mercredi 5 novembre 2008

LE PRCF EST INCONTOURNABLE.

Ceux qui voulaient isoler et « tuer » le PRCF en sont pour leurs frais : sa 2ème Conférence nationale, tenue ces 25 et 26 octobre à Paris, n’a pas seulement connu un succès d’organisation ; elle a été un vrai succès politique.
D’abord par la reconnaissance internationale dont le PRCF est l’objet : par dizaines, les messages de solidarité ont afflué : PC irlandais et chilien, WWP (USA), Réseau des communistes italiens, PC de Géorgie (dont le délégué s’est vu refuser le visa par le consul de Sarko à Tbilissi !) ; les délégués du PC de Grèce, du PCPE (Espagne), du PTB (Belgique), du PADS (Algérie), des PC du Pakistan de, Hongrie, Danemark, Croatie, le Nouveau PC britannique, ont été chaleureusement applaudis, la palme revenant à Radim Gonda, dirigeant des JC tchèques interdites, ainsi qu’au délégué du PC de Cuba, L. Rodriguez, porteur d’un message du Comité central.
Ensuite par l’unité politique et idéologique sans précédent dont a fait preuve le PRCF dans un climat fraternel excluant tout esprit moutonnier. La résolution politique a été adoptée à la quasi-unanimité par les cent délégués mandatés venus de Marseille, Lille, Nantes, Tulle, Saint-Brieuc, Lens, Alençon, Grenoble, Lyon, Annecy, Perpignan, Amiens, Metz, Castres, Auxerre, Auch, Strasbourg etc., sans oublier bien sûr Paris et la Région Parisienne...
Accord pour défendre la 1ère expérience socialiste de l’histoire contre la criminalisation du communisme, pour soutenir sans mégoter Cuba socialiste, la Palestine et l’Amérique latine en lutte, pour exiger le retrait de l’armée française d’Afghanistan et surtout, pour soutenir tout effort visant à relancer le Mouvement communiste international : car un MCI débarrassé des opportunistes est indispensable pour faire face à la crise du capitalisme en mal de récession, de fascisation et de guerres impérialistes exterminatrices…
Accord total aussi pour proposer en France une nouvelle stratégie révolutionnaire, en rupture avec l’euro-trotskisme de la LCR comme avec l’« union de la gauche » derrière le PS maastrichtien. Oui, pour sortir la France du broyeur de l’UE, pour restaurer la souveraineté nationale et tisser des traités internationaux progressistes, pour chasser les euro-vichystes au pouvoir à Paris, pour renouer avec le progrès social et remettre à l’ordre du jour la transformation socialiste du pays, il faut construire un large Front Républicain Antifasciste, Patriotique et Progressiste (FRAPP) donnant corps au Non majoritaire de mai 2005. D’où l’intérêt de l’Arc républicain de progrès qui allie le PRCF à d’autres patriotes progressistes, le PRCF proposant l’idée d’un nouveau Conseil National de la Résistance, seule alternative progressiste possible à l’UMPS de Sarko-DSK.
Accord fervent également pour orienter prioritairement le PRCF vers la classe ouvrière et la jeunesse. Les délégués ont entendu avec attention L. Jourdas, combatif délégué CGT des NMPP en lutte, ainsi que R. Silvain, acteur central de la grève ouvrière de 68 et de l’actuelle renaissance du syndicalisme de classe ; ils ont ovationné J. Leclercq ; notre camarade est le secrétaire légitime de l’UL CGT de Douai, actuellement traînée devant la justice bourgeoise par Le Duigou (secrétaire confédéral), le « cégétiste » favori du MEDEF ! Ce que Le Duigou reproche en réalité à cette UL, c’est de refuser la ligne de renoncement promue par Thibault. Avec la Lettre ouverte aux états-majors syndicaux déjà signée par 4000 syndicalistes, les « accompagnateurs » syndicaux de la sarko-casse ont du souci à se faire : car l’aspiration des salariés au tous ensemble en même temps grandit aussi vite que le rejet populaire de l’UE dans les classes populaires de tous les pays d’Europe !
Accord unanime aussi sur la ligne d’unité de combat des communistes (cartés PCF ou pas). Les congressistes ont condamné avec indignation l’apartheid politique qui voudrait exclure de la lutte pour un vrai PC les vrais communistes écartés du PCF pour en avoir les premiers dénoncé les dérives ! Accord plus discuté, en raison du sectarisme anti-PRCF et du contenu inconséquent de ce texte (qui n’appelle pas à sortir de l’UE et ne dit mot du syndicalisme de classe…) pour appeler les communistes cartés au PCF à voter pour le texte présenté par C. Andréani, Gerin, et d’autres ; car ce texte reprend moderato cantabile certaines analyses du PRCF et… il ne faut perdre aucune occasion d’unir les vrais communistes.
Mais pas d’illusions : après une « mutation » qui a idéologiquement et économiquement enchaîné le PCF au PS, il n’y aura pas de « redressement » miracle du PC. Si la « gauche » du PCF progresse au congrès, la question ne sera pas pour elle, comme l’annonce A. Gerin, de « réunir la famille communiste », du liquidateur Gayssot à la Gauche com’ (étrange famille qui inclurait les naufrageurs en chef mais qui exclurait le PRCF, jugé trop « léniniste » ?) : un tel fourre-tout paralysant perpétuerait l’arrimage électoraliste du PCF au PS et à la « construction européenne » impérialiste. Si la gauche du PCF veut vraiment combattre la mise à mort sarko-maastrichtienne de la République, il lui faudra tôt ou tard rompre politiquement, et pour finir, organisationnellement, avec la droite du PCF (mutants, refondateurs, huistes…)...
Il lui faudra aussi renoncer aux exclusives contre la « gauche de la gauche » communiste, incarnée notamment par le PRCF. Car ce qu’attendent les travailleurs, c’est que les vrais communistes s’organisent pour impulser l’action de classe et, pourquoi pas, pour préparer ensemble la salutaire rupture organisationnelle entre les chefs liquidateurs du PCF et les vrais communistes cartés ou non cartés au PCF. Car les communistes ne renient pas l’acte fondateur qui, en 1920, permit au Congrès de Tours de scinder les révolutionnaires des sociaux-démocrates. Le PRCF propose donc que les vrais communistes organisent ensemble dès janvier une large AG pour dresser le bilan du congrès du PCF et pour structurer une Convergence d’action communiste souple, permettant de rétablir ce qui urge le plus : une expression vraiment communiste de masse en direction des travailleurs.
Ainsi, la vraie question n’est pas carté PCF ou pas ?, mais : pour ou contre la rupture avec l’UE ? Capitalisme ou socialisme ? Pour ou contre un PC de combat renouant, par-delà la pétaudière politique dirigée par MGB, avec le grand PCF léniniste auquel nous devons le Front populaire et les grandes conquêtes de la Libération si attaquées aujourd’hui.
Enfin, accord total pour tisser la toile rouge du PRCF en structurant fortement les directions départementales, en ciblant de grandes entreprises dans chaque département, en promouvant IC, le mensuel franchement communiste du pays. Car pour unir les communistes, , construire le tous ensemble des salariés, fédérer les républicains, le camp progressiste a besoin d’un PRCF mieux organisé.
Que chacun en tire pour lui-même les conclusions incontournables …

La commission exécutive du PRCF: L. Landini (président-délégué), J.-P. Hemmen (CPN), G. Gastaud (sec. national), J. Coignard et Jany Sanfelieu (orga), V. Flament (IC), J.Cl.Houseaux (diffusion IC), B. Foucambert (luttes, syndicalisme), T. Remmery et N. Aunis (jeunesse), E. de Angelis (Midi), B. Colovray (Rh.-Alpes), P. Pranchère (appel aux continuateurs), J.-Fr. Maison (propa.), A. Manessis (travail unitaire), D. Antonini (international), B. Parquet et J.-P. Leroy (RP), B. Guillaumin (trèsorier), A. Djament (EtincelleS).)M.Dupont (présidente de la commission de contrôle financier)
______________________________

PRINCIPALES DECISIONS de la CONFERENCE NATIONALE du P.R.C.F.
des 25 et 26 octobre 2008, tenue dans le 15ème arrondissement de Paris.

La 2ème conférence nationale du PRCF décide

-d’appeler les vrais communistes et les vrais républicains à faire échec ENSEMBLE au fascisant projet de l’UE d’instituer le 23 août comme journée annuelle de condamnation « des crimes du nazisme et du stalinisme » (sic), car ce projet vise à interdire le communisme et l’action de classe, tout en banalisant le nazi-fascisme que plusieurs gouvernements de l’UE travaillent à réhabiliter directement ou insidieusement ;

-de proposer à la Confédération d’Action Communiste d’organiser début novembre 2009 (anniversaire de la Révolution d’Octobre, mais aussi, 20ème anniversaire de la Chute de la frontière berlinoise de la RDA, qui donnera sûrement lieu à une campagne anticommuniste mondiale) un colloque unitaire sur le thème : le communisme reste l’avenir du monde !

-de s’investir dans la préparation, avec l’Arc Républicain de Progrès, d’un colloque national sur l’héritage du Conseil National de la Résistance et sur son actualité politique ;

-de se tourner prioritairement vers l’entreprise et la défense du syndicalisme de classe, de combattre l’entreprise des états-majors syndicaux pour « purger » les syndicalistes de classe ; de réfléchir à une initiative nationale pour aider le syndicalisme de classe à prendre l’offensive et à faire grandir l’exigence du « tous ensemble en même temps » ; de soutenir l’Union locale CGT de DOUAI contre la chasse aux sorcières ; d’aller sans relâche aux luttes (auto, Livre, Education, Poste…) en apportant l’éclairage politique nécessaire pour gagner ;

-de proposer aux organisations se réclamant du communisme, à l’exception des trotskistes et autres « mutants », de tirer ensemble le bilan du congrès du PCF à l’occasion d’une rencontre communiste publique, avec l’objectif de bâtir une Convergence d’Action Communiste indépendante des naufrageurs du PCF ;

-d’appeler les communistes encore adhérents au PCF, sans cacher les limites de ce texte ni ses conditions anti-unitaires d’élaboration, à voter dans le cadre du congrès PCF pour le texte déposé par Caroline Andréani et par d’autres camarades; dans le même temps, d’intensifier en priorité la signature de « l’Appel aux continuateurs communistes » ; d’adresser largement le n° spécial d’IC de novembre aux communistes, membres ou par du PCF ;

-d’organiser plus fortement le PRCF notamment ses structures départementales et interdépartementales de direction, en le tournant prioritairement vers l’entreprise et les luttes sociales, en faisant de la diffusion d’IC une tâche centrale de chaque ARC ; d’apporter l’aide de chaque ARC à l’implantation locale des JRCF ; de constituer un secteur propagande pour travailler les tracts de masse et l’affichage ; continuer à développer le site et la communication internet ; de lancer une campagne d’adhésion sur le thème : le PRCF, outil incontournable pour impulser l’unité de combat des communistes et pour faire renaître un vrai PCF en France ;d’élaborer dès novembre, ARC par ARC un plan de travail pour la reprise des cartes 2009 sur une base politique, populaire , offensive et conquérante .

-de développer l’activité théorique marxiste en menant la bataille du livre autour des livres publiés par des camarades du PRCF, d’aider à la relance de la revue « EtincelleS », désormais revue théorique du PRCF.

Aucun commentaire: