lundi 25 février 2008

SARKO 1er le vulgaire

Notre " président" durant l'inauguration du salon de l'agriculture, organisé par Lemetayer et sa clique du FNSEA, nous a prouvé une fois de plus que mauvais sang ne pouvait mentir.
Ses écarts de langage et ses sautes d'humeur vont maintenant devenir proverbiales. Voyant qu'un "opposant à son régime" refuse catégoriquement de lui serrer la main de peur on le comprend de se salir, le chef de l'État ne se gêne surtout pas de le traiter d'une façon que ma "bonne éducation" m'interdit de citer sous peine de poursuites.
C'est pour cela et d'autres propos cités par lui, que je lui conseille vivement de prendre des cours de maintient auprès de madame de Rothchild qui lui seront de la plus grande utilité pour le reste de (j'espère) sa courte carrière.
La FRANCE mérite un peu plus de savoir vivre.
même si nous ne sommes que des "dangereux communistes" nous avons été bien éduques.
toujours à méditer

portrait de SARKO 1er par jean Lévy


Un observateur attentif de la vie politique française répond à nos questions :

Quel regard portez-vous sur notre nouveau Président ?

Depuis des mois, il s'étale; il a harangué, triomphé, présidé des banquets, donné des bals, dansé, régné, paradé et fait la roue...Il a réussi. Il en résulte que les apothéoses ne lui manquent pas. Des panégyristes, il en a plus que Trajan.Une chose me frappe pourtant, c'est que dans toutes les qualités qu'on lui reconnaît, dans tous les éloges qu'on lui adresse, il n'y a pas un mot qui sorte de ceci : habileté, sang-froid, audace, adresse, affaire admirablement préparée, instant bien choisi, secret bien gardé, mesures bien prises. Tout est là...Il ne reste pas un moment tranquille; il sent autour de lui avec effroi la solitude et les ténèbres; ceux qui ont peur la nuit chantent, lui il remue. Il fait rage, il touche à tout, il court après les projets; ne pouvant créer, il décrète.

Derrière cette folle ambition personnelle, décelez-vous une vision politique de la France, telle qu'on est en droit de l'attendre d'un élu à la magistrature suprême ?

Non, cet homme ne raisonne pas; il a des besoins, il a des caprices, il faut qu'il les satisfasse. Ce sont des envies de dictateur. La toute puissance serait fade si on ne l'assaisonnait de cette façon. Quand on mesure l'homme et qu'on le trouve si petit, et qu'ensuite on mesure le succès et q'on le trouve si énorme, il est impossible que l'esprit n'éprouve quelque surprise. On se demande comment a-il fait ? On déompose l'aventure et l'aventurier...On ne trouve au fond de l'homme et de son procédé que deux choses : la ruse et l'argent...Faites des affaires, gobergez-vous, prenez du ventre; il n'est plus question d'être un grand peuple, d'être un puissant peuple, d'être une nation libre, d'être un foyer lumineux; la France n'y voit plus clair. Voilà un succès.

Que penser de cette fascination pour les hommes d'affaires, ses proches ? De sa volonté de mener le pays comme on mène une grande entreprise ?

Il a pour lui désormais l'argent, l'agio, la banque, la bourse, le comptoir, le coffre-fort et tous les hommes qui passent si facilement d'un bord à l'autre quand il n'y a à enjamber que la honte...Quelle misère que cette joie des intérêts et des cupidités...Ma foi, vivons, faisons des affires, tripotons dans les actions de zinc ou des chemins de fer, gagnons de l'argent; cest ignoble, mais c'est excellent; un scrupule en moins, un louis de plus; vendons notre âme à ce taux !On court, on se rue, on fait antichambre, on boit toute honte...Une foule de dévouements intépides assiègent l'Elysée et se groupe autour de l'homme. C'est un peu un brigand et beaucoup un coquin.

Non, il ne s'agit pas de celui à qui vous pensez.
"L'observateur attentif", c'est Victor Hugo qui décrit le Prince-Président, le futur Napoléon III, dans son ouvrage corrosif : "Napoléon le Petit".

mercredi 20 février 2008

KOSOVO PAR G GASTAUD




*La pseudo-« indépendance » du Kosovo, un dangereux précédent aux mains *
*de l’impérialisme US et de l’Empire européen du capital *
*avides de dépecer les Etats historiquement constitués*
* *
*En 91 la reconnaissance unilatérale de l’indépendance croate par
l’Allemagne fraîchement « unifiée » et par le Vatican avait donné le
signal de la guerre civile dans les Balkans. 17 ans plus tard, les
pyromanes de l’U.E. et de l’impérialisme US s’apprêtent à récidiver en
reconnaissant « de fait » la pseudo-indépendance du Kosovo malgré les
protestations solennelles de la Serbie et de la Russie.*
Certes les habitants du Kosovo ont droit, comme tous les peuples à
l’autodétermination : et c’est d’ailleurs d’une large autonomie qu’ils
jouissaient sous J. Tito, à l’époque de la République socialiste
fédérative de Yougoslavie (le Kosovo était alors province autonome de la
Serbie : de manière d’ailleurs peu équilibrée, puisque la Serbie ne
pouvait guère intervenir au Kosovo alors que celui-ci pouvait se
prononçait sur le devenir de la Serbie).
Mais ce qui est aujourd’hui imposé aux Serbes, chassés du Kosovo par une
terrible purge ethnique, et illusoirement proposé aux Kosovars, n’est
qu’un fantôme de souveraineté. Occupé par les troupes de l’OTAN depuis
une décennie, soumis au mark allemand (lui-même base de l’euro), régi
par les seigneurs de guerre de l’UCK eux-mêmes très liés aux mafieux
anticommunistes de l’Albanie voisine (dont l’essentiel des ressources
provient de la base militaire US), le Kosovo « européen » ne sera
indépendant que par rapport à Belgrade. Il restera un Etat fantoche,
entièrement piloté par Berlin et Washington avec la complicité du régime
sarkozyste (le premier proconsul du Kosovo après son occupation par
l’OTAN fut Kouchner !).
Le but réel des impérialistes euro-atlantiques est de continuer à
*démembrer la Serbie*, déjà coupée du Montenegro, comme ils ont démembré
la Yougoslavie qui avait le tort de résister à l’annexion
euro-atlantique et à l’alignement euro-libéral après la chute de l’URSS.
Il est aussi de continuer à* démembrer les Etats historiquement
constitués*. Contrairement au mythe qui affirme que « l’Europe c’est la
paix », la construction de l’UE de Maastricht s’est traduite par
l’*éclatement de la Tchécoslovaquie* (sans même un référendum !), par
celui *de la Yougoslavie*, mais aussi par celui *de l’URSS*, dont les
ex-républiques baltes ont été annexées à la sphère d’influence de
l’OTAN. A quand le tour de la *Belgique*, elle aussi menacée
d’éclatement « ethnique » (l’indépendance de la Flandre ne déplairait ni
à Londres ni à Berlin, le « rattachement » de la Wallonie à la France
sur des bases linguistiques serait une bombe à retardement pour l’unité
territoriale de la France, quant à Bruxelles, après que le sang y aurait
coulé entre francophones et néerlandophones, elle pourrait
tranquillement devenir la « capitale fédéral », détachée de la Belgique,
de l’Etat supranational européen).
Car le fond des choses est que* l’U.E. est un Etat supranational en voie
de constitution* (c’est l’enjeu réel du traité constitutionnel bis comme
du précédent). Comme tout Empire, cet Etat supranational utilise la
devise romaine « diviser pour régner ». Le supranationalisme européen se
sert du nationalisme, qu’il soit ouvertement raciste (Vlams Belang), «
ethnique » ou religieux, pour déchiqueter, tantôt les Etats
progressistes multinationaux (URSS, Yougoslavie, Tchécoslovaquie),
tantôt les Etats multinationaux parlementaires bourgeois (Belgique),
tantôt les Etats-nations (le tour de la France arrive : les
euro-séparatismes déclarés y sont déjà très actifs de la Corse à la
Savoie, de Nice à la Bretagne ; l’Italie est également menacée : les
racistes de la Ligue du nord y sont ouvertement sécessionnistes). A
l’inverse, quand un Etat-nation menace d’émerger sur des bases
anti-impérialistes, anticapitalistes et non-européistes, comme c’est le
cas au Pays basque espagnol, l’UE appuie la répression féroce de l’Etat
post-franquiste espagnol.
C’est pourquoi le PRCF refuse catégoriquement le mensonge de « l’UE
dispensatrice de démocratie et d’autodétermination » (la France
sarkozyste foule d’ailleurs aux pieds en ce moment même l’indépendance
du Tchad). Ce n’est pas en s’opposant les uns aux autres que les peuples
dominés par l’impérialisme réaliseront leurs aspirations nationales
légitimes. C’est en s’unissant contre l’impérialisme, ennemi principal
des peuples, contre l’UE, nouvelle prison des peuples, contre toute
constitution européenne, synonyme de désintégration des peuples libres.

mardi 19 février 2008

POUR DES ASSISES DU COMMUNISME

Il faut se rendre à l’évidence : les forces qui se réclament du communisme
apparaissent éclatées, désillusionnées, découragées, traumatisées…
Certains se prononcent même pour leur disparition. Or,
plus que jamais, il est indispensable d’offrir une perspective à l’espoir
que l’on sent poindre dans les multiples échanges qu’entretiennent
les militants communistes avec la population dans leurs villes
et leurs villages, avec les salariés sur leurs lieux de travail.
Ils sont en effet de plus en plus nombreux ceux qui considèrent le
capitalisme comme néfaste. Les récents résultats électoraux n’effacent
pas cette donnée primordiale confirmée par la victoire au référendum
de 2005, les mouvements sociaux dont celui du CPE, les
différentes enquêtes d’opinion…
Dans son évolution financière, le capitalisme est de plus en plus
exploiteur, parasitaire, prédateur, de plus en plus porteur d’aliénations
et de dominations. Des masses énormes d’argent s’accumulent
entre les mains d’un nombre toujours plus réduit de personnes, tandis
que s’accroissent les inégalités et que d’immenses besoins restent
insatisfaits.
A l’échelle de l’humanité, l’essentiel des richesses continuent à être
concentrées dans quelques pays et les inégalités de développement
augmentent sans cesse. Des moyens énormes sont stérilisés dans une
spéculation financière à grande échelle.
Dans ces conditions, la démocratie affichée est de plus en plus surfaite
et l’idéologie libérale traverse désormais toutes les sphères de
notre société au point que la quasi-totalité des médias en sont
aujourd’hui les véhicules. Les assemblées élues ont de moins en moins
de pouvoirs, lesquels se concentrent entre les mains des détenteurs
des moyens de production et d’échange, des acteurs des marchés financiers.
Pour autant, tout nous conduit à considérer que le système capitaliste
a fait son temps et qu’il doit laisser la place à une autre société.
Des expériences malheureuses, parfois tragiques, ont eu lieu au nom
du communisme. Elles ont pris fin par hypertrophie étatique, confiscation
des souverainetés et négation de la démocratie qu’elles prétendaient
pourtant vouloir établir.
C’est pourquoi nous souhaitons que soit reposée la question de l’actualité
du communisme, d’un communisme qui soit de notre temps.
Pour cela, les grandes lignes d’un projet de société doivent être
redéfinies ou réaffirmées :
1) Si le pouvoir capitaliste réside dans l’appropriation privée, à l’inverse
le pouvoir du peuple, celui de la société dans son ensemble, ne
doit-il pas consister avant tout en l’appropriation sociale des grands
moyens de production et d’échange, des établissements bancaires et
financiers, dans des formes qui sont à réinventer ?
Marianne Aguado, PCF, conseillère
municipale, (76360 Barentin) ; Henri Alleg,
au Par ti depuis 1941, ancien directeur
d'"Alger républicain" ; André de Andrade,
projeteur génie civil, militant communiste ;
Jean Arrayet ; Jean-François Autier, cheminot
retraité, conseiller municipal de Bassens
(1971-1995), ancien permanent PCF 33,
jean-francois.autier@wanadoo.fr ; Christian
Baillet, retraité du Por t autonome de
Bordeaux ; « ... dès maintenant (...) travailler
au contenu d’une démarche politique
alternative à proposer au peuple de France
et qui de mon point de vue, pourrait s’inspirer
de la Résistance, du CNR et de son
programme progressiste, républicain et
patriotique... », Claude Beaulieu, adhésion au
PCF en 1960, quitté en 2000, Président du
Comité Valmy, claude.beaulieu@noos.fr ;
Bruno Becerro, 35 ans, chômeur, adhérent
depuis mai 2007 ; Bernard Blandin, cadre
SNCF à la retraite, président fondateur de la
Mutuelle des Cheminots de la région SNCF
de Bordeaux, président fondateur de la
Mutuelle Atlantique de Prévoyance ; Armand
Boileau, Armand.Boileau@wanadoo.fr,
retraité de l’Éducation nationale, membre de
Par ti Communiste depuis 1954, tél.
0556384377 ; Lisette Boutet, retraitée
banque ; Marc Céfallo, militant communiste
marxiste-léniniste ; Alain Chancogne, retraité
banque, alainchancogne@aol.com, tél. 06
75 13 04 79 ; Noël Collet, 7 avenue d’Albigny
74000 Annecy, retraité, adhésion au pcf
1958 ; Jean-Jacques Crespo ; Jean Cucurull,
attaché territorial, ancien rédacteur en chef
des Nouvelles de Bordeaux et du Sud Ouest,
ancien secrétaire à l’organisation de la
Fédération de la Gironde du PCF,
jean.cucurull@wanadoo.fr ; Claude Deloume,
retraité SNCF, ex-adhérent du PCF ; Gérard
Euzenot, responsable syndicaliste CGT,
membre de la section cannoise du PCF ; Jo
Garcia, retraité du Gaz de Bordeaux,
adhésion au PCF 1963, ancien des JC,
jogarcia@free.fr ; Alain Larue ; René Le Bris,
PCF Hérouville-Caen, Calvados ; Jean-Louis
Lemoigne (adhérent depuis 1969) ; Jean
Pour des
Assises du communisme
des communistes s’adressent aux communistes
2) Le pouvoir des citoyens ne devrait-il pas être renforcé dans les
institutions politiques, afin de dessiner les contours d’une véritable
nouvelle république au sein de laquelle le triptyque « liberté égalité
fraternité » pourra prendre tout son sens, mais aussi sur les lieux de
travail, sans quoi la démocratie demeurerait bancale, amputée ?
3) Cette même démocratie ne peut-elle pas mettre fin à un capitalisme
grand pollueur et grand gaspilleur des ressources naturelles ?
L’appropriation sociale apparaît en effet comme la condition de véritables
politiques de développement durable, en pleine connaissance
des apports que la science et les technologies doivent mettre à la disposition
de tous.
4) Le travail ne doit-il pas être débarrassé de l’aliénation qui lui est
attaché et ne peut-on imaginer une nouvelle forme de travail assurant
un revenu social à tous, motivant et responsable, un travail
n’ayant plus rien de commun avec le salariat et l’exploitation qu’il
implique ?
5) Tous les peuples ne doivent-ils pas être souverains pour déterminer
leur avenir et quelle articulation doit-il y avoir entre eux et
l’Europe, l’échelon mondial ? Par quel moyen parvenir à des rapports
de paix, d’égalité de tous les Etats, à des coopérations élargies et profitables
à tous, notamment par l’intermédiaire d’une ONU réformée
et démocratisée ?
Toutes ces données nous interpellent et doivent être débattues sur
le sens que nous devons donner à la place de l’Europe, de la nation,
des collectivités et des citoyens dans notre projet de société. C’est
cette voie vers un communisme renouvelé que nous devons co-élaborer,
construire avec l’ensemble du peuple.
C’est pourquoi nous proposons la tenue d’Assises du communisme
en 2008.
Ces journées de réflexion auraient pour vocation de reposer les
questions essentielles de l’évolution de la société dans laquelle nous
vivons et de jeter les bases d’un projet de changement de société pour
le 21e siècle.
Nous suggérons que ces rencontres rassemblent, dans une libre
confrontation et sans exclusive, un maximum de militants et de citoyens
de diverses sensibilités, aux côtés d’intellectuels, de scientifiques,
d’élus et de représentants du mouvement social et associatif.
Tous ceux qui se réclament ou non du communisme y seraient les
bienvenus car la diversité des approches est autant de possibilités
d’enrichissement, aucun tabou ne devant constituer un préalable à
ce vaste échange.
La société évolue. Le capitalisme se transforme. Sans être pour
autant une « avant-garde éclairée », les communistes ne peuvent
demeurer à la traîne de cette gigantesque mutation. Nous espérons
donc que notre proposition soit examinée et discutée par tous les
communistes afin que les enjeux fondamentaux auxquels nous sommes
confrontés ne soient pas écartés au nom de considérations plus
immédiates.
POUR VOUS JOINDRE A
CETTE LISTE DE
SIGNATAIRES
adressez vos noms, prénoms et
ce que vous estimez utile de
faire figurer pour être identifié,
à l’un des signataires de ce
texte.
Lévy ; Christian Mayerau, retraité ; Jean-Luc
Pageon, syndicaliste (33300 Bordeaux) ;
Michel Peyret, membre du PCF de 1953 à
2006, retraité, député de la Gironde (1986-
1988), m.peyret@cegetel.net ; Mireille
Popelin, ex-adhérente PCF, militante laïque
(69100 Villeurbanne) ; Pierre Pujo, adjoint
au maire ; Christian Reinkingen, retraité
cheminot, membre du PCF de 1967 à 1991,
reinkingen-c@orange.fr Bordeaux, tél. 08
75 40 91 96 ; Jean-Louis Remande, 50 ans,
cheminot, permanent syndical interpro,
adhésion pcf 1980 (courant de pensée :
gauche communiste), ex-candidat cantonales
et municipales de 1983 à 2002, 76360
Barantin ; Gilberte Salem, au Parti depuis
1945, militante anticolonialiste, exenseignante
; Régis Saphores, militant
syndical, adhérent PCF jusqu'en 98 ; Anne
Soler, psychologue (à la retraite), membre
du PCF depuis 1973 ; Alain Theux, PCF
(Jalles-Médoc), retraité du journal Sud-Ouest,
ancien secrétaire de la cellule de Sud-Ouest,
ancien délégué du syndicat du Livre CGT ;
Jean Pierre Tricaud, cadre de la banque,
militant syndical, ex-membre du PCF (1980/
2002) ; Danielle Tronche, salariée
administrative et technique de la Fédération
de la Gironde du PCF (1976-2001) ;
Raymond Debord, François Ferrette, Vincent
Présumey (Collectif de rédaction de
Militant)
, Georges Hage,
pour le secrétariat de la Confédération
d’action communiste.

lundi 18 février 2008

les flics truquent les municipales

Comme par hasard, les FORCES DE POLICE au nombre d'un millier d'hommes, ont investi les cités de la commune de Villiers le bel en pleine campagne municipale. POURQUOI???
Pour interpeler des jeunes BAVES par des témoignages anonymes à plus de 1000 euros.
La DELATION en france est elle revenue au bon moment, elle qui avait été tres en VOGUE pendant L'OCCUPATION!!!
Mais en période électorale TOUS LES COUPS SONT PERMIS.
La droite PURE ET DURE de notre "PRÉSIDENT" est prête à tous les coups bas pour nous montrer sa capacité à retrouver TARDIVEMENT les auteurs de ces crimes de LÈSE MAJESTÉ.
Sans légitimer la violence trop souvent disproportionnée d'une france à deux vitesses,il est bon de préciser que électoralement parlant ce COUP DE POING arrive au bon moment.
Je vous laisse juge de mon analyse
amicalement

lundi 11 février 2008

MUNICIPALES DANS 12éme

Un"grand reporter" inféodé à notre "résident de l'Elysée"à été "parachuté dans le 12éme arrondissement de notre capitale. Son programme est résumé en un chapitre: nettoyer tous les logements sociaux de leurs occupants indésirables(politiques, syndicalistes,jeunes gauchistes et mauvais français). J'ai connu un temps ou le 12ème était un vrai arrondissement populaire ou il faisait BON vivre.
C'est pourquoi je demande aux électeurs de mon ancien quartier parisien de ne pas se laisser leurrer par le discours populiste de monsieur le "journaliste" mais de voter pour essayer de sauver la convivialité que j'ai vécu pendant le peu de temps que j'ai connu ce beau quartier.
amicalement

SARKO L'ILLEGITIME

Alors certes, il ne s'agit certes pas de cibler l'apprenti tyran de l'Elysée en oubliant qu'il n'est que l'exécutant zélé d'un étroite minorité de profiteurs de L'Europe ultra libérale,biens résolus à créer un état supranational destructeur des acquis sociaux et des souverainetés populaires. Mais quand un système d'oppression se personnalise à ce point, rappeler que SEUL LE PEUPLE EST SOUVERAIN, qu'il est en son bon droit d'EXIGER haut et fort la démission de ce conglomérat de fantoches à la botte de SARKO LE MEDEFIEN. Nous pourrons avec l'aide de tous nos CAMARADES de progrès ,restaurer la REPUBLIQUE sociale,nationale et laique dont notre pays a besoin afin d'avoir enfin les moyens d'impulser le monde COMMUNISTE que nous appelons de nos voeux les plus chers.
à bientot

dimanche 10 février 2008

SARKO PREMIER.

Non content de nous imposer en force le traité de Lisbonne,notre altesse sarko le fourbe nous donne le parfait exemple de sa forfanterie. A Neuilly il n'hésite pas à trahir son propre porte parole en faveur de son propre fils.Si ce n'est du NÉPOTISME détrompez moi!
Il est surement vrai qu'il est en train de manigancer un retournement d'alliance dont il est friand.
Il faut bien se préparer une relève familiale dans son propre FIEF
Les "Sarkozy de nagui bocsa"(je m'excuse pour l'orthographe du nom) ne veulent surtout pas que leur rejeton se retrouve sans aucune formation préalable aux futures responsabilités que sa "haute lignée"lui promet.
Comme la dynastie Bush, bientot la dynastie Sarko???
à bientot pour un prochain article

tous gazes à Versailles

Afin de protéger nos "depités marrons" les forces de l'ordre n'ont pas hésité à gazer les manifestants présents lundi 04 février à Versailles contre la révision de la constitution visant à faire passer à la hussarde l'ignoble constitution eurolibérale.
Comment pouvait on utiliser de tels moyens devant une manifestation qui était totalement pacifique?
Pourquoi la presse nationale n'en n'a pas parlé?
LA CENSURE EST ELLE REVENUE?
Nous ne pouvons pas en rester là devant un tel déni de démocratie.
C'est pourquoi je demande à tous les républicains et démocrates de ce pays de témoigner au sein de leur quartier, associations ou au sein de leur entreprise afin d'éviter la montée d'un état totalitaire en France.
Les français en leur ame et conscience qui ont voté NON à 56 pour cent ne 2005 seront déboutés en 2008?
C'est bien ce que veut appliquer Sarko berluconi en imposant un vote camériste tant qu'il a la majorité à la chambre
IMPOSONS LE VOTE DU PEUPLE
EXIGEONS UN RÉFÉRENDUM
en comptant sur vous
Duclos