vendredi 25 avril 2008

la fin du bon gout francais!

Coup de tonnerre dans le bleu ciel du bocage! Les deux plus grands producteurs de camembert au lait cru normand ont décidé de sortir "momentanément" de l’appellation d'origine contrôlée (AOC) et de s’abstenir désormais des contraintes que celle-ci impose, "pour des raisons sanitaires". Ils totalisent à eux deux près de 90% de la fabrication française AOC.

Lactalis et la coopérative d’Isigny-Sainte-Mère, deux entreprises pourtant élevées au beurre et à la crème, baptisées au pis de la vache normande, le berceau dans l’étable et les bottes dans le terroir, abandonnent donc en rase campagne l’AOC "camembert au lait cru de Normandie", l’un des symboles de la gastronomie française, béret-baguette-vélo-et-saucisson, vous voyez le genre.

C’en est donc fini, plus de lait cru dans les camemberts Lanquetot, Lepetit, Isigny, bref dans nos grandes surfaces. Soit, il reste toujours les petits producteurs indépendants à la tradition dans les veines et les fromagers épris de vérité, mais cela complique sérieusement la tâche des gourmets.

Mais là où se déclenche vraiment la machine infernale, la moissonneuse raboteuse du goût, c’est lorsque ces grands industriels demandent à l'Institut national des appellations d’origine (Inao) la révision du cahier des charges de l’AOC pour en supprimer le lait cru, en autorisant sa "thermisation" (chauffage à plus de 37°C) ou sa microfiltration, signant ainsi l’arrêt de mort de la flore bactérienne dans le fromage, pourtant principal vecteur du goût et seul lien véritable avec le terroir normand.

Alors on nous brandit le faux-nez du risque sanitaire, on agite la fausse barbe bien tardive du escherichia coli 026 et de la listeria, épouvantail de l’intoxication de nos enfants, mais la réalité des motivations est bien plus près du gazon. Hausse de la rentabilité, réduction des coûts de fabrication (l’utilisation de lait cru oblige à de nombreux contrôles d’hygiène toujours coûteux), simplification des processus, stockage plus long, exportation facilitée.

On pensait naïvement avoir échappé au risque majeur, aux directives européennes lamineuses des origines et du savoir-faire local, aux camemberts danois ou russes (cela existe, la marque "camembert" n’étant pas protégée hors de l’AOC), mais l’ennemi était dans nos rangs, à l’intérieur de nos colonnes. Sur notre propre flanc.

Si Lactadis et Isigny veulent se carapater en douce de l’AOC et ne plus produire d’authentiques et savoureux camemberts au lait cru, qu’ils le fassent! Mais alors sans faux-semblants, et surtout sans volonté de dénaturer cette AOC. C’est en effet le seul et unique critère distinctif et protecteur permettant de différencier le camembert insipide à la croûte lisse de Blanche Neige, d’un vrai bon camembert coulant, au goût puissant et à la croûte irrégulière vite marbrée de rouge.

Dans cette affaire, qu’on pourrait trouver anecdotique, c’est en fait l’originalité du goût que l’on débine, la variété des saveurs que l’on réduit, l’héritage de siècles de savoir-faire de notre terroir que l’on brade, l’histoire de notre gastronomie que l’on bafoue.

Alors il faut sonner le tocsin des bonnes volontés, rassembler les forces des irréductibles de l’assiette, hisser le pavillon de la révolte fermière, prendre d’assaut crèmeries et fromagers.

Refusons donc en bloc l’uniformisation, soyons un peu révolutionnaires et portons désormais notre choix et nos euros sur la résistance menée par les petits producteurs traditionnels aux étiquettes Réaux, Gaslonde, Jort, Moulin de Carel, Gillot, Saint-Loup,graindorge etc...

Car sinon, calmement, sans scrupules, dans l’indifférence quasi générale, c’est le camembert qu’on assassinera et un pan symbolique de la gastronomie française qui s’éteindra sous nos yeux.

jeudi 24 avril 2008

DEMANTELEMENT DE L'ARSENAL NUCLEAIRE ISRAELIEN

PROCHE-ORIENT: LA NON-PROLIFERATION DE L'ARMEMENT NUCLEAIRE PASSE PAR LE DEMANTELEMENT DE L'ARSENAL NUCLEAIRE ISRAELIEN



La précampagne électorale américaine s'accompagne de très inquiétants bruits de bottes, côté républicain, mais aussi côté démocrate. "Je veux que les Iraniens sachent que si je suis présidente, nous attaquerons l'Iran", a déclaré Mme CLINTON sur la chaîne ABC. "S'ils tentent stupidement, lors de ces dix prochaines années, de lancer une attaque contre Israël, nous serons en mesure de les réduire à néant", a-t-elle assuré. Mme CLINTON, qui ne semble décidément reculer devant aucune outrance, jusqu'au ridicule, dans la dernière ligne droite des primaires démocrates (dans lesquelles elle est en situation quasi-désespérée), n'hésite plus à donner de l'eau au moulin des "faucons" néo-conservateurs républicains. Ceci sans doute afin de se concilier les bonnes grâces de mécènes potentiels qu'elle pense sensibles à cette question de la sécurité d'Israël, à un moment où elle semble manquer cruellement de fonds. Mais Mme CLINTON, Israël, qui possède l'arme nucléaire, comme vous le savez sans doute, n'a pas besoin des Etats-Unis pour "réduire à néant" n'importe quel pays du Proche-Orient!

Moins surprenant, mais encore plus inquiétant dans le contexte électoral: la Syrie est accusée par l'administration BUSH depuis quelques jours d'avoir cherché à se doter de l'arme nucléaire aidée en cela par... la Corée du Nord (dont beaucoup de spécialistes se demandent encore si elle possède vraiment la technologie nucléaire qu'elle prétend avoir acquise, pensant plutôt que le soit-disant "essai" nord-coréen serait un canular pour mettre la pression sur ses voisins et les Etats-Unis). Des preuves contre la Syrie? Visiblement aucune puisque les autorités américaines, très embarassées, répondent que les installations suspectes auraient été détruites par l'aviation israélienne.. en septembre. Il y a 8 mois donc sans que l'information ait filtré? Les autorités israéliennes confirment, certes, mais il y a de quoi être perplexe: il est très étonnant que le Gouvernement israélien, beaucoup plus prompt habituellement à instrumentaliser les médias internationaux en sa faveur, n'ait pas utilisé cette carte contre la Syrie lors des 8 derniers mois.



Des incohérences qui rendent ces accusations suspectes, faisant penser à la préparation d'une campagne médiatique (voire militaire?) montée de toute pièce pour peser dans la processus électoral en cours en faveur de M. Mc CAIN en remettant à l'honneur la rhétorique sécuritaire.


D'une manière générale, on ne peut que constater l'instrumentalisation gênante de cette question de la non-prolifération de l'armement nucléaire. En effet, n'est-il pas hypocrite, par exemple, de dénoncer par pacifisme d'un côté les pays émergents qui cherchent à se dôter de l'arme nucléaire sans dénoncer aussi le refus des pays possédant déjà l'arme nucléaire de procéder à la destruction de leur arsenal? La non-prolifération de l'armement nucléaire mérite d'être poussée jusqu’au bout de sa logique : le multilatéralisme implique en pratique une réciprocité dans les obligations et les engagements internationaux. Comment parler de multilatéralisme en matière de non prolifération nucléaire sans poser la question du démantèlement des arsenaux existants dans les pays en possédant (Etats-Unis, ex-URSS, France, Royaume-Uni, Chine, Inde, Pakistan ou encore Israël) ? Sans quoi, elle apparaîtrait à beaucoup de pays émergents comme un diktat inacceptable, car unilatéral, de la part des puissances possédant l'arme nucléaire destiné à préserver un "privilège" militaire.

Et au niveau du Proche-Orient, la réalité ne doit pas être esquivée au nom d’un angélisme pro-israélien "politiquement correct" : le seul pays de la région possédant l’arme nucléaire est Israël (une technologie nucléaire qui lui a été fournie à la fin des années 50 par le gouvernement français du socialiste Guy MOLLET). Un Etat qui se refuse toujours par ailleurs à signer le traité de non-prolifération nucléaire! Lors de son agression du Liban l’été dernier, l’armée israélienne semble avoir utilisé des bombes à uranium appauvri (Le Monde, 29 Octobre 2006). Aujourd’hui, le seul Etat du Proche-Orient ayant la capacité militaire de "rayer de la carte" un de ses voisins n’est pas l’Iran, quoi qu’on pense du régime des mollah et de sa rhétorique anti-israélienne, mais Israël. Et l’évolution du paysage politique en Israël, avec la montée en puissance de l'extrême-droite populiste lors des dernières élections et le retour en force à prévoir d'une droite belliciste pour les prochaines, n’est pas sans inquiéter légitimement les pays voisins.

En se faisant l'avocat du diable, on peut même jeter un pavé dans la mare: faut-il s'étonner que certains de ces pays voisins puissent penser légitime pour eux d'acquérir l'arme nucléaire pour faire contrepoids à la puissance de feu israélienne et installer un "équilibre de la terreur" au niveau régional?

Une autre conclusion est fort heureusement possible, dans une optique de paix: la non-prolifération de l'armement nucléaire passe par le démantèlement des arsenaux nucléaires des pays en possédant, au niveau international comme régional. En résumé: au Proche-Orient, les conditions d'une paix globale passent par le démantèlement de l'arsenal nucléaire israélien, qui est une menace objective pour la sécurité de tous les pays de la région.



Jihad WACHILL

dimanche 20 avril 2008

un besoin URGENT de communisme!

17 avril 2008




UN PUISSANT ET URGENT BESOIN DE COMMUNISME.




Où en est le peuple de France dans son cheminement de recherche d'une alternative aux exploitations et aliénations qu'impose la domination du capitalisme à toute la société comme à chaque individu qui la compose ?




UN MOUVEMENT DANS LA LONGUE DUREE




Pour nous en tenir aux dernières décennies , c'est certainement en 1992 , lors du référendum sur le traité de Maastricht , qu'il rompt pour la première fois nettement avec la « pédagogie du renoncement » que le florentin Mitterrand lui avait quelque peu machiavéliquement instillée dès 1983 , et reprend l'offensive en s'inscrivant dans le prolongement d'un mai 1968 laissé jusque là dans les jachères de son inachèvement...

Les années 70 sont celles du « programme commun » , de la montée consécutive des aspirations et des illusions , qui aboutissent , après bien des aléas , à l'élection de François Mitterrand en 1981 . Il n'avait pas « mégoté » pour donner une crédibilité à la « rupture avec le capitalisme » qu'il préconisait haut et fort .

Las , très vite , il apparaît , aux dépens des illusions engendrées , que ce n'est pas le mouvement de 1968 qui va enfin trouver son expression finale . Au contraire , avec le « tournant » de 1983 , ce sont les premières mesures de débridement des marchés financiers , l'instauration de la libre circulation des marchandises et des capitaux qui allait accélérer et consacrer une double évolution du capitalisme dans sa mondialisation et sa financiarisation au détriment des peuples .

En France , ainsi , ce sont les gouvernements dits de « gauche » qui mettent en place les fondements de la « Révolution conservatrice » et contribuent à donner à la construction européenne des instruments étatiques nouveaux , notamment monétaires avec l'euro , la BCE et un ensemble de dispositions financières visant à enlever aux peuples des éléments essentiels de leur souveraineté , avec des effets et des conséquences dont le caractère néfaste apparaît maintenant clairement avec la nouvelle crise financière et l'impossibilité d'y apporter des remèdes salvateurs .




LE PEUPLE S'INSURGE!




Mais déjà en est-ce trop puisque le peuple français s'insurge une première fois : au référendum de 1992 , le OUI au Traité de Maastricht l'emporte d'extrème justesse et ce sera l'avertissement majeur qui annonce les mouvements de 1995 , puis la victoire de la « gauche plurielle » en 1997...et la sanction impitoyable de son bilan et de son gouvernement en 2002 !

Le peuple comprend qu'il ne peut compter sur les gouvernements de « gauche » , de « droite », sinon de « cohabition » . Ce sera dans les luttes sociales qu'il cherchera à affirmer sa souveraineté dans une conscience toujours plus claire que , derrière la « gauche » et la « droite » au pouvoir , c'est bien le capitalisme et les formes institutionnelles qu'il s'est donné qui sont l'ennemi qu'il doit combattre .

Ainsi , en 2004 , aux élections au Parlement européen , le peuple confirme et amplifie son rejet de l'évolution vers un Etat européen castrateur en s'abstenant au niveau de 57% , abstention qui monte à plus de 80% dans certains pays de l'Est récemment « admis » dans l'«Union» , avertis qu'ils étaient par l'expérience supranationale dont ils venaient de s'extraire !

Nouvelle insurrection populaire , le rejet est confirmé en 2005 contre l'avis de la quasi-totalité des forces politiques et des médias lors du référendum relatif au Traité constitutionnel . Parallèlement , une étude d'opinion confirme et amplifie ce résultat en mettant en évidence que 61% des Français considèrent le capitalisme comme négatif , pourcentage qui est dépassé jusqu'à plus de 70% chez les jeunes , voire à plus de 80% quand il s'agit du MEDEF , jeunesse qui ne tardera pas à s'affirmer dans des luttes et manifestations remarquables par leur niveau politique et leur responsabilité .




2007 , UNE RUPTURE ?




L'élection présidentielle de 2007 s'inscrit-elle en rupture dans ce mouvement qui se construit et s'affirme dans la longue durée ?

A l'évidence non ! Cette élection est plutôt la négation , la caricature , tant les contrefaçons ont dénaturé , perverti jusqu'à la farce tragique les aspirations démocratiques et sociales du peuple français ! Elle condamne devant l'histoire tous ceux et celles qui ont pris la responsabilité d'apporter leur contribution à cette mystification .

Une candidature inspirée par les grands médias capitalistes s'impose finalement au Parti socialiste et aux différents prétendants à la candidature . Elle en affronte une autre , également émanation des forces du capital et de la finance , tandis qu'à « la gauche de la gauche » une comédie tragique ne trouve que de mauvais acteurs pour laisser délibérément et honteusement le champ libre à l'affrontement préfabriqué !

Ne sommes-nous pas là dans les summums de la contrefaçon , de la caricature , de la mystification , de la tromperie collective , de l'imitation burlesque ou de la parodie démocratique ?




CE N'EST PAS LE POUVOIR DU PEUPLE MAIS L'INVERSE !




Ou bien dans les abords de la contre-démocratie chère à Pierre Rosanvallon ?

Ou encore faut-il dire avec Jacques Rancière que la « présidentielle n'est pas l'incarnation du pouvoir du peuple mais l'inverse! » tandis que d'autres , comme Alex Lantier , considèrent que « les élections locales françaises révèlent le discrédit de l'établissement politique ! » .

Pour sa part , Anicet Le Pors interroge : « Pacte républicain ou dérive bonapartiste? » tandis que pour Paul Allies il s'agit de l'enlisement de la démocratie locale avec la disparition tendancielle de l'élu local .

Matthieu Baumier , lui , veut penser la modernité post-démocratique , une démocratie virtuelle aidée par une propagande politique et médiatique toute puissante rejoignant de fait Jacques Juillard s'interrogeant aussi sur l'ère post-démocratique :«Fin de siècle ou fin de cycle ? Démocrates , encore un effort !»




LES FINS D'UN SYSTEME .




Oui , nous sommes sans doute dans les fins du système et , par delà les constats , il conviendrait de définir les causes profondes de ces évolutions profondément négatives .

Oui , il y a des évolutions qui ont été , et sont toujours plus encore funestes pour le pouvoir du peuple , du citoyen que l'on amuse avec des démocraties dites participatives sans compétences et moyens financiers , qui souvent ne sont plus dupes de ces comédies auxquelles on veut les soumettre en les faisant participer à ces parodies .

Nous avons déjà noté le rôle de la « gauche » dans le dérèglement , la dérèglementation des mouvements de capitaux , des marchandises et des marchés financiers qui , ainsi , ont été émancipés de toute maîtrise publique . On se souvient du fameux « Oui à l'économie de marché » de Lionel Jospin et de l'impuissance politique à laquelle il se condamnait ainsi , impuissance qu'il reconnaissait lui-même quand il avouait ne pouvoir rien faire face à un patron comme Michelin décidé à licencier , à fermer un site industriel !




LA DICTATURE DES MARCHES FINANCIERS




En réalité , la « gauche » et la « droite » dans leurs successions aux affaires , ou dans la cohabitation , ont troqué le pouvoir du peuple à un autre pouvoir , celui que donne la propriété des grands moyens de production et d'échanges , des banques et établissements financiers à une classe , la classe capitaliste , et à un système , le système capitaliste qui , aujourd'hui , non seulement veut mettre à bas les acquis démocratiques et sociaux , mais pousse plus loin encore ses ambitions , tandis que l'on voit surgir dans les conséquences des politiques mises en oeuvre des crises profondes de différents aspects fondamentaux de la vie de nos sociétés .

En fait , le système tout entier s'est installé dans la dictature des marchés financiers devant laquelle nul n'est en mesure de prendre quelque initiative que ce soit qui ait l'aptitude d'enrayer les dysfonctionnements du système . Et encore faudrait-il que cette volonté existe !




LA CRISE FINANCIERE




La crise de la démocratie n'est en effet pas la seule manifestation de cette impuissance voulue et assumée .

Il en est aussi ainsi de la crise financière dont personne ne semble savoir comment elle peut évoluer et jusqu'où , tant les marchés les marchés financiers et leurs fournisseurs capitalistes ont pu , peuvent encore , galoper librement sans aucun licol , comme jadis les hordes sauvages déferlaient sur les peuples paisibles . « Ils sont devenus fous! » , clamait il y a encore peu , un Claude Bébéar décelant , avec quelques autres grands patrons , le gouffre béant qui allait s'ouvrir devant eux , et devant toute la société , les principales victimes devant être toujours les mêmes , les travailleurs chargés d'éponger les notes , de réparer les pots cassés .




LA CRISE ENERGETIQUE...




Il en est ainsi de la crise énergétique dont peu , très peu , osent encore avouer la gravité tant elle met en cause leur responsabilité . Le productivisme capitaliste , s'il exploitait et aliénait les travailleurs , pillait également et tout aussi allègrement les ressources naturelles , non sans graves désagréments pour les milieux naturels eux-mêmes . Directement représentées dans les organes du pouvoir , souvent au plus haut niveau , les compagnies pétrolières ont initié des politiques publiques désastreuses fondées sur l'utilisation d'un pétrole abondant et bon marché . Tout un mode de vie en a été conditionné , ne laissant nulle place à une quelconque énergie alternative énergétique . Et aujourd'hui le « pic de production » du pétrole est annoncé , sinon atteint ou dépassé , des masses de nouveaux consommateurs augmentent la demande et la production a du mal à suivre . Mais une certaine mondialisation a vu le jour fondée sur le développement sans limite et sans contrôle des échanges internationaux , de même qu'un aménagement du territoire irresponsable au regard des gaspillages énergétiques qu'il occasionne , et une agriculture et une industrie où le pétrole est sollicité sous différentes formes , y compris sous forme d'engrais , de pesticides , de plastiques...




...ET DE L'ALIMENTATION...




Une crise énergétique donc qui semble conjuguer , sinon provoquer , une crise de l'alimentation pour des centaines de millions d'êtres humains qui connaissent déjà les affres de la faim et de la misère . Engagés dans la production irresponsable de biocarburants de première génération , les stocks de céréales se sont vite épuisés , les prix se sont élevés et le coût de certains aliments traditionnels font qu'ils devenus inabordables pour ceux dont ils constituent le principal de l'alimentation .




...ET DES RELATIONS INTERNATIONALES...




Une crise énergétique qui exacerbe les relations internationales et pousse les principaux pays impérialistes à imposer , au besoin par la guerre , de nouvelles formes de domination au risque , selon les projets les plus insensés , de déclenchement d'une nouvelle catastrophe dont on ne sait quel caractère elle pourrait prendre tant les stocks d'armes nucléaires sont pléthoriques et les doctrines d'utilisation évoluant de la dissuasion vers des stratégies de l'emploi .




...ET DU CLIMAT...




Une crise énergétique qui conditionne pour une grande part une crise climatique sans que ne soient prises les dispositions pour limiter de façon conséquente les émissions de gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique et des phénomènes et catastrophes naturelles qui lui sont liées .




UN CAPITALISME INSATIABLE




Et l'on pourrait évoquer les crises domestiques qui sont déjà à l'oeuvre , les pillages systématiques des finances publiques par les subventions et les exonérations aux grandes sociétés qui vident les caisses de l'Etat au détriment des principaux besoins de la société en salaires , en emploi , en logements , en écoles et en Universités , en recherches , en transport public , en santé et en hôpitaux....

Le capitalisme financier est insatiable , il lui en faut toujours plus pour alimenter les marchés financiers et les exportations de capitaux , les capitalistes français se situant au plus haut niveau dans ce parasitisme social qui se fait au détriment de ceux qui produisent et créent les richesses par leur travail et dont ils sont dépossédés .

Peut-on penser que quelques taxations des mouvements des capitaux et des revenus financiers seraient en mesure de limiter ce pillage des fonds publics et cette appropriation privée des richesses produites ? A la marge certainement , mais les causes principales subsisteraient , elles sont dans la nature même du système .




UN IMMENSE ET URGENT BESOIN DE COMMUNISME




En conséquence il convient de changer de système : oui , il y a un immense et urgent besoin de communisme dans ce pays où il est né et où il s'est affirmé comme un courant politique dans le temps long de l'histoire .

Mais n'est-ce pas ce qu'ont voulu dire les électeurs à l'occasion des dernières élections , notamment au scrutin cantonal où se présentaient des candidats sous l'étiquette PCF dans presque tous les cantons . Ceux-là même qui avaient sévèrement , et à juste titre , sanctionné la candidature de Marie-George Buffet lors des présidentielle , se sont repris et , à 9% , ont voté pour ces candidats communistes alors même que nombre de « dirigeants » du PCF , à tous les niveaux de l'organisation , avaient publiquement fait état de leurs motivations visant à faire disparaître toute force communiste organisée au profit d'une « gauche de la gauche » dont on voit mal en quoi elle se distingue des forces qui ont conduit ces dernières décennies cette mutation mortifère du capitalisme et dont on vient de voir dans l'Italie proche l'estime dont cette « gauche » a bénéficié .

En fait , il semblerait qu'à l'occasion de ces dernières élections , ce peuple qui cherche sa voie dans la longue durée ait amorcé une nouvelle étape , d'une part en sanctionnant sévèrement le gouvernement actuel et sa politique , d'autre part en affirmant le besoin ressenti d'une force communiste déterminée pour l'aider à construire une alternative à la domination du capitalisme qui s'avère plus que jamais néfaste et certainement hors d'état de pouvoir sortir la société des crises qu'il a lui-même provoquées . Et ce besoin de communisme , il l'a affirmé face à des « dirigeants » liquidateurs dont manifestement il n'a que faire .

Cette manifestation d'un déjà fort besoin de communisme rejoint l'initiative d'un certain nombre de communistes girondins qui ont initié dès juin 2007 un Appel pour des Assises du communisme ayant vocation à déterminer les grandes lignes d'un communisme du 21eme siècle dans la réunification de la force communiste et dans un projet de changement de société , sinon de civilisation , issu d'une co-élaboration avec toute la société et d'abord avec les 92% de salariés que compte la population active .

Cet Appel , aujourd'hui élargi à nombre de communistes d'autres départements , a en conséquence acquis une dimension nationale pour être mieux encore au service de ce peuple qui a besoin de son entière souveraineté , et d'abord là où se produisent les richesses , dans le temple d'un capitalisme qui apparaît avoir fait son temps et suffisamment nui .




Michel Peyret

m.peyret@cegetel.net

jeudi 17 avril 2008

Appel de jean Lévy pour un 1er mai unitaire

1er MAI 2008…

POUR UN PREMIER MAI DE LUTTE DE CLASSE, UNITAIRE ET MASSIF
DE TOUS LES TRAVAILLEURS POUR QU’ILS EXPRIMENT LEUR COLERE ET LEUR VOLONTE DE METTRE UN TERME A LA CONTRE-REVOLUTION SOCIALE

Chers camarades.
Ce matin, sur France-inter, Bernard Thibault, poussé par la vague de mécontentement de la population, propose de faire du 1er mai 2008, une grande journée de manifestations.
Prenons-le au mot.
L’offensive tout azimut menée par le pouvoir pour imposer en France la politique définie par l’Union européenne provoque malaise et colère, et annoncées par le pouvoir sarkozien.
Toutes les catégories sont frappées.
Il faut se saisir de cette situation pour rassembler sur des bases claires de lutte de classe toutes les victimes potentielles.
Chacun de nous, et les organisations auxquelles nous appartenons, peuvent aider à la mobilisation nécessaire.
C’est dans ce but que j’ai rédigé un projet d’appel sur mon blog de ce jour

http://canempechepasnicolas.over-blog.com

Rapidement, chacun des destinataires de ce mail peut apporter corrections et ajouts pour réaliser l’Appel définitif à diffuser massivement dans les prochains jours.
Comment faire connaître l’Appel ?
Il peut être diffusé collectivement par les organisations qui le feraient leur.
Il peut l’être également à titre personnel en le faisant tirer directement lui-même pour le distribuer qui à son marché, le week-end des 26 et 27 avril, aux porte de sa grande surface, de sa bouche de métro, de RER, de sa gare SNCF (le vendredi soir 25 avril).

Nous pourrions convenir, ville par ville, (et sur le tract-appel) un rendez-vous particulier pour nous regrouper et affirmer par nos mots d’ordre, les objectifs de cette manifestation.
Amitiés à tous.

Jean Lévy

mardi 15 avril 2008

Appel à tous les communistes

licenciement de masse en vue dans la fonction publique, suppressions des cartes familles nombreuses, des billets « congés payés » à la SNCF … c’est la guerre déclarée au monde du travail !
le PRCF propose aux organisations progressistes de co-organiser
une manif nationale unitaire en mai 2008 contre l’ensemble de la politique sarkozyste


Rien que dans la journée du 9 avril, le gouvernement Fillon-Sarkozy annonce :

-la suppression de la carte SNCF famille nombreuse, ainsi que des billets congés payés pour les salariés, cela au nom des « économies » (et pour augmenter le pouvoir d’achat ?)

-la casse du statut de la fonction publique ; jusqu’ici celui-ci garantissait l’emploi aux fonctionnaires recrutés sur concours national. Pour supprimer 35 000 postes par an de fonctionnaires pendant 4 ans (infirmières, profs, postiers, etc.), Fillon veut instaurer le licenciement économique dans la fonction publique. Si on laisse faire, un fonctionnaire dont le poste serait supprimé pour cause d’austérité budgétaire serait mis en disponibilité sans solde (=licencié de fait) s’il n’accepte pas 3 offres d’emploi de l’administration, si absurdes soient-elles. Des dizaines de milliers de fonctionnaires seraient ainsi licenciés prochainement à la suite d’un méga-plan social qui laissera exsangues nos hôpitaux, nos lycées, etc. et qui donnera le signal pour tout le patronat d’une revanche sociale contre tous les salariés.

Toutes les décisions de Sarko-Fillon ont un dénominateur commun : au nom de l’Europe et de son maudit « euro fort », qui exigent la « réduction des dépenses publiques de la France », au nom du MEDEF, qui veut casser le bastion syndical de la fonction publique pour mettre à genoux l’Education nationale, les étudiants et tous les salariés, au nom de l’UMP, qui veut nous aligner sur l’Angleterre post-thatchérienne, Sarko-Fillon déclarent une guerre de classe ouverte contre les travailleurs salariés : telle est la seule signification de la « rupture » promise par Sarkozy aux réactionnaires d’Europe qui exigent la mise à mort de tous le acquis sociaux et démocratiques de la France ouvrière et républicaine.

Pendant ce temps, Sarkozy s’octroie de méga-augmentations de salaire, le patronat métallurgique détourne des sommes colossales pour, dit-il, acheter des dirigeants syndicaux, les PDG du CAC 40 s’auto-augmentent de 45%, le gouvernement offre 16 milliards d’€ de remises fiscales aux milliardaires, Sarko envoie au casse-pipe en Afghanistan mille soldats de plus sans hésiter devant le coût humain… et financier de cette opération impérialiste. Pour guerroyer derrière les USA, y a du pognon !

Ca suffit, c’est insupportable ! Le peuple français héritier des Sans-Culotte, des Communards et des Résistants se laissera-t-il écorcher vif sans broncher ?

Alors que le trust anglo-indien Mittal achève de déménager notre métallurgie en démentant Sarkozy, alors que le « président du pouvoir d’achat » regarde indifférent, la classe ouvrière et une part des couches moyennes plonger dans la pauvreté, alors que la souveraineté du peuple français est bafouée par la ratification parlementaire de l’euro-constitution bis et par la décision de réintégrer la France dans l’OTAN, l’oligarchie financière qui dirige la France sous le nom de Sarkozy étale un luxe inouï, comme l’a encore fait le couple Sarkozy-Bruni en voyage à Londres. Ces privilégiés qui n’ont rien à envier aux aristos de l’Ancien Régime n’ont certes pas besoin de carte famille nombreuse pour caser leur héritier âgé de 21 ans comme conseiller général de Neuilly ; pas besoin non plus de billet congé payé pour partir bronzer sur le yacht de Bolloré tous frais payés !

Plus que jamais cette politique et ceux qui la mènent sont illégitimes parce qu’ils détruisent les bases même de l’existence nationale du peuple français, et jusqu’à son héritage le plus précieux, celui de 1789 et de 1945.

A l’approche du 40ème anniversaire de l’immense grève ouvrière et étudiante de mai 68, le PRCF adjure les organisations qui se réclament de la République et du progrès social, et a fortiori celles qui se réclament du communisme, de porter ensemble l’exigence d’une grande manif unitaire en mai 2008 pour refuser l’ensemble de la politique de Sarkozy, proconsul de Bush et de Maastricht.

S’ils s’unissent à nouveau dans l’action anticapitaliste en mettant en accusation l’U.E. et le fascisant Sarkozy, les salariés et la jeunesse peuvent rendre irrésistible l’aspiration majoritaire à une politique nouvelle de progrès social, de démocratie et d’indépendance nationale.

du nouveau sur les "magouilles" de RSF

10 avril 2008
de l’extrême droite de Miami à l’extrême droite de Taipei
Promoteur des attaques contre la Chine, RSF reçoit son financement de Taipei
ALLARD Jean-Guy

Aucun organe de presse français ne l’a publié à l’époque, mais la presse taïwanaise en a fait grand état en janvier 2007 : Robert Ménard, le fondateur et secrétaire perpétuel de RSF qui coordonne en ce moment des manifestations hostiles contre la Chine, a reçu officiellement un chèque de 100 000 dollars de Taïwan, pays connu pour son appui aux régimes de droite les plus récalcitrants.
Ménard a voyagé le 28 janvier 2007 au pays de Tchang Kaï-chek pour recevoir son prix des mains du président Chen Shui-bian qui agissait au nom de la Fondation taïwanaise pour la démocratie, un organisme paragouvernemental fondé un an auparavant pour appuyer les partenaires étrangers de ce bastion de l’extrême droite internationale. Ménard et deux employés de RSF ont notamment provoqué des incidents à Athènes quand ils ont tenté de déployer une bannière « pour le respect des droits de l’homme en Chine, durant la cérémonie de remise de la flamme olympique », selon l’agence française AFP, associée au groupe. Le secrétaire à vie de RSF a déjà annoncé par ce même intermédiaire qu’il y aura « d’autres actions au cours des prochains mois avec le même objectif ».
En acceptant son prix à Taïwan et le chèque qui l’accompagnait, Ménard s’est engagé à créer un site web pour continuer à attaquer la République populaire de Chine contre laquelle RSF s’acharne depuis déjà plusieurs années. Il ne fait pas doute que des transferts bancaires ont eu lieu entre Taipei et Paris où est installé le groupe français, parrainé (comme il a été contraint de le reconnaitre) par le gouvernement des États-Unis par l’intermédiaire de la National Endowment for Democracy et d l’International Republican Institute, en plus d’autres sources de financement occulte de la droite européenne.
D’un autre côté, le patron de RSF ne pouvait ignorer que le président taïwanais Chen Shui-bian était l’objet d’accusations de corruption et de contrefaçon et a échappé à l’emprisonnement grâce à son immunité face aux poursuites pénales. Son épouse, Wu Shu-chen, a été aussi accusée de corruption dans le cadre d’une grande enquête sur des détournements de fonds au sein du Parti démocrate progressiste.
Selon une vaste étude au sujet de Taïwan publiée par le sociologue José Antonio Egido, « le gouvernement taïwanais poursuit la politique anticommuniste de ses prédécesseurs, comme le prouve l’appui politique (et sûrement financier) qu’offre la Fondation pour la démocratie de Taïwan à l’opposition (lire les mercenaires payés par Washington) contre-révolutionnaire cubaine ».
Taïwan s’est constitué au cours des années en un véritable nid de l’anticommunisme créé et protégé par les États-Unis. Pour l’expert, « la corruption n’est pas seulement une pratique de politique extérieure de ce régime mais bien un héritage de la Chine de Tchang Kaï-chek que l’on s’efforce de préserver ».
Visiblement heureux de se retrouver face à d’aussi généreux admirateurs, Ménard fait l’éloge du régime de Taïwan qu’il a qualifié de « meilleur exemple de la démocratie asiatique », rapportait Taiwan Info, un site web officiel du Ministère de l’information de l’île.

vendredi 11 avril 2008

le droit européen contre l'europe sociale

Le droit européen contre l’Europe sociale
Par Union Syndicale Solidaires
Mardi 8 avril 2008

Coup sur coup, en quelques semaines, la Cour européenne de justice vient de rendre trois arrêts redéfinissant les rapports entre le droit européen et le droit du travail existant au niveau national.
Après l’arrêt Viking concernant la Finlande et l’arrêt Vaxholm-Laval pour la Suède, c’est maintenant au tour de l’Allemagne d’être touchée avec l’arrêt Rüffert.
Les arrêts Viking et Laval-Vaxholm condamnaient l’action collective des travailleurs pour empêcher une délocalisation dans le premier cas, un dumping salarial dans le second. L’arrêt Rüffert condamne le Land de Basse-Saxe pour avoir voulu appliquer à une entreprise polonaise une loi obligeant les entreprises de travaux publics à appliquer la convention collective du secteur dans le cas de passage de marchés publics. L’entreprise polonaise avait refusé de le faire en ne payant à ces ouvriers que 50% du salaire minimum prévu par la convention collective.
Dans les trois cas, l’argumentation de la Cour est la même. Elle considère que l’égalité de traitement entre les salariés constitue une restriction de la « libre prestation de service » garantie par l’article 49 du traité instituant la Communauté européenne, article repris intégralement dans le traité de Lisbonne. Le dumping social est explicitement justifié : « imposer aux prestataires de services établis dans un autre État membre, où les taux de salaire minimal sont inférieurs, une charge économique supplémentaire qui est susceptible de prohiber, de gêner ou de rendre moins attrayante l’exécution de leurs prestations dans l’État membre d’accueil (…) est susceptible de constituer une restriction au sens de l’article 49 CE » (point 37, arrêt Rüppert).
La libre prestation de services l’emporte sur les droits des salariés et les normes sociales nationales.
La Cour peut, au nom de la liberté du commerce, limiter l’action syndicale et les droits des salariés.
C’est le détricotage des droits sociaux qui est ainsi programmé.
Dans cette situation, il est de la responsabilité du mouvement syndical en Europe, et, plus largement, celle des mouvements sociaux et citoyens, de construire les rapports de forces nécessaires pour bloquer les processus en cours et imposer une législation européenne qui permette l’harmonisation par le haut des droits sociaux. L'Union syndicale Solidaires sera porteuse de cette perspective lors des prochaines rencontres des mouvements sociaux en Europe et en particulier lors du Forum social européen qui se tiendra en septembre à Malmö.

Le 4 avril 2008

Ménard agent de Bush en france

Pôle position- 9 avril 2008- le PRCF commente l’actu sur son site internet. Faire largement circuler…

1) Ménard, agent de Bush à Paris ; 2) suppression des billets « congés payés » et des cartes familles nombreuses à la SNCF, licenciements de masse en vue dans la Fonction publique, l’appel à l’action unitaire du PRCF.

Le PRCF condamne la lamentable campagne de Ménard contre les J.O.,
avec la complicité du gouvernement français,
de sa police complaisante et de ses médias totalitaires

Au risque d’humilier 1,4 milliard de Chinois et de ridiculiser mondialement notre pays, l’aventurier R. Ménard et son officine pro-américaine « RSF » ont perturbé le parcours de la flamme olympique à Paris afin de déstabiliser les J.O. de Pékin et de mettre la République populaire de Chine au ban des accusés.

Il y aurait certes beaucoup à dire sur le sport professionnel et son instrumentalisation par le capitalisme re-mondialisé à des fins d’abrutissement idéologique. C’est un débat qu’il faut mener par ailleurs mais qui, bizarrement, n’est relancé par nos médias que lorsqu’il s’agit de contester l’attribution des J.O. à un pays socialiste ou se réclamant du socialisme (on se souvient des J.O. de Moscou boycottés au nom de « l’invasion » soviétique de l’Afghanistan alors que ce même pays est aujourd’hui occupé militairement par les USA et par la France officielle sans que Ménard n’en dise rien). De nouveau, deux poids, deux mesures !

Il est aujourd’hui avéré que les émeutes au Tibet ont commencé par le lynchage de commerçants chinois par des moines tibétains liés au prétendu « gouvernement en exil » que les USA financent depuis 59. En outre le Tibet fait partie de la Chine depuis le 14ème s. ; il n’y a donc pas eu d’ « invasion » chinoise du Tibet en 1959; en outre la République populaire de Chine a mis fin au servage pratiqué par le Dalaï-Lama et sa clique théocratique ; elle a scolarisé toute la population enfantine ( de 2% de lettrés à 86% aujourd’hui), élevé fortement le niveau de vie des Tibétains (34 ans de longévité moyenne en 1959, 67 ans ½ aujourd’hui). Quant aux prétendus « persécutions anti-religieuses » des Chinois contre le bouddhisme, elles se sont limités à séparer l’Eglise bouddhiste de l’Etat (principe de laïcité) et à édicter la règle que seul un adulte pourrait décider de devenir moine (règle peu respectée apparemment puisque le clergé bouddhiste compte aujourd’hui 450 000 membres sur 2,4 millions d’habitants !!! comment développer un pays dans ces conditions ?).

Bizarrement, ceux qui se lamentent sur les droits de l’homme en Chine ou qui réclament l’indépendance du Tibet (ce que n’ose encore faire le Dalaï-Lama) n’ont pas eu un mot pour condamner les USA, qui occupent et martyrisent l’Irak et qui torturent à Guantanamo, ni Israël, qui massacre et affame le peuple palestinien. Pas un mot non plus pour condamner la manière dont les multinationales occidentales surexploitent les ouvriers chinois, souvent avec la complaisance des autorités chinoises. Pas un mot pour réclamer, non le boycott JO, mais celui le boycott des délocalisations en Chine et ailleurs des usines françaises (la délocalisation en cours de l’usine Arcopal d’Arques privera de travail 10 000 ouvriers du Pas-de-Calais !). Pas un mot pour réclamer que le drapeau palestinien flotte sur les mairies de la « gôche » bobo. Pas un mot non plus bien sûr pour rappeler que les puissances impérialistes d’Europe, du Japon et d’Amérique ont martyrisé la Chine jusqu’en 1949, date de la révolution communiste dirigée par Mao Zedong, Chou En Laï et Chu Teh.

Quant à l’appel de Ménard à Sarkozy pour qu’il boycotte la cérémonie d’ouverture au nom de la France, de l’UE et pourquoi pas de la « communauté internationale », il est odieux et ridicule. Ridicule parce que, même si l’UE et les USA boycottent les Jeux, ceux-ci seront certainement « courus » par la Russie, l’Inde (un milliard d’habitants !), la Chine (1/4 de l’humanité), sans parler de l’Afrique, de l’Amérique latine et du reste de l’Asie (à quel titre, sinon le racisme, les classes dominantes d’Occident peuvent-elles exclure de la « communauté internationale » les ¾ de l’humanité, jaune, noire ou rouge ?). Odieux parce que Sarkozy, qui traque les gosses d’immigrés à la sortie des écoles, qui démolit le droit de grève en France (SNCF, enseignement), qui s’assoit sur le Non souverain des Français à la constitution européenne, et qui brûle d’envoyer l’armée française renforcer les USA en Irak et en Afghanistan, est tout sauf un défenseur des droits de l’homme.

Décidément l’état idéologique des médias de notre pays, le plus grossièrement anti-chinois d’Europe, le plus manipulé médiatiquement, le plus totalitaire dans l’expression de sa « grande presse », est terrifiant.

Par bonheur, la masse des Français, de moins en moins concernée par les clowneries de ses élites politico-journalistiques, condamne les pitreries de Ménard et son racisme anti-chinois et néo-colonial ; tôt ou tard, les salariés français précarisés, sous-payés et licenciés, les pensionnés réduits à la pauvreté, les mal-logés, les exclus de toutes sortes que compte la Franceurope sarkozyste demanderont des comptes à ceux qui usurpent aujourd’hui sa représentation pour ridiculiser mondialement ce qui fut jadis le pays des droits de l’homme.


licenciement de masse en vue dans la fonction publique, suppressions des cartes familles nombreuses, des billets « congés payés » à la SNCF … c’est la guerre déclarée au monde du travail !
le PRCF propose aux organisations progressistes de co-organiser
une manif nationale unitaire en mai 2008 contre l’ensemble de la politique sarkozyste


Rien que dans la journée du 9 avril, le gouvernement Fillon-Sarkozy annonce :

-la suppression de la carte SNCF famille nombreuse, ainsi que des billets congés payés pour les salariés, cela au nom des « économies » (et pour augmenter le pouvoir d’achat ?)

jeudi 10 avril 2008

la sorbonne vendue à la grande distrbution

Après les universités privées et la fac de dauphine, le lobby de la grande distribution s'attaque à la Sorbonne!
ci joint un petit article paru dans le site keljob et relayé par le parisien.


La DM Academy a ouvert ses portes

Après l’Ecole Carrefour, l’Institut de formation à l’excellence d’Auchan et la JC Decaux Media Academy, la « DM Academy » de Conforama entre en scène.
C’est au sein même de la Sorbonne que la « Directeurs de Magasin Academy », alias « DM Academy », forme ses premiers étudiants. Depuis mi-janvier, une trentaine d’hommes et de femmes, âgés de 30 à 35 ans, se retrouvent sur les bancs de la célèbre université parisienne, à raison de trois jours par mois. Ils ont déjà une expérience professionnelle dans d'autres enseignes ou sont des salariés de Conforama qui souhaitent évoluer vers la fonction de directeur de magasin en interne. Objectif de la formation : « partager la vision stratégique de l'enseigne » et apprendre « les dix commandements du DM » : « j'anime une réunion, j'applique les directives du merchandising »... Pendant encore 15 mois, les étudiants seront en magasin et à la Sorbonne, pour 354 heures de cours animés par des professeurs de Paris I et des dirigeants de l'enseigne. « Fiabilisation d'un inventaire » et « Confo attitude-client » leur seront enseignées, en plus de leçons de gestion, de finance et de ressources humaines.
Fin juin, les DM Académiciens passeront devant un jury de l'enseigne, pour montrer comment ils pensent mettre en œuvre, dans leur propre magasin, ce qu'ils auront appris. Selon l’enseigne, le cursus devrait déboucher sur un diplôme universitaire de « management stratégique opérationnel ». Côté Sorbonne, le diplôme n'a pas encore été validé, ni par le conseil de la vie universitaire, ni par le conseil d'administration, indique le journal Le Parisien.
PLUTÔT ÉDIFIANT!!!
La nous avons le preuve de la collusion des grands groupes et de ceux qui prétendent nous gouverner.
La FRANCE est à vendre au plus offrant!
je vous laisse méditer sur ce triste constat.

mardi 8 avril 2008

sarko adhère à la busherie

A peine 7 mois après les présidentielles, notre résident de la république a enfin montré son vrai visage.Il est et restera un "atlantiste"avéré.C'est pourquoi il s'est engagé sans scrupules(il ne lui en reste surement pas)au retour de la france au sein de l'OTAN! De GAULLE doit se retourner dans sa tombe!
POURQUOI? Simplement par un intérêt et une admiration sans bornes envers la toute puissance mondiale qu'est les états unis.
Par cet acte de PIRATERIE antidémocratique cet ignoble personnage veut à lui tout seul nous asservir pour le compte des USA et de leur clique ultra libérale.
NE NOUS LAISSONS PAS FAIRE ET EXIGEONS UN RÉFÉRENDUM.
Le sujet est L'INDÉPENDANCE ET LA SOUVERAINETÉ DE NOTRE NATION au sein de la communauté internationale.
NOUS NE SERONS JAMAIS LES ESCLAVES DES INTÉRÊTS DU GRAND CAPITAL ET DES MARCHANDS D'ARMES!
BATTONS NOUS

tabassages olympiques

Hier en direct sur antenne 2, nous avons pu voir les dérives de l'état sarko fasciste.
Un seul mot d'ordre RÉPRESSION. Mais le plus grave est que c'est directement les autorités chinoises qui au détriment des des règles internationales, réglaient les joyeuses tribulation d'une flamme qui se veut encore olympique.
Sans vouloir prôner la solution théocratique pour le toit du monde, il serait de bon ton d'exiger de PÉKIN UN PEU PLUS DE RESPECT envers la législation des pays traversés par la flamme.Des flics français réprimant, sous les ordres de hauts dignitaires chinois est une première mondiale.
Il est vrai que depuis des lustres la république de chine n'est plus populaire que de nom.
Mais de là, à cause de quelques AIRBUS se plier à leur dictat néo impérialiste la pilule est dure à digérer!
Je vous laisse méditer sur notre futur.

vendredi 4 avril 2008

après mittal maintenant persavon!

En Normandie la DERNIÈRE DES ENTREPRISES SAVONNIÈRES de France, ferme ses portes à cause de la concurrence anti française qu'un collectif d'actionnaires à décide.
NOTRE SAVON NE LAVE PAS PLUS QUE LE SAVON DE L'EXTRÊME ORIENT.
Serions nous plus sales que les autres?
En vérité, avec la demande de bénéfices de plus en plus croissante,le GRAND CAPITAL à décidé que L'INDUSTRIE FRANÇAISE n'avait plus sa place dans le monde globalisé que le futur nous promet.
Après les 600 emplois d'ARCELOR jetés à la poubelle de l'histoire, maintenant 400 emplois jetés au profits de gros actionnaires italiens!
Quand pourrons nous déclarer fermement que L'EMPLOI DU PEUPLE DE FRANCE est le solution sine qua non de notre INDÉPENDANCE envers ces lobby qui ont le désir de nous régenter.
J'espère votre soutient
On va lutter pour que le monde change

mardi 1 avril 2008

pour les assises des communistes par J Levy

0 mars 2008
POUR LES ASSISES DES COMMUNISTES



Depuis l’Appel lancé et signé par nombre de communistes pour s‘unir et agir ensemble, un débat s’est engagé entre camarades sur la méthode pour y parvenir.

Rien de plus normal.

Les forces, que chacun souhaite rassembler, sont, à l’heure actuelle, éparpillées, écartelées. Beaucoup de camarades demeurent au sein du PCF. Ils tentent à la fois d’infléchir son orientation dans un sens de classe. Dans l’immédiat, leur souci premier, c’est d’empêcher que le Parti communiste abandonne au prochain congrès, sa référence ‘communiste’, considérée comme le dernier rempart, emblématique contre l’abandon de l’idéal et des principes qui ont fait son originalité.

Pour certains de ces camarades, qui continuent à s’interroger, « l’esprit de parti » joue en dernier ressort, en faveur de la Direction, qui l’utilise comme un chantage à « l’unité du Parti ». Parfois, cela peut entraver les actions communes entre adhérents du PCF et ceux qui militent en dehors.

D’autres camarades, les plus nombreux, ont quitté le Parti, au fil des années, réprouvant la ligne ‘opportuniste’ de ses dirigeants du temps du gouvernement de « la gauche plurielle », se démarquant de l’orientation de sa liste « Bouge l’Europe », et de la « mutation », décidée au congrès de Martigues.

Les camarades qui ont quitté le Parti, le plus souvent, isolément, ont considéré que l’appareil du PCF, ses méthodes, ne permettaient plus d’envisager un changement d’orientation dans le cadre d’un débat interne démocratique.

Hors du Parti, les camarades ont rejoint, pour certains d’entre eux, une structure nouvelle visant à les regrouper, avec pour vision finale, la création d’un nouveau parti vraiment communiste. Ces structures sont diverses, fluctuantes dans leur nom, « coordinations », « collectifs », « pôle », parfois opposées entre elles dans leurs analyses historiques, leurs références théoriques. Pourtant, tous ces groupes épars militent pour créer un parti de classe, baptisé pour certain de « marxiste-léniniste ».

D’autres, agissant sur une base locale, se battent au quotidien contre les effets de la politique de contre-révolution sociale de la droite, la construction européenne et les attitudes opportunistes et électoralistes du PCF.

Ils souhaiteraient agir au coude à coude, au-delà de leur localité.

Le problème, c’est de débattre pour rassembler sur une base commune, tous les camarades, isolés ou adhérents à des groupes plus ou moins structurés, sans pour autant avoir, dès à présent, l’ambition de créer LE nouveau parti.

Telle est le projet des camarades qui ont signé l’Appel pour les Assises des communistes.

Pour y parvenir, différentes conditions doivent être remplies.

D’abord, bannir tout sectarisme, tout esprit de boutique.

Il n’est pas utile, pour l’heure, de théoriser sur le passé, de se faire à partir de telle ou telle personnalité, une référence pour l’avenir et de s’opposer sur son choix.

Nous devons, par le débat, nous mettre d’accord sur l’analyse du monde actuel, les rapports de forces en présence, face à l’impérialisme, à la dictature du marché et au capitalisme financier. Cela suppose de bien établir le camp dans lequel on se place, dans le combat internationaliste qui est le nôtre.

Il est nécessaire aussi d’avoir des idées claires sur les rapports Peuples-Nations et Souveraineté populaire-indépendance nationale, dans le combat de classe que nous devons mener.

Il faut aussi, sur des notions qui me paraissent également essentielles,nous mettre d’accord.



En tout état de cause, privilégier le débat le plus large possible, comme base de consensus.

Sur chaque sujet, faire en sorte que la discussion s’engage, rebondisse et devienne, en quelque sorte, le bien commun de tous les camarades.



Nous devons discuter aussi des méthodes d’organisation.

Les habitudes prises de la verticalité (de haut en bas), de ce qu’on appelait, ou qu’on appelle toujours, (à tort, à mon avis), le « centralisme démocratique » doivent entrer dans le débat.



Mais, faut-il le rappeler, notre visée n’est pas d’aboutir à la naissance d’un nouveau parti.



Ce qui devrait être recherché par les signataires de l’Appel aux assises, c’est par le débat, trouver une base commune pour agir ensemble.



Bien entendu, chaque camarade décide souverainement de son appartenance personnelle à une organisation (PCF, Pôle, groupes et mouvements).

C’est un choix individuel.



Mais n’oublions pas que l’immense majorité des hommes et des femmes qui se cherchent pour agir ensemble, ne sont inscrits nulle part.

Ils sont isolés.

Ils se désespèrent de cette situation.



Cette contribution personnelle vise à engager le débat.

Pas plus, pas moins.



Jean LEVY

jean.levy@dbmail.com

Ancien adhérent du PCF

1956-2000

Membre du Pôle de Renaissance Communiste en France

révons un peu "sur l'europe"

ça vient de tomber sur le site de l'AFP :

Lors d'une conférence de presse extraordinaire, le président de la commission José Manuel Barroso, a annoncé la dissolution de l'Union Européenne : "Au vu des derniers développements du processus de ratification du traité de Lisbonne, et notamment ce procès qui nous est intenté par un groupe de citoyens français, nous avons décidé de dissoudre l'Union Européenne. Cette grave décision, lourdes de conséquences pour les marchés financiers, prend effet immédiatement. Nous adressons nos plus vives excuses aux lobbies qui nous ont tant soutenus pendant toutes ces années, mais en l'état actuel des choses, nous ne pouvons que nous résoudre à cette extrémité."

Le président de la commission a par ailleurs indiqué que le siège de la Commission, à Bruxelles, était à vendre. Les Pinks Floyds se sont déclarés intéressés pour ouvrir une salle de spectacles pyrotechniques permanentes. Le musée du Louvres s'est également porté sur les rangs des possibles repreneurs.

Ce véritable séisme politique entraine des conséquences qui sont déjà perceptibles : toutes les bourses des pays de l'UE sont à la baisse, et certains analystes vont jusqu'à évoquer l'hypothèse d'une faillite pour certains grands groupes.

En France, le président Sarkosy a fait part de son regret suite à cette décision, et a décidé de mettre aux enchères sa rolex et ses raybans, afin "d'apporter son soutien aux multinationales qui vont perdre beaucoup d'argent dans cette affaire".
On peut avoir encore un peu d'humour en france
Rions en

avensis délocalise et licencie.

le groupe avensis sanofi à décide d'une façon arbitraire de fermer la production de médicaments sur leur site de Vitry sur Seine. Cette décision aurait pour conséquence de priver plusieurs centaines de "collaborateurs" d'emploi.Dans une brève déclaration de la direction actuelle:" ce n'est qu'une restructuration et une nouvelle orientation du groupe qui veut regrouper l'activité de production seulement dans certains sites."
Mais en déclarant garder le secteur recherche et développement.
Cela est inadmissible car cette direction oublie l'avenir des salariés qui risquent leurs emplois en refusant pour des raisons plus que personnelles de refaire leur vie à l'autre bout de l'hexagone.
Cette lutte doit être soutenue et notre devoir est d'être présent à tout moment afin de les aider dans cette épreuve.
IL FAUT QUE LE CAPITALISME SAUVAGE CÈDE!!!
je compte sur vous