mardi 8 juillet 2008

Sarkozy:La voix de son maitre

Communiqué du Pôle de Renaissance Communiste en France
www.prcf.fr







SARKOZY : LA VOIX DE SON MAITRE.



Sarkozy a un mérite à nul autre pareil, il dit tout haut ce que le MEDEF pense plus bas, le courage n’étant pas une vertu connue de l’organisation patronale qui fut obligée de changer de nom à la Libération pour faire oublier ses compromissions avec l’occupant hitlérien….

Bref, Sarkomedef n’a pu se retenir de partager sa joie avec ses complices de l’UMP. "Désormais, quand il y a une grève, personne ne s'en aperçoit".




Que veut dire cette phrase ?

Que le but des dispositions visant prétendument à « protéger » les usagers des services publics sont bien des dispositions anti-grève, anti-populaires, des dispositions visant à faire en sorte que les grèves deviennent invisibles à force de mesures vidant l’action de son impact. Ceux, tous ceux, qui ont promu ou avalisé de telles dispositions sont coupables d’une violation flagrante, reconnue par le Président de la République-UMP, de la Constitution qui proclame le droit de grève, d'un mauvais coup contre les libertés.

Que la Droite, par la voix de son chef suprême, se félicite que les grèves passent inaperçues et donc que la Droite est hostile au monde ouvrier et salarié et à l’action pour la défense des intérêts du Travail car la Droite est au service du Capital : une vieille leçon oubliée par une fraction des classes populaires du fait des trahisons multiples et violentes de la fausse gauche, Parti Socialiste en tête.

Que la classe ouvrière et tous les travailleurs savent désormais ce qui leurs reste à faire : rendre leurs grèves visibles, pour que Sarkozy, le MEDEF, le grand Capital et les jaunes de toutes les nuances, se rendent douloureusement compte des grèves et des actions du monde du travail. Il faudra faire rentrer ses mots insultants dans la gorge de celui qui les a prononcé et de ceux qui tirent les ficelles de cette dérisoire marionnette.

Que la mollesse des réactions des hiérarchies syndicales est à la mesure de leur refus du « Tous ensemble, en même temps ! » seul capable de réaliser un rapport de forces qui brise l’offensive capitaliste ultra-libérale des Thatcher franco-européistes.

Que les gesticulations et les diversions sentimentalo-médiatiques autour d’Ingrid ou de Carla, cachent très mal la nature de classe du pouvoir, arrogant, méprisant et agressif à l’égard du Travail, et obséquieux, servile et zélé à l’égard du Capital.




Faisons en sorte que désormais, chaque fois qu’il y a une grève, Sarkozy et ses patrons du bloc MEDEF-UMP s’en aperçoivent !




Le 07 juillet 2008




NB : la résistance syndicale s'organise à la base. Entre autres, le PRCF informe de l'existence d'une pétition syndicale (Lettre ouverte de masse aux états-majors syndicaux) qui rencontre un vif succès.

Nous nous permettons d'en citer la conclusion : « Les signataires de cette lettre s’engagent à tout faire pour faire monter cette exigence dans leur entreprise, leur quartier, leur syndicat. La balle est dans le camp des directions syndicales nationales qui doivent cesser d’ « accompagner » la rupture afin de reprendre le seul chemin gagnant : faire le lien entre toutes les contre-réformes, travailler concrètement à préparer avec les salariés les conditions de l’affrontement de classe victorieux avec ce pouvoir destructeur, construire l’unité dans l’action des travailleurs et de la jeunesse. » http://tous-ensemble.dyndns.org

Aucun commentaire: