mardi 18 mars 2008

second tour des municipales par G Gastaud

Premières analyses du P.R.C.F. sur le second tour des élections locales
et sur les luttes à venir. le 17 mars 2008

Le PRCF se réjouit du revers subi par la droite au niveau national. Sarkozy et ses patrons du MEDEF et de l’UE sortent affaiblis des élections locales ; ils auront plus de mal à accélérer leurs contre-réformes (retraites, Education nationale, statut de la fonction publique, code du travail, assurance-maladie…).

Pourtant les salariés n’ont rien à attendre du PS qui applique avec zèle, dans les régions et les villes qu’il dirige, les contre-réformes inspirées par l’U.E. Les électeurs communistes ne peuvent davantage compter sur le PC officiel qui continue de courir derrière le PS, les Verts et le MODEM, alors que le PS et les Verts ont pris d’assaut les mairies communistes historiques de Montreuil, La Courneuve, Blanc-Mesnil et Aubervilliers. Comment d’ailleurs le PC, qui débattra de sa dissolution au congrès de 2008, pourrait-il représenter l’avenir du communisme en France ? Et comment espérer un renouveau de Lutte ouvrière qui abandonne la lutte des classes pour courir les places dans les mairies PS ?

Dans le bassin minier du Pas-de-Calais, où le PRCF avait opéré une percée remarquable au 1er tour, subsistait à Lens une liste d’union de la vraie gauche soutenue par le PRCF. Cette liste ouvre une brèche dans la bipolarisation UMP/PS. Au 1er tour, le maire PS de Lens avait pour la 1ère fois été mis en ballottage : son opposition de gauche, avec en tête de la vraie gauche la liste des écolos dissidents (GEL) et du PRCF, monte à 30% pendant que la droite stagne. Le PCF allié à LO et les Verts alliés au MODEM arrivent après la liste GEL-PRCF (12,7%). Au 2ème tour, le maire PS n’atteint pas 50%. La droite progresse peu. Malgré l’appel au vote utile, la liste GEL/PRCF reste 3ème devant les Verts et le PCF-LO.

En outre, et même si on peut le déplorer, il est significatif que les deux maires du PCF-62 qui depuis 2004 se sont le plus acharnés contre le PRCF, sont battus à Harnes et à Calais, victimes de leur comportement antidémocratique et de leur absence de clarté. C’est un lourd échec pour la Fédération du Pas-de-Calais du PCF, qui s’est recentrée derrière A. Boquet, a rallié la direction nationale du PCF, et a accepté le mot d’ordre social-démocrate d’ « Europe sociale » sous la pression de ces deux élus influents initialement favorables à la « mutation » de R. Hue.

Rappelons en outre qu’au 1er tour, le PRCF avait réalisé des scores remarquables à Eleu (23%), Liévin (11,4%), Bully (11,7%). Ailleurs, le PRCF passe avec honneur le baptême du feu, comme à Bagneux (92), dans les Pyrénées-orientales, dans le nord (où le PRCF se reconnaissait dans des candidats franchement communistes membres du PCF) ou en Corrèze. Ceux qui voulaient « tuer » le PRCF sont ridiculisés et mordent la poussière.

Face à un pouvoir qui veut appliquer coûte que coûte sa monstrueuse « feuille de route » antisociale, l’heure n’est pas à l’attentisme. Le PRCF a écrit aux formations qui se réclament du communisme pour qu’elles s’adressent ensemble à toutes les formations politiques qui ont voté Non en mai 2005 : on ne battra pas Sarko-Fillon en se contentant de riposter au coup par coup et branche par branche. En cet anniversaire de mai 68, organisons ensemble une grande manif centrale à Paris contre le fascisant régime sarkozyste et l’ensemble de sa politique ; faisons-en le point de départ d’une mobilisation tous azimuts contre les délocalisations, la baisse du pouvoir d’achat, les contre-réformes (Education nationale, code du travail, retraites, Sécu, privatisations, destruction des libertés individuelles et syndicales, constitution européenne bis…) et la traque aux ouvriers immigrés.

Une partie de la droite a compris que la rupture sarkozyste pourrait « mal finir » (Léotard) pour la bourgeoisie capitaliste en raison de la morgue insupportable de Sarkozy. Eh bien faisons en sorte que le printemps 2008 commence bien pour les travailleurs, la jeunesse et tous les amis de la république sociale, laïque et souveraine !

Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF, membre du comité départemental de la Fédération 62 du PRCF.

Aucun commentaire: