection de la plupart des élus du PCF...
Comment prétendre qu'on propose une alternative à la politique de MGB (à laquelle A. Gerin vient en vain de proposer ses bons services, si bien qu'une liste alternative apparemment unie sera proposée in extremis par les initiateurs du texte 3...) et, tout à la fois, refuser que les communistes membres et non membres du PCF se rencontrent pour organiser une intervention franchement communiste unie dans les luttes, pour donner un sens anticapitaliste, antifasciste et anti-Maastricht à l'affrontement de classe qui germe dans notre pays? Comment ignorer à ce point la question politique centrale de la rupture avec l'UE et du rétablissement de l'indépendance nationale en liaison avec la question du socialisme?
Cela signifie-t-il que les dirigeants de la liste alternative s'apprêtent à soutenir de manière "critique" la liste "euro constructive" préparée par Wurtz pour les élections européennes en lien avec une partie de la social-démocratie? Le PRCF pour sa part a choisi la clarté aux européennes: il appellera à l'abstention militante en lien avec les luttes, pour donner sens politique à l'EUROREJET de l'UE qui monte en France, où le lien entre l'UE, le système capitaliste et les contre-réformes sarkozystes est de mieux en mieux perçu par les secteurs en lutte.
En attendant, le PRCF qui continue de s'adresser à tous les communistes, y compris bien sûr à A. Gerin, marche sur ses deux jambes:
D'une part 10 camarades du PRCF, bien accueillis par certains délégués de base, ont diffusé à la porte du congrès du PCF l'/Appel aux continuateurs communistes/ signé par 400 communistes qui appelle à s'unir dans l'action et l'élaboration politique par-delà le piteux congrès du PCF (il est triste que le camarade Dang Tran soit ostensiblement passé devant nos camarades distributeurs sans les saluer ni daigner prendre un tract: d'autre part nos camarades, dont beaucoup ont été durement écartés ou exclus de fait du PCF pour leurs résistance à la "mutation", n'ont pas besoin d'être exclus une seconde fois par certains camarades se réclamant de l'opposition...).
D’autre part ,le congrès du PCF passera et décevra comme les précédents congrès de"mutation" et de "métamorphose" anti-léniniste.
La vraie vie est désormais ailleurs: dans l'unité d'action des communistes, dans les luttes populaires à la base, dans la construction du tous ensemble et de l'affrontement de classes qui vient, dans la défense du syndicalisme de classe, dans la présence prioritaire des communistes aux entreprises et devant les lycées en lutte, dans la mise en place d'un large Front Républicain, Antifasciste, Patriotique et Progressiste (FRAPP) qui sortira notre pays de la prison euro capitaliste et qui lui rouvrira la voie du progrès social, de l'indépendance et de la marche au socialisme libérateur.
Le PRCF 14 12 2008



pour information, la lettre d' André GERIN,Maire de Vénissieux, Député du Rhône

34ème congrès du Parti communiste français
Le 11 décembre 2008

On a enfin diagnostiqué ma maladie : je suis trépané de la « matrice bolchevique ». Je veux savoir quel traitement on me propose. Je ne suis pas rassuré parce qu'on m'a dit que je n'étais pas réformable ,que je suis figé, immobile et sectaire. En fin de compte, j'ai préféré changer de médecin et consulter les communistes de France pour soigner l'illusion plurielle, meurtrière, du gouvernement Jospin. On connaît la suite
Dans le prolongement du texte « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps », oui, les forces existent pour régénérer le PCF.
Une majorité de communistes s'est prononcée pour le maintien du PCF, lors de l'assemblée générale de décembre 2007 et pendant la préparation du congrès. Cette explication franche entre communistes a commencé. Personne ne pourra l'arrêter.
Cette majorité préfigure une unité nouvelle du parti. Unis, nous devons l'être pour rompre avec une stratégie de reniement. Unis, nous devons l'être pour en finir avec des orientations qui privilégient à tout prix les alliances gouvernementales et qui nous placent en toutes circonstances sous la dépendance du Parti socialiste. Unis, nous devons l'être pour réfléchir comment sortir du chemin mortifère de l'aménagement du capitalisme, pour imaginer des actions qui conduisent le peuple de France à transformer la société.
Le 34ème Congrès peut dire clairement non à une stratégie de dilution du PCF. Les communistes ne veulent pas que leur histoire se termine en tragédie. Au contraire, ils veulent vivre tous les rebondissements de la vie et voler de leurs propres ailes.
Ils ont eu l'avant goût de cette liberté : les résultats des élections municipales et cantonales de mars 2008. Presque 10 % à ces élections : ce sont les militants, leurs candidats locaux, les élus sortants qui les ont obtenus. Rappelons-nous, aussi, les résultats aux régionales de 2004 dans le Nord Pas-de-Calais, la Picardie et la région Centre. Les leçons sont toujours à tirer.
Si la majorité des communistes veut garder le PCF, c'est pour décider d’un projet et d’une stratégie communistes. Il y a les fondamentaux : l'exploitation de la force de travail – salaires, prix et profits –, les conflits de classe à l'échelle locale et à l'échelle mondiale, le « Capital » de Marx, qui n'a rien perdu de sa pertinence. Et il y a le bouillonnement des idées au sein du parti sur ce que peut et doit être le communisme au XXIème siècle, partant de l'expérience, de la culture et de l'imaginaire de chacun.
Retrouvons une cohérence dans notre expression publique sans perdre le fil de notre diversité. Cela permettra à des millions de salariés de trouver leur point d'accroche avec nous, de comprendre où nous voulons aller, de partager le sens de notre combat. Cela permettra aux dizaines de milliers de communistes adhérents ou sans carte de trouver, chacun, son point de ralliement.
Redonnons de la cohérence théorique à notre réflexion pour l’efficacité politique. Affirmons, le front haut, qu'il est possible, dans un pays capitaliste développé comme la France, de présenter le communisme comme une perspective pour sortir de la gangrène planétaire d’un capitalisme cynique et sans pitié, de l'impérialisme de la finance.
Nous voulons moins que jamais abandonner l’outil et renoncer au renforcement du PCF. Dénonçons une pédagogie du renoncement militant alors que nous avons des bases militantes originales sans équivalent, des milliers d’élus, des municipalités où des gens et des jeunes adhèrent à nos initiatives.
Le moment est venu de voir grand et d’oser, les yeux grand ouverts, l’engagement communiste. Le peuple de France n’a pas besoin d’alternance, mais d’une autre société, d’un autre modèle économique basé sur la fin de l’exploitation de l’homme par l’homme.
Mettons fin à une union exclusive, étriquée et désormais sans contenu de transformation avec le PS. Ne renouvelons pas la piètre expérience de la nébuleuse des collectifs antilibéraux en nous fourvoyant avec Mélenchon et son parti socialiste bis.
Ressourçons-nous avec gourmandise dans l'histoire glorieuse d’un PCF qui a su faire naître une passion française du communisme, en osmose avec le mouvement ouvrier, démocratique et social.
Nous pouvons affirmer plus que jamais que ce capitalisme qui porte le désastre relève de la préhistoire de l’humanité. Nous vivons une époque où les défis de la faim, de la misère, de la pauvreté portent l'exigence d’une nouvelle civilisation mondiale où la question du communisme et d’un nouvel internationalisme a toute sa place. Depuis la chute de l'URSS le monde a beaucoup changé ouvrant des perspectives nouvelles.
Des peuples résistent et explorent des voies originales d'alternative au capitalisme. Les valeurs et les idéaux du socialisme et du communisme sont renaissants .L’exploitation atteint une férocité inégalée qui plonge 90 % de l’humanité dans l’inégalité, tandis que les ogres de la finance cultivent leur miel profitant des guerres et des cataclysmes sur tous les continents.
Proposons aux Français une orientation claire et nette, une stratégie électorale cohérente et un PCF qui retrouve son autonomie et ses couleurs.
Reconstruisons le PCF, combatif, ouvert, rassembleur en nous adressant à tous les communistes quels que soient les choix passés ou les préférences personnelles.
Reconstruisons de manière féconde le PCF en retrouvant ses bases sociales ouvrières et populaires, en mettant au cœur la question de l'individu dans l'enjeu du collectif.
Un PCF de combat, de résistance, de riposte et d'espérance avec l'objectif central de rassembler sans a priori les victimes du capitalisme destructeur et de la grande bourgeoisie.
Ne laissons personne décider à notre place. Ni maîtres à penser ni prêt à porter, appelons les communistes à secouer le cocotier en coresponsabilité. Pour soigner notre maladie, nous avons le devoir, que ça nous plaise ou pas, de respecter la souveraineté des communistes

Aucun commentaire: