lundi 31 mars 2008

virus informatique TRES DANGEREUX!!!

> Message du 31/03/08 à 10h46
> De : "Antoine MANESSIS"
> A : m.hauss@voila.fr, gastaudcrovisier2@wanadoo.fr, prcf.inter@voila.fr
> Copie à :
> Objet : tr: Fw: Tr:Fw: virus sérieux ) DIFFUSER MASSIVEMENT



>

Je fais suivre car la confirmation de cette info a été diffusée sur EUROPE-1 hier.

Dans les prochains jours, vous devrez faire très attention de n'ouvrir aucun message appelé 'quota ; invitation', peu importe qui vous l'envoie!!! C'est un virus qui 'ouvre' une torche olympique et qui brûle le disque dur du PC. Ce virus sera envoyé par une personne que vous avez dans votre liste de contacts, C'est pour cela que vous devez absolument envoyer cet e-mail. Il vaut mieux recevoir ce message 25 fois plutôt que de recevoir le virus et l'ouvrir !!! Donc, si vous recevez un message appelé 'quota ; invitation' NE L'OUVREZ SURTOUT PAS ET ETEIGNEZ IMMEDIATEMENT VOTRE PC !!C'est le pire virus annoncé par la CNN et classifié par Microsoft Comme le virus le plus destructeur qui n'ait jamais existé jusqu 'à présent! Ce virus a été découvert hier après midi par MCAfee et il n' y a pas encore de solution pour palier a ce virus ! Il détruit tout simplement la zone du disque dur où sont cachées les informations vitales !ENVOYEZ CET E-MAIL A TOUS CEUX QUE VOUS CONNAISSEZ !!!> A vos amis, vos contacts... Car plus vous préviendrez de personnes, plus le virus aura de difficultés à se propager.

dimanche 30 mars 2008

au PSG LES RACISTES ONT TOUJOURS LA BANDEROLE FACILE!!!

communiqué
Le racisme de classe contre Lens, les ch’tis et le Bassin minier
doit être sévèrement puni !

Lors de la finale de la Coupe de la Ligue entre Lens et le PSG, des supporteurs de ce club multirécidiviste ont impunément déployé une banderole appelant au mépris et à la haine contre les Ch’ti, traités de « pédophiles », « consanguins » et « chômeurs » (comme si être privé d’emploi par l’injuste système capitaliste constituait une tare !).

Ces répugnants « supporteurs » ont pu tranquillement insulter les Ch’ti pendant le match avec une banderole de vingt mètres, sans que Sarkozy, présent dans la Tribune officielle, n’émette une seule protestation (il a tranquillement remis la coupe au PSG à la fin de la rencontre…) ; les autorités sportives et l’arbitre n’ont rien vu et n’ont pas interrompu la rencontre. Notre « libre » télévision s’est gardée d’en montrer des images en direct !

Il s’agit pourtant là d’un racisme social caractérisé, les nantis fascisants qui infestent depuis des décennies le public du PSG manifestant ainsi leur mépris et leur haine de classe pour la classe ouvrière et minière du Pas-de-Calais : celle-ci fut et reste pourtant le fer de lance de l’industrialisation de la France, le berceau de la Résistance antifasciste à Hitler (grève de masse 1941 à l’appel du PCF et de la CGT) et… pour toute reconnaissance, elle est sacrifiée depuis 40 ans aux politiques européennes qui ont détruit l’industrie charbonnière, textile et métallurgique sous les auspices de la « communauté européenne du charbon et de l’acier » (CECA).

Cela en dit long sur le climat de guerre civile larvée contre le monde du travail et les régions pauvres qui se déploie dans notre pays à l’ombre de la « droite décomplexée » représentée par Sarkozy et son UMP. Cela en dit long aussi sur le délitement du respect mutuel que se doivent les citoyens d’un même pays : il en va ainsi désormais dans notre France dépecée par les politiques antinationales de décentralisation, de privatisation et de régionalisation qui mettent en concurrence les territoires de la République française, jadis « une et indivisible », sous la bannière de l’UMP, de l’UDF et du PS.

Face à de tels comportements orduriers , la section de Lens du PRCF, la fédération départementale du PRCF et ses élus (représentant selon les villes, de 11,5 à 27% des habitants) :

-demandent que la Coupe de la Ligue 2008 ne soit pas attribuée, que le PSG soit lourdement condamné, que les auteurs de la provocation soient poursuivis pour incitation à la haine raciale ;

-que les autorités du sport prennent enfin la décision qui s’impose : tout match souillé par des manifesta-tions de haine raciste sur le terrain et dans le public doit être interrompu sur le champ, les billets doivent être remboursés, la défaite doit être infligée d’office à l’équipe dont les supporteurs ont appelé à la haine raciale ;

- que les joueurs et entraîneurs prennent également leurs responsabilités citoyennes : en cas d’insultes racistes répétées contre leur équipe ou contre l’un d’entre eux, ils doivent se mettre en grève sur le tas comme savaient le faire nos « anciens » de la mine ou des « laminoirs » !

Le PRCF désavoue toute tentative d’en appeler à Sarkozy pour « arbitrer » ce type de différend, alors que ce président des milliardaires est sur le fond le principal responsable, avec sa politique patronale de « rupture » thatcherienne de la haine du pauvre, du travailleur, du syndicaliste et d’exaltation du « gagneur » et du milliardaire.

Les travailleurs du Nord-Pas-de-Calais doivent être fiers de leur héritage minier, fait d’héroïsme, de solidarité et de fraternelle convivialité.

Ils ne doivent en aucun cas désespérer du peuple français qui fait actuellement un triomphe au film Bienvenue chez les Ch’tis, y compris dans la région parisienne, et dont le principal mérite, outre sa drôlerie, est de montrer enfin sur scène des ouvriers, des travailleurs, des simples gens du nord et d’ailleurs, qui face aux fachos de l’ultra-droite et de la prétendue « Europe blanche », sont la vraie France d’aujourd’hui et de demain.

Georges Gastaud, secrétaire départemental du PRCF 62
Jean-François Maison, secrétaire de la section PRCF de Lens
Jean-Claude Facquez et Jean-Pierre Menuge, secrétaires de la cellule d’Eleu-dit-Leauwette
et Dany Mismacque, conseiller municipal PRCF de Lens.

Pour tout contact écrire à PRCF Lens, 199 rue E. Zola, 62800 Liévin

une minute de reflextion par J Coignard

1 Minute de réflexion :

Pour toutes les Vaches à lait de France mais aussi de toute l’Europe.

1 un peu d'histoire

En l'an de grâce 2000 après JC (quand même)
nous avions 1 Dollar à 1.2 Euros et 1 Baril de Pétrole à 60 Dollars
soit le Baril à 72 Euros
et on payait 1.00 Euro / litre

2 de nos Jours en 2008 après JC (toujours encore)
Nous avons 1 Dollar à 0.65 centimes d'Euro et 1 Baril de pétrole qui a explosé au-dessus de 100 Dollars.
soit le Baril à 65 Euros (Oups !)
et on leur donne 1.25 Euros / litre

Et la, très chères Vaches à lait
On se pose la question suivante:
Si le Baril est moins cher pour nous en Europe qu'en 2000
Pourquoi l'essence est elle 25% plus chère qu'en 2000 ?

Il y en a qui doivent se remplir les poches !!!!!

Alors très chère Vaches à lait
continuez de travailler sagement car le jour viendra ou le dollar remontera et la je vous dis même pas !

Faites suivre au maximum de personnes

mensonges sur la siderurgie!!!

Le 04 février dernier notre président devant les travailleurs d'ARCELOR, avait officiellement promis de les soutenir et de s'opposer à toutes formes de licenciements qui devaient être annoncés par le groupe indien MITTAL qui venait de façon impérialiste acquérir le fleuron restant de notre sidérurgie.
Il leur a MENTI. Car en ne tenant pas ses engagements notre président nous a une fois de plus prouvé sa sincérité proverbiale. Pas loin de 500 emplois sont d'une façon arbitraire supprimés.Comment peut on encore avoir la moindre confiance, quand le premier personnage de l'état oublie de façon plus que cavalière ses engagements devant les travailleurs et leurs représentants.LA FRANCE EST VENDUE A L'ENCAN AU CAPITALISME MONDIAL! Et l'État bourgeois qui nous dirige se préoccupe plus de ses profits qu'a emploi des travailleurs.Une volte face de plus à mettre au crédit d'un personnage qui se veut être le président de l'emploi et de la croissance(la sienne?)
De plus en plus de chômage et de précarité sont les seul moyens qu'ils utilisent afin de préserver leurs privilèges.
ne soyons pas dupes BATTONS NOUS.
encore à méditer

vendredi 28 mars 2008

carla et les sept robes!!!

Durant une seule journée,notre top présidente à changé sept fois de tenue vestimentaire.
Quel est le nombre de robes qui garnissent ses armoires?
Quand on sait le prix de ces fanfreluches on en reste baba (entre 10 ou 12 fois le smig)!!!
Il est vrai que c'est encore nous le "petit peuple" qui lui fournissons gratuitement par le biais des frais de représentation ses dessus et dessous.
Alors non content de s'auto augmenter de plus de 100 pour cent, notre résident s'offre le luxe de remplir à nos frais la garde robe de sa "top modèle" d'épouse.
En période de "récession" TROP c'est TROP!
Pour moi même je préfère garder mes jeans délaves et mes fringues achetées en soldes.
Méditons tous ensembles sur ce que "bling bling" veut dire pour ceux qui prétendent nous diriger.

mercredi 26 mars 2008

Sarko au pays des merveilles!!!

Notre résident de la république, passe depuis ce matin, d'agréables moment avec son top modèle d'épouse dans la résidence secondaire d'une de ses vieilles relation qui comporte pas loin de 500 pièces.Pour son confort seulement 50 pièces lui seront octroyées.De quoi se sentir un peu à l'étroit!
il est vrai que après son pied à terre parisien le changement de climat doit un temps soit peu le perturber. Il ne faudrai pas qu'il oublie que certains de ses "sujets"vivent dans des taudis qui pour la plus part ne dépassent pas 50 mètres carrés et qui sont loués à des loyers exorbitants par des organismes publics qui ont oublié leur vocation sociale.
Je me permet de citer en outre certains "marchands de sommeil" qui se permettent à l'heure actuelle de louer de façon légale 10 mètres carrés à plus de 500 euros par mois à une population socialement fragile.
Mais je pense qu'il s'en contrefout.
Nous ne sommes pas du même monde!
Alors souhaitons lui un agréable séjour dans la "perfide Albion" et qu'il médite s'il a l'occasion de me lire, sur les problèmes de logement du "petit peuple de france".
à méditer

mardi 25 mars 2008

mise à jour sur le tibet

TIBET : Déclaration de La commission exécutive du PRCF

NON à l'hypocrite campagne anti-chinoise à propos du Tibet, oui à une Chine multinationale unie et socialiste!

Deux poids, deux mesures: les Ménard, Glucksmann, Lévy et Cie n'ont pas dit un mot pour condamner les USA et réclamer le boycott des JO d'Atlanta et de Los Angeles au moment où l'Empire états-unien semait la mort de masse en Irak, au Panama ou en Yougoslavie. Pas un mot non plus contre cette grande "démocratie" qui torture officiellement à Guantanamo et qui a le plus fort taux au monde, très loin devant la Chine, pour le nombre de citoyens emprisonnés par rapport à la population globale. Pas un mot de protestation non plus contre la dédicace sciemment politique du Salon parisien du livre à l'Etat d'Israël avec visite à la clé du président d'Israël, présentement occupé à massacrer sans pitié civils et enfants palestiniens. Pour ce qui concerne la fausse gauche, pas un mot non plus, , sauf quand il s'agit de boycotter un pays se réclamant du socialisme, pour condamner les J.O. en tant que vitrine du sport commercial et professionnel (un débat approfondi serait nécessaire à ce sujet). Pas un mot non plus, tout simplement, pour condamner les atteintes aux droits de l'homme, en France même, du régime sarkozyste, sa traque aux ouvriers immigrés, ses atteintes répétées au droit de grève, sa mainmise sur les médias (n'est ce pas, Messieurs de "Reporters sans frontières"!),sa construction d'un Etat policier chargé de fliquer les manifs populaire, son viol grossier de la souveraineté du peuple auquel Sarkozy et la fausse gauche viennent d'imposer la constitution européenne bis en annihilant le vote démocratique du 29 mai 2005.
En réalité, à l'approche des JO, il faut s'attendre à une multitude de provocations pour tenter d'isoler la Chine, d'y semer la division sur des bases "ethniques", non seulement de la part des classes féodales privilégiées expropriées par la République populaire chinoise en 1959, non seulement de la part du prétendu "gouvernement tibétain en exil", mais de la part des Etats impérialistes qui feignent d'oublier dans quel état épouvantable de famine et d'humiliation les USA, l'Allemagne, la France et l'Angleterre capitalistes avaient plongé la Chine à l'époque des guerres de l'opium et des "concessions" ; qui oublient les quelque 10 millions de morts civils et militaires dont la Chine à souffert pour se libérer de l’occupation du japon fasciste lors du dernier conflit mondial. Le fait que ces Etats prédateurs qui affament la moitié de la planète avec leur OMC, leur FMI, leurs guerres impérialistes et leurs blocus, appellent au respect des droits de l'homme au Tibet, est pour le moins suspect ; de plus, c’est volontairement oublier qu'avant 1959, le Tibet était plongé dans le servage, que les "gentils" dirigeants de monastères bouddhistes avaient droit de vie et de mort sur les serfs (90% des gens), que 90% des habitants étaient analphabètes, qu'un Tibétain de base était décapité si ses yeux se posaient sur le Dalaï-Lama! Ces mêmes Etats impérialistes osent parler d'indépendance nationale du Tibet alors que ce pays fait partie de la Chine multinationale depuis le 13ème siècle (bien avant que la corse ou Nice n'appartiennent à la France!), et qu'eux-mêmes foulent aux pieds les droits nationaux du peuple palestinien, du peuple irakien, du peuple yougoslave, du peuple ivoirien, du peuple tchadien, et de tant d'autres!
De fait, l'intégration du Tibet à la République populaire chinoise a, malgré les soubresauts de la prétendue "révolution culturelle" (qui affectèrent toute la Chine) constitué un immense pas en avant pour les masses rurales et urbaines du Tibet. C'est seulement à partir de cette date que la masse de la jeunesse a été scolarisée, que les Tibétains ont pu apprendre leur langue écrite à l'école, l'entendre parler dans les médias, disposer d'un enseignement bilingue où le tibétain tient tout naturellement la 1ère place. Quant à la spiritualité du Tibet, qui fait tant rêver les petits bourgeois consuméristes d'ici, elle existe bel et bien mais n'a jamais été qu'un phénomène très élitiste dans l'ancien Tibet féodal: c'est ce que révélait Alexandra David-Neel qui dans ses carnets de voyage, indiquait à la fois la beauté de la PHILOSOPHIE bouddhiste pratiquée par quelques-uns, et l'arriération profonde et les superstitions dans lesquelles étaient maintenue la masse de la population.
En outre, les pyromanes des Etats impérialistes et leurs relais médiatiques se comportent en vrais irresponsables. On a vu en Yougoslavie ce qu'a donné la volonté occidentale d'encourager les séparatismes Croate, Slovène, Kosovar, dans le seul but de démanteler la République socialiste fédérative de Yougoslavie: une guerre terrible qui a ravagé un pays, mais qui a permis que depuis les USA et l'UE occupent militairement les Balkans. Le projet, d'ailleurs hors de portée des impérialistes, de balkaniser la Chine et son plus qu'1 milliard d'hommes est à la fois odieux et terriblement dangereux pour la paix mondiale.
Enfin, le prétendu "boycott" des JO par l'autoproclamée "communauté internationale" est une pure insulte à l'humanisme et au bon sens. On est d'avance certain que l'Inde, la Russie, l'Afrique, l'Amérique latine, le Vietnam, l'Iran, etc. ne boycotteront à aucun prix les JO : dans ces conditions que signifie pour la "communauté internationale" (c'est-à-dire les Etats riches regroupant au plus 600 millions de personnes) un ensemble d'Etats groupant de trois à quatre milliards d'individus? Quel racisme à l'égard du grand peuple chinois, et plus
généralement, des "pays émergents" dont la Chine est le symbole!
Cela ne signifie nullement que le PRCF soit indifférent au besoin de progrès de la démocratie socialiste en Chine et à l'essor de la culture nationale du peuple du Tibet et des autres provinces de Chine. Mais d'abord, le PRCF, fidèle à l'exigence universelle de laïcité et de pensée dégagée des dogmes de toutes natures, ne considère nullement que les cléricaux tibétains, organisateurs de pogroms contre les commerçants chinois, soient en quoi que ce soit une force de libération! Comme dans tout le reste de la Chine, le progrès de la société repose sur les masses populaires, sur les ouvriers, sur les paysans, sur tous ceux qui en Chine restent fidèles aux idéaux socialistes de la Révolution de 1949, sur les communistes qui, de Pékin à Lhassa, défendent les acquis du socialisme et le principe d'un développement socialiste du pays, seul à même de stopper le creusement des inégalités sociales que comporterait un mode de développement subordonné au capitalisme mondialisé. La voie socialiste est seule à même de permettre à long terme le développement harmonieux des nationalités de la RPC. C'est d'ailleurs dans ce sens que s'est exprimée la conférence nationale du PRCF en 2006 non pour dénigrer la République populaire, mais pour défendre ses acquis et son rayonnement international.
En résumé, oui à l'amélioration des droits du peuple au Tibet et dans le reste de la Chine, non à la campagne impérialiste contre les JO de Pékin, non aux tentatives impérialistes de déstabiliser la Chine et de la plonger dans des conflits interethniques dans le but d'en saboter le développement indépendant, non aux pires ennemis de toute spiritualité, des peuples du Tibet et du reste de la Chine, l'impérialisme et le capitalisme.
Le 23 mars 2008

chaires fraiches pour le privé par j Lévy

di 25 mars 2008
De la bonne "chaire" fraiche pour le privé

Nous connaissions déjà les 'conventions' signées par l'Université de Paris-Dauphine avec AGF, Axa, Edf et Groupama pour installer quatre chaires en faveur de ces entreprises, privées pour trois d'entre elles. Rien d'étonnant venant d'une Université dominée par les ultras du libéralisme, tel le professeur d'Economie, Pascal Salin, membre éminent de l'ALEPS*,qui se répand dans Le Figaro pour clamer son amour pour le 'tout-libéral'.
Puis ce fut le tour du Collège de France, cette prestigieuse institution du haut savoir (et où officiait Pierre Bourdieu), de signer une 'convention' avec l'Institut Bettancourt-Schueller**, de la société L'Oréal. Il s'agissait, cette fois de créer une "chaire pour l'innovation technologique". On perçoit aisément l'intérêt pour la firme privée de bénéficier, dans ses recherches des moyens financiers publics.
C'est le sens de la Loi dite LRU (Liberté et Responsabilité des Universités), initiée par la ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse.
Mais, au-delà du scandale politique que constitue la mise en pratique de cette loi - la livraison au privé de chaires publiques - s'ajoute le ridicule d'une nouvelle convention annoncée.
De quoi s'agit-il ?
Les établissements Conforama, de Lognes, dans un communiqué, nous apprennent que la société vient de signer une convention avec la "prestigieuse Université Panthéon-Sorbonne pour créer DM Académie".
DM Académie, cela veut dire, en français Académie des Directeurs de Magasins !
Le communiqué de Conforama précise qu'il s'agit d'un "nouveau cursus diplomant Bac+5, destiné aux futurs dircteurs de magasins sélectionnés conjointement avec l'Université et qui suivent des conférences spécifiques et des modules managériaux dispensés à l'Université".
On ne peut mieux dire : la "prestigieuse Sorbonne" transformée en "prestataire de services" pour dispenser une formation professionnelle de directeur de magasins !
Certes, Conforama fait partie du groupe de luxe PPR, "chair" à monsieur Pinault, et c'est un honneur pour l'Université française de le servir.

Jean de Sorbon qui, au Moyen-Age, fonda" le collège pour permettre aux enfants pauvres d'accéder à l'enseignement" (selon Le Petit Robert), doit se retourner dans sa tombe :
Aujourd'hui, les cours d'un pauvre enseignement public, vont être données gratuitement aux riches entreprises privées.
Chaque enseigne aura bientôt sa chaire, Auchan, Carrefour, Ed :l'enseignement au "discount"!
A quand donc la Faculté ouverte aux marchands de soupe, puisqu'elle l'est aujourd'hui aux marchands du temple ?
On peut prévoir dans ce champ-là des extensions surprenantes.
Ainsi, l'Université sera requise pour instruire, dans leur spécialité, les jolies élèves du Lido.
De même, les moinillons et les séminaristes se destinant à l'état écclésiastique feront leurs saintes études dans les amphis laïcs. On pourra y louer Dieu, à défaut de l'acheter.

Comme on aurait pu écrire sur la Sorbonne, en mai 68 :
LIBEREZ ET REHABLITEZ L'UNIVERSITE !


* L'ALEPS : voir dans le blog "Les mauvaises fréquentations"

** Eugéne Schueller, patron de Monsavon-L'Oréal,
expert économique de l'hebdomadaire du parti collabo,
le Rassemblement National Populaire, de Marcel Déat.
Schueller est le père de la principale actionnaire actuelle de l'Oréal

quel débat aprés les élections par M Peyret

Quel débat après les élections ?




Et , s'agissant du présent , pourquoi parler de pseudo-réflexions quand il s'agit du vécu . Le vécu , c'est quand-même cette réalité dont nous avons parlé et c'est elle qui , au premier chef , doit être analysée et comprise . C'est cela avant tout la démarche de Marx .

Pour ma part , j'ai de grands questionnements quant aux dernières élections . Ils arrivent peut-être un peu tard mais j'ai le sentiment que l'on a fait l'impasse sur les questions principales , celles qui vont déterminer la vie des gens et la gestion des territoires dans la prochaine période : la planète tout entière est-elle au bord d'une catastrophe économique , énergétique , financière , monétaire , comme questionnait ce dimanche le Journal de ce nom ?

Si tel est bien le cas , ce que je crois , pourquoi en être demeuré pour l'essentiel au local avec la seule "ouverture" nationale que pouvait constituer une sanction de Sarko ? Et si l'essentiel de ce qui va conditionner la vie des gens n'a pas été abordé , qu'est-ce que cette démocratie ? Certes , ce questionnement n'est pas nouveau mais sa perduration n'en est pas moins problèmatique , inquiétante : le capitalisme a trouvé le moyen , une fois de plus , de confisquer le suffrage universel , et ceci avec la complicité des dirigeants de la totalité des forces politiques ! Nous sommes toujours dans ce que certains définissent comme une post-démocratie !

Et comment alors revient-on , ou plutôt comment établit-on une véritable démocratie , un véritable pouvoir du peuple , un pouvoir qui établisse une souveraineté réelle ? Ce qui implique que l'on interroge à nouveau la poursuite de la construction d'un Etat européen : comment poursuivre en considérant comme nul et non advenu le viol de l'expression souveraine du peuple français ? Et faut-il "sauver le système" comme le titre l'éditorial du Journal du Dimanche ? Ou , au contraire , faut-il sortir du système ?

Je réfléchis à la façon de formuler ces questionnements pour me faire bien comprendre mais je crois qu'en faire part est tout à fait indispensable . Il me semble que c'est cette réflexion que doivent avoir maintenant les communistes plutôt que de se laisser entraîner dans la voie de quelque pronunciamiento qui se substituerait à l'élaboration d'une véritable alternative révolutionnaire .

Amitiés .

jeudi 20 mars 2008

fraude aux sondages des elections municipales!!!

Dimanche dernier, les commentateurs du 1er tour des élections municipales se sont montrés unanimes : alors qu'on attendait un effondrement de la droite, la première surprise de la soirée aurait été la relative et inattendue bonne tenue des listes UMP ; la seconde surprise, c'est que le taux global de participation était en hausse depuis 2001.

La tonalité de la soirée électorale fut ainsi donnée par ces deux " surprises ", qui dominèrent également les lignes éditoriales de la presse écrite du lendemain. Pour la majorité des Français, la messe du 1er tour était dite : forte participation et maintien surprise de l'UMP. Pourtant, dès le mardi, puis tout au long de la semaine, des informations d'une toute autre tonalité ont commencé à se faire jour. Des informations capitales dont ont été privés la grande majorité des Français, qui n'ont porté attention à ces élections que le dimanche soir ou dans la presse écrite du lundi.

Ainsi, il a fallu attendre le vendredi, ce qui ne s'était jamais vu depuis la dernière guerre, pour enfin connaître les chiffres officiels de la participation. Surprise : il n'est plus du tout question d'une hausse mais d'un effondrement historique : jamais depuis 1959 la participation n'avait été aussi basse : 66,54% au total et 61,07% dans les communes de plus de 3500 habitants. Dans la capitale, c'est même 43% des électeurs qui ont refusé d'aller voter.

Les étranges innovations électorales du ministère de l'intérieur

Que s'est-il passé le soir de l'élection pour que l'information et la perception de la situation politique réelle soient ainsi faussées ?


Un début de réponse nous a été donné par un article stupéfiant du journal le Monde. On y apprend les causes de la "panne" : " Les résultats ont d'abord parcouru le chemin traditionnel : les mairies les ont envoyés, par téléphone ou par fax, dans les préfectures, qui les ont communiqués via un système Intranet au ministère. "La synthèse s'est faite tout à fait normalement" (…) Mais les serveurs, hébergés par une société externe, dont le ministère n'a pas voulu divulguer le nom, se sont écroulés à plusieurs reprises. "


En clair, cela signifie :
* d'une part que les serveurs du ministère de l'intérieur ne sont pas gérés par les fonctionnaires habilités à cette fin mais par "une société externe"

* d'autre part que le ministère de l'intérieur refuse de communiquer l'identité de la société qui a désormais la haute main sur les élections françaises.

Ce n'est pas tout : " Le système étant engorgé, les services de l'intérieur ont dû ressaisir les résultats. Le taux de participation définitif n'a été établi que lundi après-midi. Le prestataire, qui avait traité les élections présidentielle et législatives de 2007, utilise "ce que l'on peut trouver de plus puissant", assure Bertrand Maréchaux, directeur des systèmes d'information du ministère. (…) M. Maréchaux confiait, lundi soir, n'avoir toujours pas trouvé "de véritable explication technique". Mme Alliot-Marie, rompant avec l'habitude de la plupart de ses prédécesseurs, s'est refusée dimanche à toute apparition publique pour donner les résultats et s'est contentée d'un communiqué diffusé à 23 h 13. "

En clair cela signifie :
* que le mystérieux prestataire privé a eu également la haute main sur les présidentielles et les législatives, premières élections françaises où étaient utilisées les machines à voter, qui, elles aussi, suscitent de nombreuses et justifiées interrogations.

* et que le directeur des systèmes d'information du ministère de l'intérieur avoue n'avoir reçu aucune explication de ce mystérieux prestataire extérieur.

Qui est la mystérieuse société qui produit désormais les résultats électoraux français officiels ?

Est-il normal et sain pour la démocratie que le ministère de l'intérieur garde le silence sur l'identité de la société prestataire qui gère désormais nos résultats électoraux officiels ?

Pour l'UPR, la réponse est non. Nous avons donc décidé d'en savoir plus, ce qui n'est pas très difficile puisqu'un simple logiciel gratuit "whosip.exe" permet à tout internaute de découvrir le pot aux roses.
(télécharger whosip ici, copiez-le dans C: puis, dans Accessoires > Invites de commandes > tapez cd\ > Enter puis : whosip www.interieur.gouv.fr > Enter )

Vous obtiendrez ce résultat autant spectaculaire que révoltant, s'agissant du ministère de l'intérieur de la République Française :
WHOIS Source: ARIN

IP Address: 8.12.199.126
Country: USA - Colorado
Network Name: LVLT-ORG-8-8
Owner Name: Level 3 Communications, Inc.
From IP: 8.0.0.0
To IP: 8.255.255.255
Allocated: Yes
Contact Name: Level 3 Communications, Inc.
Address: 1025 Eldorado Blvd., Broomfield
Email: ipaddressing@level3.com
Abuse Email: abuse@level3.com
Phone: +1-877-453-8353
Fax:

Sauf erreur, cela signifie, en clair, que "le système intranet" du ministère français de l'intérieur est hébergé par la société américaine LEVEL 3 COMMUNICATIONS, situé à Denver, Colorado, USA.

Résumons :

1. La soirée électorale, donc l'élément décisif de la campagne du second tour, a été complètement faussée par une panne informatique.

2. Contrairement à ce que tous les Français croient, le ministère de l'intérieur ne gère pas lui-même les moyens nécessaires à la production des résultats électoraux officiels, ayant force de loi.

3. Ce travail décisif pour la démocratie française est confié non seulement à une société privée, mais, mieux encore, à une société américaine, LEVEL 3 COMMUNICATIONS

4. Vérifications faites à partir d'informations ouvertes disponibles sur Internet, cette importante société américaine se trouve avoir des liens très étroits avec les deux principaux partis politiques américains, le Parti Républicain et le Parti Démocrate, qu'elle finance l'un et l'autre avant chaque élection présidentielle (cliquez ici)

5. La société en question n'a fourni aucune explication sur la panne. Personne n'est donc en mesure de garantir que cette panne n'a pas été volontairement provoquée, à la demande d'un mystérieux commanditaire, pour aboutir aux résultats faux de dimanche soir. Circulez, il n'y a rien à voir !

6. Mis à part l'article du Monde, aucun média ne s'est interrogé sur ce grave et troublant dysfonctionnement qui entachent le résultat officiel des élections. Personne ne s'interroge non plus sur la fiabilité et les contrôles réels de l'ensemble "machines à voter + serveurs hébergés par la société américaine LEVEL 3 COMMUNICATIONS" qui a également produit les résultats des présidentielles et des législatives.

7. On nous présente un scénario rocambolesque à base de " serveurs qui s'écroulent " puis " d'adresse de délestage ". Mais ce scénario ne tient pas la route une seconde pour qui connaît un minimum l'informatique : collecter les votes de 25 millions d'inscrits, préalablement centralisés dans une centaine de préfectures, c'est bien le minimum que doit pouvoir faire n'importe quel serveur informatique bon marché. Du reste, on n'a pas attendu mars 2008 pour gérer ce type de situations et les Français ont connu suffisamment de soirées électorales télévisées depuis 40 ans pour savoir que la collecte des résultats ne posait aucun problème par le passé, avec des ordinateurs pourtant infiniment moins puissants que de nos jours. Comme par ailleurs le ministère précise avoir recours à "ce qu'on peut trouver de plus puissant", on est en droit de se poser de très graves questions sur la cause réelle de la " panne ".

8. Nous voudrions également comprendre pourquoi un gouvernement qui nous rebat les oreilles avec son soutien à l'économie numérique juge préférable d'avoir recours aux services d'une société étrangère pour résoudre un problème bête comme chou, et parfaitement bien résolu depuis des décennies, qui est la simple collecte des résultats électoraux transmis par la centaine de préfectures françaises.

9. Nous voudrions enfin comprendre pourquoi la France, qui est capable de mettre au point des armes thermonucléaires par des simulations informatiques extraordinairement sophistiquées, qui a été choisi internationalement pour développer le centre de recherche sur la fusion atomique ITER serait incapable de gérer par lui-même l'addition des votes de ses électeurs.


Conclusion :
Il n'est pas tolérable qu'une société américaine produise, on ne sait comment, ce que le peuple français est censé devoir accepter comme l'expression suprême de la souveraineté populaire. Cette procédure est d'autant moins admissible qu'elle s'accompagne de la mise en place, en nombre croissant, de "machines à voter" électroniques qui produisent des résultats dont l'opacité suscite la défiance d'une écrasante majorité de nos concitoyens.

Rien ne serait plus grave pour la démocratie et plus périlleux pour la paix civile en France si une suspicion généralisée devait désormais se porter sur la véracité des résultats annoncés à l'issue de toutes nos élections.

Nous exigeons donc de revenir à la situation antérieure, qui donnait toute satisfaction sans soulever les moindres soupçons. Le ministère de l'intérieur doit obtenir et rendre publiques les explications de son prestataire américain, puis rompre immédiatement ce contrat.

L'Union Populaire Républicaine envoie le présent texte à l'ensemble des députés et sénateurs de la République, et leur demande que soit créée une commission d'enquête parlementaire sur cette question d'une exceptionnelle gravité.

Nous leur demandons aussi que soit déposé, le plus rapidement possible, une proposition de loi interdisant toute intervention de sociétés privées dans les opérations électorales, ainsi que tout usage des machines

mardi 18 mars 2008

Rama Yade ministresse de la "deSDIFication"!!!

Dans une allocution qui se veut"privée" la ministresse des droits de l'homme a déclaré:"Quelle n'était pas opposée au REPULSIF ANTI SDF qui pourrait étre répandu sur certaines surfaces stratégiques au bon vouloir des communes qui en feraient l'usage."
C'est vrai qu'elle n'a fait que dire tout haut ce que pense notre "résident de l'elysée". A quand le répulsif anti communiste? jE VOUS EN LAISSE JUGE!
après son échec cuisant à COLOMBES ou va t'elle continuer sa démarche D'EXCLUSION?
nul ne le sait.
C'est pourquoi j'appelle tous les COMMUNISTES à essayer dans la mesure de leurs moyens de tendre la main aux exclus et de DÉNONCER cette discrimination qui touche les catégories les plus faibles de notre société.
j'espère pouvoir compter sur vous

second tour des municipales par G Gastaud

Premières analyses du P.R.C.F. sur le second tour des élections locales
et sur les luttes à venir. le 17 mars 2008

Le PRCF se réjouit du revers subi par la droite au niveau national. Sarkozy et ses patrons du MEDEF et de l’UE sortent affaiblis des élections locales ; ils auront plus de mal à accélérer leurs contre-réformes (retraites, Education nationale, statut de la fonction publique, code du travail, assurance-maladie…).

Pourtant les salariés n’ont rien à attendre du PS qui applique avec zèle, dans les régions et les villes qu’il dirige, les contre-réformes inspirées par l’U.E. Les électeurs communistes ne peuvent davantage compter sur le PC officiel qui continue de courir derrière le PS, les Verts et le MODEM, alors que le PS et les Verts ont pris d’assaut les mairies communistes historiques de Montreuil, La Courneuve, Blanc-Mesnil et Aubervilliers. Comment d’ailleurs le PC, qui débattra de sa dissolution au congrès de 2008, pourrait-il représenter l’avenir du communisme en France ? Et comment espérer un renouveau de Lutte ouvrière qui abandonne la lutte des classes pour courir les places dans les mairies PS ?

Dans le bassin minier du Pas-de-Calais, où le PRCF avait opéré une percée remarquable au 1er tour, subsistait à Lens une liste d’union de la vraie gauche soutenue par le PRCF. Cette liste ouvre une brèche dans la bipolarisation UMP/PS. Au 1er tour, le maire PS de Lens avait pour la 1ère fois été mis en ballottage : son opposition de gauche, avec en tête de la vraie gauche la liste des écolos dissidents (GEL) et du PRCF, monte à 30% pendant que la droite stagne. Le PCF allié à LO et les Verts alliés au MODEM arrivent après la liste GEL-PRCF (12,7%). Au 2ème tour, le maire PS n’atteint pas 50%. La droite progresse peu. Malgré l’appel au vote utile, la liste GEL/PRCF reste 3ème devant les Verts et le PCF-LO.

En outre, et même si on peut le déplorer, il est significatif que les deux maires du PCF-62 qui depuis 2004 se sont le plus acharnés contre le PRCF, sont battus à Harnes et à Calais, victimes de leur comportement antidémocratique et de leur absence de clarté. C’est un lourd échec pour la Fédération du Pas-de-Calais du PCF, qui s’est recentrée derrière A. Boquet, a rallié la direction nationale du PCF, et a accepté le mot d’ordre social-démocrate d’ « Europe sociale » sous la pression de ces deux élus influents initialement favorables à la « mutation » de R. Hue.

Rappelons en outre qu’au 1er tour, le PRCF avait réalisé des scores remarquables à Eleu (23%), Liévin (11,4%), Bully (11,7%). Ailleurs, le PRCF passe avec honneur le baptême du feu, comme à Bagneux (92), dans les Pyrénées-orientales, dans le nord (où le PRCF se reconnaissait dans des candidats franchement communistes membres du PCF) ou en Corrèze. Ceux qui voulaient « tuer » le PRCF sont ridiculisés et mordent la poussière.

Face à un pouvoir qui veut appliquer coûte que coûte sa monstrueuse « feuille de route » antisociale, l’heure n’est pas à l’attentisme. Le PRCF a écrit aux formations qui se réclament du communisme pour qu’elles s’adressent ensemble à toutes les formations politiques qui ont voté Non en mai 2005 : on ne battra pas Sarko-Fillon en se contentant de riposter au coup par coup et branche par branche. En cet anniversaire de mai 68, organisons ensemble une grande manif centrale à Paris contre le fascisant régime sarkozyste et l’ensemble de sa politique ; faisons-en le point de départ d’une mobilisation tous azimuts contre les délocalisations, la baisse du pouvoir d’achat, les contre-réformes (Education nationale, code du travail, retraites, Sécu, privatisations, destruction des libertés individuelles et syndicales, constitution européenne bis…) et la traque aux ouvriers immigrés.

Une partie de la droite a compris que la rupture sarkozyste pourrait « mal finir » (Léotard) pour la bourgeoisie capitaliste en raison de la morgue insupportable de Sarkozy. Eh bien faisons en sorte que le printemps 2008 commence bien pour les travailleurs, la jeunesse et tous les amis de la république sociale, laïque et souveraine !

Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF, membre du comité départemental de la Fédération 62 du PRCF.

lundi 17 mars 2008

compte rendu des élections par jean Levy

undi 17 mars 2008
Au lendemain des élections ...

La droite de Sarkozy-Fillon a subi, hier, un sévère échec aux élections municipales et cantonales. Le Parti socialiste est le grand bénéficiaire du rejet de la politique sociale menée par le président de la République.
Certes, dans de nombreuses villes prises à l'UMP, le PS engrange des victoires dans le cadre, le plus souvent, de listes "d'Union de la gauche". Ces succcès sont d'autant plus emblématiques qu'il s'agit de municipalités ancrées à droite depuis des décennies. C'est le cas à Toulouse, à Metz, à Périgueux (éliminant par la même occasion le ministre de l'Education nationale, Xavier Darcos), à Reims...Mais les socialistes visaient également des cités gérées par le PCF, essentiellement en Seine-Saint-Denis, mais aussi en province. Nous y reviendrons.
Le Parti communiste déplore la perte de Calais (acquise, il y a trente-sept ans), gagnée par l'UMP et le soutien ouvert de la liste Front national, qui pouvait se maintenir, d'Aubervilliers, pris par le PS comme Pierrefitte, de Montreuil, gérée par un ancien membre du PCF aujourd'hui, apparenté, au bénéfice de Dominique Voynet et des Verts. Mais à l'inverse, les communistes vont diriger Firminy dans la Loire, Villeneuve Saint-Georges dans le Val-de-Marne, Villepinte en Seine-Saint-Denis. Victoires qui s'ajoutent à celles remportées dès le premier tour, à Dieppe, à Vierzon et à Saint-Claude.
La gauche semble gagner la majorité dans neuf nouveaux Conseils généraux, portant à soixante les départements qu'elle va détenir. Le PCF, quant à lui, perd au profit du PS, la Seine-Saint-Denis, mais gagne l'Allier.
Peut-on parler pour autant d'un "raz-de-marée" qui aurait emporté la France entière ?
Non, dans la mesure où l'UMP résiste bien en Provence-Côte d'Azur et en Languedoc-Roussillon. La droite conserve Marseille, Nice, Cannes, Antibes,Toulon, Avignon, Aix-en-Provence, Nîmes, Sète, Perpignan. Pourquoi ces larges exceptions ? L'explication est simple : il s'agit de "terres" où le Front National était profondément ancré (il avait atteint en 2004, avec le MNR, aux élections régionales, 26 et 18% dans ces deux régions), avec un électorat "pieds-noir", ultra raciste. Or le FN s'est effondré et son électorat est passé très largement à l'UMP. Par contre, en banlieue parisienne, dans les zones ouvrières du Nord et du Pas-de-Calais, l'électorat frontiste qui avait massivement voté Le Pen par dépit social, a rejoint en partie la gauche aux élections municipales et cantonales. Faut-il encore préciser que, par exemple à Corbeil-Essonne comme au Havre, ce sont les voix qui s'étaient portées sur les listes Front national au premier tour, qui ont assuré la victoire de Serge Dassault et de Ruffenach, face aux candidats communistes.
Les défaites du PCF face au Parti socialiste posent d'autres problèmes. La soif de domination du PS a conduit celui-ci, d'abord à refuser l'alliance, au premier tour, avec les communistes, et le désistement en leur faveur, au second tour, sachant que cette attitude lui vaudrait le soutien de nombreux électeurs de droite.
C'est ce qui s'est passé à Maromme, près de Rouen :
en 2001, il y avait une liste "Union de la Gauche", au premier tour, menée par un communiste. La droite avait obtenu 33% des voix. Cette fois-ci, les socialistes ont fait leur propre liste. Le 9 mars, ils obtenaient 45,28%, devançant la liste du PCF, forte de 39,26%. Mais la droite ne totalisait que 15,46%, la moitié des voix de 2001 se portant sur le PS. Et au second tour, cette même droite ne faisait que 10%, le reste permettant à la liste socialiste de l'emporter ! Cet exemple est "éclairant" de la tactique du PS : l'union quand celle-ci sert ses intérêts partisans, le face-à-face si, par ce moyen, le concurrent communiste est éliminé.
Mais les échecs du PCF sont également le résultat de sa propre stratégie. "L'unité à tout prix" et sans principe avec les socialistes, l'a conduit à ne jamais mettre en cause la politique menée par ces derniers. L'adhésion du Parti socialiste à la cause européenne, aux orientations fondamentales de l'UE et aux directives de Bruxelles, font du PS un parti acquis au libéralisme dévastateur. Ne pas dénoncer cette orientation, c'est permettre à celle-ci de prospérer dans le monde du travail, et c'est aussi se faire complice d'une poltique rejetée par les salariés les plus conscients. Pourtant, ces dernières élections démontrent que l'attente d'une radicalité politique, c'est-à-dire une "politique de classe", est grande chez beaucoup de travailleurs.
Les bons résultats atteints par les candidats communistes qui ont suivi cette ligne, comme à Dieppe, ou qui se sont présentés sur des listes "vraiment communistes", en opposition à celles de la "gauche plurielle", (récoltant des élus, comme à Béziers), ou encore les scores obtenus par la LCR dans plusieurs villes, dépassant largement les 5, voire les 10%, toutes ces tentatives montrent que nombre de travailleurs attendent "autre chose".
Il faut répondre à cette attente.
Hier, le véritable "raz-de-marée", ce sont les abstentionnistes qui l'ont porté. Jamais, depuis la Vème République, - on dit même depuis l'instauration du suffrage universel - , l'abstention n'a jamais atteint de tels sommets. Il est le fait essentiellement des quartiers populaires. Les "pauvres" expriment par le non-vote leur colère, leurs frustrations. Ils n'ont pas confiance dans les partis institutionnalisés.
Il faut construire, et vite, une force nouvelle qui s'identifie à la volonté de changer le monde, en changeant de société.

dimanche 16 mars 2008

le tibet une future théocratie?

A PROPOS DE LA SITUATION A LHASSA

A l'approche des J.O. de Pékin, la campagne anti-chinoise prend de l'ampleur comme on pouvait s'y attendre. Les Etats-Unis, qui ont de loin le plus fort taux de citoyens incarcérés (surtout des Noirs, comme par hasard) par rapport à la population totale, et qui pratiquent ouvertement la torture à Guantanamo, donnent des leçons de "droits de l'homme" à la République populaire chinoise.
Celle-ci a surtout le tort, à leurs yeux, de défendre ses intérêts nationaux sans subordonner son développement au "nouvel ordre mondial" voulu par Washington.
Bush est aidé dans cette tâche par l'Union européenne, dont la principale occupation est de broyer les acquis sociaux de ses Etats membres et de piétiner les référendums français et néerlandais qui avaient recalé la constitution européenne.
Aujourd'hui, l'impudence des pays capitalistes dominants est à son comble: ceux qui occupent et martyrisent l'Irak, ceux qui soutiennent les massacres de Palestiniens par l'armée israélienne, ceux qui ont détruit, occupé et dépecé la Yougoslavie, se permettent de conseiller la "modération" à la Chine à propos de la situation au Tibet! Balayez devant votre sanglante porte messieurs les impérialistes!
Concernant le Tibet, le PRCF invite d'abord les progressistes à être plus que vigilants à l'égard des "informations" délivrées par les médias capitalistes: on se souvient en effet de la manière dont les médias du capital ont aidé à déclencher la guerre contre l'Irak ou à déstabiliser la Roumanie en diffusant d'énormes mensonges sans oublier l'incendie du
Reichstag que Goering avait tenté d'attribuer aux communistes! On se souvient aussi de la manière dont est systématiquement utilisée une image montrant un jeune chinois face à un tank sur la place Tienanmen:; il s'agit pour nos médias d'"héroïser" la "résistance" des "étudiants chinois" face à l'armée populaire chinoise (sic) alors qu'en
réalité, dès l'image suivante, jamais montrée aux téléspectateurs, l' "étudiant" entre tranquillement dans le tank car il fait manifestement partie de son équipage.
D'autre part le PRCF rappelle qu'il n'y a jamais eu, d'une part, une méchante Chine populaire envahissant le Tibet et d'un autre côté, un gentil Etat tibétain tourné vers la "spiritualité". En réalité, avant l'union de la chine et du Tibet, ce territoire était livré à une barbare exploitation féodale, aux superstitions magiques les plus grossières, au cléricalisme monacal le plus moyenâgeux et à la misère de masse.
Les communistes sont des partisans de principe du "droit des nations à disposer d'elles-mêmes" (Lénine), mais ce droit ne saurait être associé au "droit"' pour les impérialistes de déstabiliser les pays qui échappent à son emprise et d'aider à y rétablir, sous couvert d'indépendance nationale, les anciennes classes féodales dépossédées par la Révolution chinoise. Ce sont ces classes privilégiées, les pires ennemies qui soient des ouvriers et des paysans du Tibet, qui poussent l'actuel Dalaï Lama à prendre la tête d'une révolte dont on ne voit que trop, par son encadrement clérical et par les soutiens douteux qu'elle obtient en Occident, qu'elle ne profitera ni à la République populaire de Chine, ni aux peuples du Tibet.
Plus que jamais la lutte pour l'indépendance nationale des peuples ne saurait être détachée de la lutte pour le socialisme, contre l'impérialisme et contre le capitalisme.

vendredi 14 mars 2008

la grande boucherie de 14/18

Pôle position, PRCF 14 mars 2008. A diffuser largement autour de soi et par internet.
Hommage aux victimes de la boucherie impérialiste de 14/18 :
à quand l’autocritique du capitalisme ?

Les funérailles nationales accordées au dernier « poilu » de 14/18 (cet ouvrier émigré italien engagé dans la Légion pour défendre la France avait-il des papiers en règle ?) vont être instrumentalisées par le pouvoir sarkozyste pour superposer plusieurs opérations idéologiques auxquelles la social-eurocratie ne manquera pas de prêter son concours.
Il s’agira d’abord :
-de permettre à Sarkozy d’afficher sa conception perverse de « l’identité nationale », faite de racisme larvé et d’exaltation de l’Europe capitaliste, dont l’intégration avance au rythme de la désintégration de la France républicaine ;
-de célébrer sur le mode plus jamais ça, les « Etats-Unis d’Europe », voire la « Françallemagne », comme les remèdes-miracles aux guerres soi-disant déclenchées par les « nationalismes ».
Bien entendu, l’hommage aux victimes s’arrêtera net, une fois de plus devant le grand tabou : la réhabilitation des Fusillés pour l’exemple dont Pétain et le gouvernement d’Union sacrée (à participation socialiste !) décimèrent au hasard les régiments en 17 pour stopper les mutineries qui suivirent à l’Ouest la Révolution russe. Une fois de plus, les dirigeants du monde capitaliste, auteurs des trois plus grands crimes exterminateurs commis contre l’humanité au 20ème siècle, les deux guerres mondiales et les guerres coloniales, n’engageront aucune autocritique sur les vraies causes de la tuerie de 14 , le repartage impérialiste du monde ! Et ces mêmes dirigeants capitalistes continueront de criminaliser les Révolutions prolétariennes de Russie et d’Allemagne (18/19) qui portèrent un coup fatal au premier conflit impérialiste en donnant corps au mot d’ordre de Lénine : « transformer la guerre impérialiste en guerre révolutionnaire contre le capitalisme ».

C’est pourquoi le PRCF

a) En rendant hommage à l’ensemble des victimes civiles et militaires de 14/18, estime que la meilleure façon d’honorer cette jeunesse inutilement sacrifiée est de combattre le capitalisme et l’impérialisme fauteurs de guerre et d’éclairer la signification de classe réactionnaire de la 1ère Guerre mondiale ; ce n’est pas « la nation » en général qui est facteur de guerre, c’est l’impérialisme qui, selon ses intérêts du moment, cultive soit le national-chauvinisme, comme en 14, soit le social-européisme soi-disant internationaliste, comme actuellement. Ne soyons dupes ni du social-patriotisme impérialisme de 14 ni du social-impérialisme européiste d’aujourd’hui.

b) Appelle à prendre conscience que l’intégration européenne actuelle est la continuation par d’autres moyens et à une échelle plus large de la lutte criminelle pour la domination mondiale que se livrent les impérialismes, tantôt rivaux, tantôt associés, au détriment des peuples. Non seulement les Etats-Unis capitalistes d’Europe, dont l’adoption de la constitution européenne bis est une étape, ne seraient pas un facteur de paix, mais le dépeçage sans fin de la Yougoslavie (pseudo-« indépendance » du Kosovo) , l’alignement de l’UE sur les menées des USA et d’Israël dont les comportements au Moyen-Orient nous rappellent que l’U.E. du capital et de l’OTAN, c’est la guerre. Comme l’avait compris Lénine dès 1915, « les Etats-Unis d’Europe en régime capitaliste ne peuvent être qu’utopiques ou réactionnaires ». Plus que jamais, la seule bonne Europe c’est l’Europe des luttes et de la fraternité des peuples!

c) Invite à méditer l’expérience des révolutionnaires prolétariens de 14, avant tout celle des Allemands Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht, incarcérés pour leur opposition à la guerre, et dont le mot d’ordre était « l’ennemi principal est dans ton propre pays ».

Pour conjurer les guerres impérialistes présentes et à venir, il faut abattre le capitalisme, sortir la France du carcan réactionnaire de Maastricht, agir pour de nouveaux traités internationaux progressistes, militer pour le socialisme en n’oubliant pas le fameux mot d’ordre du Manifeste Communiste : prolétaires de tous les pays, unissez-vous !.
Le 14 mars 08

dimanche 2 mars 2008

SARKO ET 68

Notre "président" a plusieurs fois dénoncé l'héritage de MAI 68. Aujourd'hui sur la 5eme, durant une émission nous avons pu voir et entendre messieurs: MADELIN, WEBER, FINKELCRAUT et KHON BENDIT se GAUSSER de l'impact que 1968 a crée dans l'histoire française.
Après une attaque du communisme en règle; ils se sont acharnés à nous faire entendre que à cette période les idéaux communistes n'étaient pas de règle et que la révolte estudiantine , n'était que simplement qu'une réaction "libertaire et individualiste"envers le pouvoir gaulliste linéaire.
C'est oublier les LUTTES que les travailleurs ont impulsés et la GRÈVE de plus de 6 semaines qui en à découlé. Ils veulent une fois de plus réécrire L'HISTOIRE. N'oublions pas que ces grèves étaient l'œuvre de nos camarades de la CGT qui par leurs luttes ont plus que participer aux réformes qui par la suite ont amélioré les conditions de travail et le conditions de vie des TRAVAILLEURS.
Ne nous laissons pas influencer par la nouvelle réécriture de L'HISTOIRE.
à méditer