vendredi 31 octobre 2008

SOUTIEN A L'UL CGT DE DOUAI

Collectif Unitaire pour un Front Syndical de Classe
(Fondé en 2005 par des militants CGT et FSU afin de regrouper les efforts de défense du syndicalisme de classe dans les respect des organisations syndicales).

Soutien à l'UL CGT de Douai

A mesure que l'offensive antisociale et anti-démocratique s'accentue contre les travailleurs sous l'égide de Sarko-Medef et d'une Union européenne d'autant plus décidés à "accélérer les réformes" que leur crise entame encore un peu plus leur légitimité à casser tous les acquis populaires, les directions syndicales rivalisent d'attentisme alors que les luttes se développent à la base dans l'automobile, dans l'Education, à la poste, chez les ouvriers du Livre... et que rien n'est fait pour les renforcer par la construction d'un combat d'ensemble contre leur adversaire commun. Va-t-on continuer encore longtemps à laisser les mobilisations sectorielles s'épuiser face à un adversaire qui a déclaré la guerre à l'ensemble du monde du travail ?

Pire, la confédération CGT semble désormais avoir franchi un cap en décidant d'ouvrir la chasse aux syndicalistes combatifs et d'attaquer les organisations qui refusent une évolution vers le syndicalisme d'accompagnement si contraire à l'histoire et à l'héritage de la grande CGT. A Dreux, à Saint-Raphaël ou à Toulouse, des UL CGT subissent ainsi d'importantes pressions (en particulier financières par l'intermédiaire du système Cogetise qui sert à faire rentrer dans le rang les organisations "récalcitrantes" à l'image de ce qui s'est passé à la CFDT il y a plusieurs années). Mais c'est l'UL de Douai qui connaît la situation à la fois la plus difficile et la plus emblématique.

Alors que cette UL est fortement ancrée dans son territoire avec des dirigeants légitimes et reconnus par les travailleurs, elle est victime d'une offensive concertée de l'UD et de la Confédération qui cherchent à lui casser les reins au seul motif qu'elle conserve des positions de classe et refuse l'accompagnement de la "rupture sarkozyste". L'UD vient ainsi de saisir les tribunaux afin de : faire défense au secrétaire général de l'UL de tenir le congrès de l'UL de Douai sous astreinte de 20000 euros en cas d'infraction ; suspendre toute opération ou acte statutaire de l'UL CGT de Douai ; de désigner un administrateur ad hoc afin d'organiser un congrès selon des dispositions décrétées par l'UD CGT NORD.

Il s'agit purement et simplement d'un déni de démocratie syndicale et d'une tentative d'obtenir par voie judiciaire ce que l'UD et la confédération ne peuvent obtenir par la voie syndicale normale.

Les militants syndicaux CGT du CUFSC, qui sont pour beaucoup dans le lancement et le succès de la "lettre ouverte de masse aux états-majors syndicaux", s'indignent des manoeuvres de la confédération CGT qui trouve davantage d'énergie pour attaquer des organisations démocratiques de la CGT que pour combattre le gouvernement aux ordres du MEDEF et de l'UE. Ils assurent l'UL de Douai, ses dirigeants et son secrétaire général Jacques Leclercq, de leur plein soutien. Ils appellent l'ensemble des militants syndicaux, des syndicats et collectifs syndicaux à manifester leur solidarité et à se regrouper dans le combat contre la casse anti-sociale et ceux qui ont choisi de l'accompagner.

Aucun commentaire: