vendredi 13 juin 2008

LE PEUPLE IRLANDAIS A DIT NON!!!

Par jacques Coignard


Félicitations chaleureuses au peuple Irlandais pour son vote, malgré les appels au oui des formations politiques et des médias; ça nous rappelle quelque chose ici
Un peuple de plus après les français et les hollandais en 2005, qui dit non à la constitution européenne; un pavé de plus dans la mare des classes dirigeantes toutes tendances confondues, qui pour autant ne sont pas prêtes à s'avouer vaincues
déja cet aprés midi en écoutant les médias , on sent que ça grenouille; par exemple sur france info on entend ceci: l'irlande pourrait se retirer de l'europe , quitte après réflexion à revoter; comme ça la constitution (Merkel-Sarkozy) poursuit sa route
Et dire que tous ces braves gens qui nous dirigent n'ont que le mot démocratie à la bouche et veulent au nom du "droit d'ingérence" enrégimenter tous les peuples de la terre !
Le vote du peuple irlandais est une victoire de la démocratie; exprimons le très fort et préparons nous à combattre tous les coups fourrés que les élites de pouvoir sont en train de concocter
Jacques Coignard, secrétaire adminisratif du PRCF

L'Irlande, l'Europe et les enfants

Par saint Patrick ! L'Irlande rebelle dit NON à la dictature euro-atlantiste. Il faut maintenant un grand mouvement de soutien à ce pays car beaucoup de dirigeants européens veulent l'ostraciser, alors que ce vote ne fait qu'exprimer la volonté de la grande majorité des autres peuples, réduits au silence par la trahison de leurs dirigeants et donc condamnés à exercer leur citoyenneté par procuration. Le rejet du projet de Lisbonne par les Irlandais a au moins le mérite d'attirer l'attention sur le déni de démocratie que nous subissons. L'ex-"tigre celtique" deviendrait-il le dernier garant de la liberté démocratique ? Les Français, qui se réclament volontiers des valeurs républicaines, devraient leur être particulièrement reconnaissants. Essayons donc de couvrir la voix des traîtres Kouchner, Jouyet et autres Sarkozy pour dire notre gratitude à l'Irlande.

En pleine panique, les partisans fanatiques de l'Europe s'obstinent à "faire de la pédagogie" et s'attaquent au matériau humain le plus malléable : les enfants. C'est en effet dans l'éducation que le poison est le plus virulent : nouveau manuel d'histoire (ou plutôt de fables...) franco-allemand, réactivation de la "semaine de l'Europe" à l'école dès la rentrée prochaine, etc., sans parler des multiples initiatives locales menées sur tout le territoire, prenant en otages nos enfants avec une large utilisation des fonds publics.

Ainsi à Cxxxxx, petite ville "de gauche" des Alpes-maritimes, un voyage est organisé par la caisse des écoles, pour conduire 24 élèves de Cm1/Cm2 en pèlerinage initiatique, d'abord à Strasbourg, sous la pompe et les ors du parlement européen, puis au Luxembourg, non pour s'initier au fonctionnement des paradis fiscaux (ils ne visiteront pas les établissements Clearstream) mais pour y rencontrer tonton Jean-Claude (Juncker, pas Van Damme !) et découvrir la Cour de justice, cette belle institution qui ne cesse de rendre des décisions hostiles aux travailleurs soumis au dumping social européen. Comme convenu, les écoliers seront encadrés par des accompagnateurs dûment formés pour leur inculquer la bonne parole. Si après ça ces 24 bambins ne nous reviennent pas en bons soldats de l'Empire européen, c'est à désespérer de l'efficacité des lavages de cerveaux. Ce voyage aura d'autant plus d'influence sur les gamins qu'ils sont pour la plupart "issus de milieux défavorisés" et que, n'ayant pas l'habitude des vacances et des voyages lointains (ou alors plutôt dans l'autre sens, vers le sud de la Méditerranée), ils seront d'autant plus réceptifs à ce cadeau rare et dépaysant que leur offre la merveilleuse Europe, notre jolie maman à tous ! Ce gag nauséabond va tout de même coûter aux finances communales la bagatelle de 12.000 € (pour 4 jours et 24 enfants), mais l'amour de l'Europe n'a pas de prix…

Quand les médias, les institutions républicaines (?) et les parrains locaux joignent leurs forces pour intoxiquer les foules, ça ne laisse pas beaucoup d'espace aux citoyens pour respirer et rendre les coups. C'est pourquoi, dans toutes les instances de la société et de notre vie quotidienne, milieu familial ou travail, il nous faut continuer la lutte avec détermination, affirmer la nécessité d'une rupture immédiate avec l'Union européenne, montrer que cette rupture est urgente, parfaitement réalisable et surtout bénéfique, car elle sera le point de départ d'une reconquête démocratique non seulement nationale mais aussi à l'échelle du continent

Aucun commentaire: