mardi 15 avril 2008

Appel à tous les communistes

licenciement de masse en vue dans la fonction publique, suppressions des cartes familles nombreuses, des billets « congés payés » à la SNCF … c’est la guerre déclarée au monde du travail !
le PRCF propose aux organisations progressistes de co-organiser
une manif nationale unitaire en mai 2008 contre l’ensemble de la politique sarkozyste


Rien que dans la journée du 9 avril, le gouvernement Fillon-Sarkozy annonce :

-la suppression de la carte SNCF famille nombreuse, ainsi que des billets congés payés pour les salariés, cela au nom des « économies » (et pour augmenter le pouvoir d’achat ?)

-la casse du statut de la fonction publique ; jusqu’ici celui-ci garantissait l’emploi aux fonctionnaires recrutés sur concours national. Pour supprimer 35 000 postes par an de fonctionnaires pendant 4 ans (infirmières, profs, postiers, etc.), Fillon veut instaurer le licenciement économique dans la fonction publique. Si on laisse faire, un fonctionnaire dont le poste serait supprimé pour cause d’austérité budgétaire serait mis en disponibilité sans solde (=licencié de fait) s’il n’accepte pas 3 offres d’emploi de l’administration, si absurdes soient-elles. Des dizaines de milliers de fonctionnaires seraient ainsi licenciés prochainement à la suite d’un méga-plan social qui laissera exsangues nos hôpitaux, nos lycées, etc. et qui donnera le signal pour tout le patronat d’une revanche sociale contre tous les salariés.

Toutes les décisions de Sarko-Fillon ont un dénominateur commun : au nom de l’Europe et de son maudit « euro fort », qui exigent la « réduction des dépenses publiques de la France », au nom du MEDEF, qui veut casser le bastion syndical de la fonction publique pour mettre à genoux l’Education nationale, les étudiants et tous les salariés, au nom de l’UMP, qui veut nous aligner sur l’Angleterre post-thatchérienne, Sarko-Fillon déclarent une guerre de classe ouverte contre les travailleurs salariés : telle est la seule signification de la « rupture » promise par Sarkozy aux réactionnaires d’Europe qui exigent la mise à mort de tous le acquis sociaux et démocratiques de la France ouvrière et républicaine.

Pendant ce temps, Sarkozy s’octroie de méga-augmentations de salaire, le patronat métallurgique détourne des sommes colossales pour, dit-il, acheter des dirigeants syndicaux, les PDG du CAC 40 s’auto-augmentent de 45%, le gouvernement offre 16 milliards d’€ de remises fiscales aux milliardaires, Sarko envoie au casse-pipe en Afghanistan mille soldats de plus sans hésiter devant le coût humain… et financier de cette opération impérialiste. Pour guerroyer derrière les USA, y a du pognon !

Ca suffit, c’est insupportable ! Le peuple français héritier des Sans-Culotte, des Communards et des Résistants se laissera-t-il écorcher vif sans broncher ?

Alors que le trust anglo-indien Mittal achève de déménager notre métallurgie en démentant Sarkozy, alors que le « président du pouvoir d’achat » regarde indifférent, la classe ouvrière et une part des couches moyennes plonger dans la pauvreté, alors que la souveraineté du peuple français est bafouée par la ratification parlementaire de l’euro-constitution bis et par la décision de réintégrer la France dans l’OTAN, l’oligarchie financière qui dirige la France sous le nom de Sarkozy étale un luxe inouï, comme l’a encore fait le couple Sarkozy-Bruni en voyage à Londres. Ces privilégiés qui n’ont rien à envier aux aristos de l’Ancien Régime n’ont certes pas besoin de carte famille nombreuse pour caser leur héritier âgé de 21 ans comme conseiller général de Neuilly ; pas besoin non plus de billet congé payé pour partir bronzer sur le yacht de Bolloré tous frais payés !

Plus que jamais cette politique et ceux qui la mènent sont illégitimes parce qu’ils détruisent les bases même de l’existence nationale du peuple français, et jusqu’à son héritage le plus précieux, celui de 1789 et de 1945.

A l’approche du 40ème anniversaire de l’immense grève ouvrière et étudiante de mai 68, le PRCF adjure les organisations qui se réclament de la République et du progrès social, et a fortiori celles qui se réclament du communisme, de porter ensemble l’exigence d’une grande manif unitaire en mai 2008 pour refuser l’ensemble de la politique de Sarkozy, proconsul de Bush et de Maastricht.

S’ils s’unissent à nouveau dans l’action anticapitaliste en mettant en accusation l’U.E. et le fascisant Sarkozy, les salariés et la jeunesse peuvent rendre irrésistible l’aspiration majoritaire à une politique nouvelle de progrès social, de démocratie et d’indépendance nationale.

Aucun commentaire: